Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 14:10
ROYAL MONACO MEDECINE: CECI EST UNE BOMBE SANITAIRE

Chère lectrice, cher lecteur,


Une information si importante que les responsables du ministère de la Santé devraient arrêter séance tenante toute activité pour ne plus faire qu’une seule chose : la diffuser le plus massivement possible.

  • Qu’ils réservent des pages de publicité dans les journaux, à la télévision, à la radio ; qu’ils publient des banderoles sur les principaux sites internet.
  • Qu’ils écrivent une Lettre Ouverte à chaque Français de plus de 50 ans.
  • Qu’ils fassent le siège des hôpitaux, des cabinets médicaux, des maisons de retraite, qu’ils engagent des crieurs de rue même s’il le faut !

Mais qu’ils parlent, nom de nom !!! 

Car il est impensable que la nouvelle leur ait échappé.

Elle est parue dans l’une des plus prestigieuses revues médicales au monde, le British Medical Journal[1] ; elle est signée de la main de chercheurs d’Oxford et de Cambridge, deux des universités les plus renommées de la planète scientifique.

Ce qu’ils disent : une simple plante, consommée tous les jours, aurait le pouvoir de révolutionner la vie des 5 millions de Français qui prennent des statines.

Je vais vous révéler le nom de cette plante dans un instant, mais le plus incroyable est que cette découverte ne serait que le tout petit sommet de l’iceberg.

Chaque jour, des études scientifiques apportent la preuve irréfutable de l’utilité des plantes dans des dizaines de maladies :

  • La margosse, avec ses principes actifs, les glucosides triterpéniques, pourrait diminuer l’obésité viscérale (mais il faut la prendre à un moment un peu particulier).
  • Le mélilot et l'hamamélis aiderait à lutter contre les varices et l'insuffisance veineuse.
  • La belladone serait non seulement un formidable calmant mais aussi un puissant antidouleur.
  • Contre le stress, le totum du ginseng expliquerait sa supériorité absolue sur les médicaments.
  • Contre le diabète, le Garcinia Cambodgia aiderait à réguler l’obésité, les triglycérides, le cholestérol ; cette plante serait aussi intéressante dans la pour limiter les risques de cancers.
  • Etc.

Je ne vais pas allonger la liste plus longtemps, mais la question qui se pose est évidemment : pourquoi est-ce que personne n’en parle ?

Pourquoi ces informations ne font-elles pas la une des journaux télévisés ?

Pourquoi, au contraire, les autorités s’activent-elles en coulisses pour interdire la vente des plantes médicinales, avec à la clé des risques énormes pour notre santé[2] ?

La réponse va vous sidérer.

Les vrais risques pour notre santé

Il faut regarder du côté des grandes multinationales du médicament pour comprendre quel est le véritable enjeu des entreprises de santé.

Nous guérir ?

Hmmm… pas vraiment.

Les entreprises pharmaceutiques réalisent aujourd’hui des chiffres d’affaires proprement pharaoniques. En 2015 :

  • Pfizer : 45 milliards d’euros
  • Novartis : 44 milliards
  • Sanofi : 37 milliards
  • Merck : 35 milliards
  • Etc.[3]

Et elles n’ont aucun intérêt au développement de la médecine par les plantes.

Au contraire.

Car ces plantes, contrairement aux molécules chimiques, elles ne peuvent pas les « breveter », ni les vendre vingt, cinquante ou cent fois leur prix réel.

Je vous parlais des statines au début de cette lettre. Les chercheurs anglais ont montré que manger une simple pomme chaque jour pourrait aider à prémunir autant du risque de décès cardiovasculaires chez les personnes de plus de 50 ans que la prise quotidienne d’un médicament anti-cholestérol (statines) !

Et sans avoir bien sûr les mêmes effets secondaires (douleurs musculaires, insuffisance rénale, hypothyroïdie, pertes de mémoire, dépression, risque d’Alzheimer etc. ).

  •  



Une simple POMME !!!!

Là-encore, si vous vous demandez pourquoi personne n’en parle, la réponse est une affaire de gros sous :

Savez-vous que l’anti-cholestérol Tahor a rapporté à lui seul 130 milliards de dollars (cent trente milliards !!! je l’écris en lettres tellement c’est énorme) depuis son lancement en 1997…

Alors les labos ne vont pas laisser une vulgaire Pomme « tuer » les statines, leur poule aux œufs d’or.

Et ce n’est pas tout !

Un spécialiste réputé des cancers du sang, le Pr Jean-Paul Vernant, a récemment déclaré dans une interview que les médicaments anticancer ont aujourd’hui « atteint un niveau de prix scandaleusement élevé » :

« Il arrivera un jour où même des pays riches comme le nôtre n’arriveront plus à délivrer ces médicaments. Le prix de certaines molécules a atteint des proportions que de plus en plus de médecins, dont je fais partie, jugent presque immorales. »

« En une décennie, le prix des nouveaux médicaments anticancéreux a pratiquement doublé, passant d’un coût moyen de 3700 à 7400 € par mois. Cette tendance risque de s’aggraver avec le développement de cette médecine dite “ciblée”, qui va favoriser l’émergence de médicaments de “niche”.[4] »

Face à de tels enjeux financiers, il est logique que l’industrie du médicament fasse tout pour minimiser l’efficacité des plantes médicinales.

  • Soit en ne finançant pas les études qui permettraient de valider scientifiquement leurs bienfaits.
  • Soit, lorsque ceux-ci sont révélés au grand jour, en prenant soin de parler des plantes comme d’une « alternative », d’une médecine « complémentaire », « un petit truc en plus, tant que ça ne fait pas de mal »…

Leur message aux patients : « Mais oui, soignez-vous avec du foin si vous voulez… »

Leur message aux médecins : « Soyons sérieux… Vous n’avez pas fait dix ans d’études pour prescrire de la soupe aux orties… »

Voilà comment, depuis des années, on a transformé les plantes médicinales en « idiotes du village de la thérapeutique », comme l’a écrit l’ethnobotaniste Pierre Lieutaghi[5].

Et cela, ajoute-t-il, entraîne des conséquences insoupçonnables sur notre santé :
 
« Trop de médecins, submergés par la production pharmaceutique, surchargent les clients d’une quantité de produits onéreux dont l’innocuité (absence de danger, ndlr) souvent affirmée demanderait plus que la confirmation des tests de laboratoire pour être acceptée sans sourciller. »
 
« Comment, lorsqu’un médicament inconnu assaille en nous la maladie, est-il réellement possible de rester maître de cette bataille ? »
 
« La plante, elle, et surtout si nous l’avons nous-même récoltée, si nous avons un tant soit peu étudié ses propriétés, est au contraire obéissante, et quand nous l’utilisons, notre volonté, notre maîtrise de nous-même ne sont plus tenues pour quantités négligeables. »

En d’autres termes, l'utilisation des plantes est maîtrisé, précis, millimétré. Il replace le patient au cœur du processus de soin, alors que les médicaments agissent trop souvent de façon incontrôlable. 

C’est une catastrophe !!! Un risque énorme pour notre santé.

Mais croyez-vous que ce message puisse franchir la censure des grands labos et de leurs médias officiels ?

Bien sûr que non !

Voilà pourquoi les Français commettent l’erreur de se précipiter en premier lieu sur les pilules chimiques, dont on connaît les dangers et les effets secondaires :

  • ILS FONCENT sur les médicaments antidiabétiques (metformine etc.) aux effets secondaires avérés (nausées, troubles digestifs etc.) ; MAIS ILS OUBLIENT la cannelle, le piment de Cayenne, la berbérine ou la gymnema (qui en plus ferait perdre du poids !).
  • ILS FONCENT sur les antidépresseurs (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) qui provoquent une accoutumance et peuvent donner de dangereuses tendances suicidaires ; MAIS ILS IGNORENT TOUT de la lavande ou du millerpertuis, qui serait pourtant aussi efficace que les antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS).
  • ILS FONCENT sur les somnifères, qui dérèglent le rythme du sommeil naturel ; MAIS SAVENT-ILS qu’en cas d’insomnieboire une tisane d’Eschscholzia californica serait un puissant inducteur de sommeil naturel ?
  • ILS FONCENT sur les médicaments « contre l’ostéoporose » 
  • bisphosphonates), qui fragilisent les os et augmentent le risque de fracture, donnent des douleurs articulaires, sans aucun bienfait pour le patient[6] ; MAIS SAVENT-ILS qu’ils ont dans leur propre jardin des plantes minéralisantes aux propriétés exceptionnelles (luzerne, cataire, prêle, ortie, etc.) ?

Alors je pose la question : où est la FOLIE, l’IRRESPONSABILITÉ ?

Chez ceux qui affirment que « les plantes médicinales ou du foin, c’est pareil » ?

Ou dans le système de soins actuel ? Un système :

  • Où 98 % des prescriptions des médecins concernent des médicaments chimiques !
  • Où l’étude des plantes médicinales n’occupe plus que quelques minutes du programme des 10 années d’études nécessaires pour devenir médecin (et encore les étudiants n’évoquent que 30 petites plantes sur les 28 000 plantes médicinales couramment utilisées sur la planète aujourd’hui[7]…).
  • Où les derniers herboristes qui résistent sont traqués comme des voleurs, poursuivis en justice lorsqu’ils osent mettre en avant les vertus médicinales d’une plante[8].
  • Etc.

LA FOLIE, C’EST DE CONTINUER À IGNORER LE FABULEUX POUVOIR DE SOIN DES PLANTES MÉDICINALES.

Parce qu’elles peuvent faire, vous allez voir, toute la différence pour votre santé.

Résurrection d’une
CONDAMNÉE À MORT

J’en veux pour preuve un récit paru très récemment dans une importante publication de recherche en santé, qui a examiné le cas d’une femme diagnostiquée avec un cancer du pancréas[9].

Autant dire presque une condamnée à mort.

La plupart des personnes qui en sont victimes décèdent en effet en quelques mois et les plus chanceux peuvent espérer vivre encore un an ou deux. Au bout de 5 ans, 96 % des malades sont morts.

Cette femme est opérée : on lui retire une partie du pancréas. Puis c’est la chimiothérapie.

Son immunité décline, sa vitalité aussi. Elle est victime d’une inflammation de la jambe et ne peut bientôt plus marcher sans béquilles. Les médicaments n’y changent rien, et pour cette patiente les perspectives sont désastreuses.

Et puis…

Un médecin lui suggère l’utilisation d’une huile essentielle bien particulière.

Le résultat est proprement incroyable. Là où la médecine la plus pointue techniquement a échoué, la nature a remis de la vie.

En quelques semaines, la patiente retrouve toute sa mobilité, elle remarche, reprend confiance et se met à croire qu’une guérison est possible.

En dépit de tous les pronostics, cette femme est toujours en vie ! Et continue ses soins par les huiles essentielles.

Oui, vous avez bien lu, on ne parle pas là d’un petit bobo, d’un coup de mou passager, d’un problème « dans la tête ».

Il s’agit d’un cancer. Du plus redoutable de tous les cancers !!!

Et on voudrait priver les malades de ces informations ???

On voudrait tracer une ligne de vie ou de mort, entre ceux qui ont les moyens de payer des traitements exorbitants et les autres ?

Alors que des solutions naturelles, souvent gratuites, ont montré leur formidable pouvoir de soin ?

Pardon, mais de mon côté, j’ai choisi de répondre NON à ceux qui veulent organiser cette nouvelle ségrégation de la santé.

Voici un tout petit aperçu des trésors de santé qui figurent dans les premières pages de La Pharmacie Secrète de Dame Nature :

  • Faire connaissance avec l’incroyable warana, la plante qui décide qui elle soigne !
  • Elle aussi, faites-la pousser sur le rebord du balcon : une petite infirmière de tous les jours, qui régule la transpiration, agit comme antidépresseur léger, antiseptique et antioxydant. Elle mériterait une médaille remise par la ministre de la Santé en personne !
  • Une histoire à glacer le sang. Il arrive que de « simples » plantes soient utilisées par des âmes noires, désireuses de faire du mal. Vous verrez avec la grande gentiane que le pouvoir qu’elles en tirent est parfois… terrifiant.
  • Les secrets de santé d’une vieille dame qui en savait beaucoup plus que Google
  • Une astuce pour réussir son premier cataplasme (cataplasme de lin contre la toux, cataplasme de plantes fraîches, de plantes sèches etc.).
  • Démarrer sa petite pharmacie naturelle et familiale (en évitant les 3 erreurs les plus fréquentes).
  • Etc.

Et bien sûr, de très nombreuses informations validées par les dernières études scientifiques pour améliorer concrètement sa santé :

  • Six plantes pour une prostate assagie (et d’autres remèdes méconnus). Elles s’appellent le cyprès vert, le lentisque pistachier, l’hélichryse, le niaouli, l’eucalyptus à cryptone ou le santal jaune. Elles peuvent vraiment changer la vie des hommes de plus de 50 ans. À certaines conditions.
  • Les primevères sont décoratives, on le sait, elles ont de nombreuses vertus médicinales connues (anti-inflammatoires, expectorantes, etc.), mais vous allez leur découvrir un autre talent… très spécial.
  • Digestion : ça va vous changer de la tisane de grand-mère ! Notre mélange spécial de fenouil, verveine citronnée, cardamome, et souci c’est de la dynamite !!!…
  • Stress : la mélisse pour apaiser le corps et l’esprit (infusion des parties aériennes de la plante ou en extrait de plantes standardisées). Deux voies possibles selon votre cas.
  • Un antidépresseur naturel connu depuis des millénaires.
  • Olfactothérapie. Sentir certaines huiles essentielles pourrait permettre de retrouver… la mémoire ! Les odeurs puissantes des huiles sont utilisées pour aider les patients victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral), de traumatisme crânien, à récupérer progressivement une mémoire perdue, et faire remonter les souvenirs enfouis. Une technique impressionnante.
  • Eczéma: le bourgeon du cèdre fait merveille contre les eczémas secs, lorsque la peau devient dure et forme de larges plaques lisses, ou contre les eczémas fissurés, en particulier du bout des doigts. À compléter en hiver avec Petroleum, un autre médicament homéopathique (9CH, une dose par semaine). En cas d’eczéma suintant, attention, c’est un tout autre bourgeon qu’il vous faudra choisir, également efficace contre herpès et impétigo.
  • Les feuilles d'artichaut stimulent l'activité du foie et la sécrétion de bile, ce qui facilite la digestion des matières grasses. 
  • Le mélilot et l'hamamélis luttent contre les varices et l'insuffisance veineuse.
  • Le narcisse rouge agit aussi bien sur les torticolis aigus que sur les douleurs et contractures cervicales plus chroniques et favorisées par l’arthrose.
  • L'harpagophytum ou « griffe du diable » est une plante d'Afrique du Sud qui était consommée par les indigènes pour atténuer les douleurs, en particulier celles de l'accouchement. Mais elle est efficace pour traiter les douleurs articulaires et lombaires et les tendinites.
  • La canneberge réduirait de 50 % le risque d’infection urinaire.
  • Thé, café, garcinia et lila… le mélange gagnant pour maigrir !
  • Quant à la sarriette, il y a quelque chose de formidable qu’elle fait pour les couples âgés (et non, ce n’est pas ce que vous croyez) !
  • Contre l’acné, avez-vous essayé la remarquable huile essentielle de tea tree (Melaleuca alternifolia) ? Elle pourrait réduire de 54 % le nombre de boutons d’acné !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche