Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:24

 

Royal-Monaco--black.jpg

 

 RoyalMonaco_testata.jpg

 

PRIMO WEB MAGAZINE DI MONACO EDITO IN CARTACEO.      

IN PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/  

RETROUVEZ NOS ARTICLES WEB SUR "ROYAL MONACO JOURNAL

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE 

Luigi39tab-copie-1.jpgLuigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY (biennale) & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES.

In the past, he has been Captain aboard tanker ships . He got  Italian UNIVERSITY DOCTORATE in Foreigner and Litterature Languages (IULM Milano - Italy) and 3 years UNIVERISTY DIPLOMA in Public Relations and Discipline Administration (ISTITUTO UNIVERSITARIO LINGUE MODERNE -  Milano)

 

PRESENTS:  Royal Monaco Médecine

Davantage de zonas mais pas à cause du vaccin contre la varicelle

Publié le 12/12/2013 Partager sur Twitter Partager sur Facebook Imprimer l'article Envoyer à un confrère Réagir à l'article Enregistrer dans ma bibliothèque Reduire Agrandir


La varicelle est liée à l’infection primaire par le virus varicelle- zona (VZV). La réactivation  virale, généralement  à un âge avancé,  entraîne un zona. Tous les adultes aux USA ont une infection latente au VZV, avec survenue d’environ un million de zona par an.

Dès 1996, l’US Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) a recommandé  la vaccination de routine anti-varicelleuse chez les enfants sains entre 12 et 18 mois, recommandation par  la suite adoptée dans d’autres pays tels que le Canada, l’Australie, l’Allemagne ou la Corée du Sud. Il est possible, bien que discutable, que l’exposition au VZV, par contact avec des enfants varicelleux, augmente l’immunité spécifique et diminue donc le risque de zona ultérieur. A l’inverse, comme l’a suggéré l’UK Health Protection Agency, la vaccination contre la varicelle dans la jeune enfance pourrait  conduire à une augmentation de l’incidence du zona à l’âge adulte. De fait, plusieurs études, menées aux USA de 1945 à 2006, ont rapporté une augmentation de la fréquence des infections zostériennes, augmentation cependant également retrouvée dans des pays n’ayant pas mis en route de programme de vaccination anti-varicelleuse.

En 2006, l’US ACIP a préconisé la vaccination anti-zona chez les adultes de 60 ans ou plus afin de tenter de prévenir la survenue de la maladie et de ses séquelles, dont la neuropathie post zostérienne parfois redoutable. En 2010 toutefois, la couverture vaccinale restait faible, seuls 14,4 % des sujets de plus de 60 ans ayant été vaccinés.

Une étude, sous la direction de C M Hales, a été conduite pour préciser les tendances de l’incidence du zona dans la population américaine vieillissante et ses relations possibles avec le programme de vaccination contre la varicelle. Elle a porté sur un échantillon de sujets âgés de 65 ans ou plus, bénéficiaires de Medicare, enrôlés entre 1991 et 2010. L’incidence du zona a été mesurée en nombre de cas divisé par le total, en personnes-années, en séparant sujets sains et sujets potentiellement immunodéprimés. On s’est assuré que les modifications d’incidence n’étaient pas liées à une modification du programme Medicare, ni à un changement de comportement des participants en matière de santé. Trois périodes d’étude ont été définies: une première, avant l’implantation de la vaccination, de 1992 à 1995, une seconde, à la phase de mise en route du programme vaccinal, de 1996 à 1998, enfin une dernière, après implantation complète, allant de 2000 à 2010. Les résultats ont été ajustés en fonction de l’âge, du sexe, de l’origine ethnique et corrélés avec le taux de couverture vaccinale des enfants de 19 à 35 mois.

Une incidence augmentée de 40 %, sans rapport avec la couverture vaccinale contre la varicelle

Au total, 2 845 533 bénéficiaires de Medicare entre 1992 et 2010 ont été inclus dans la cohorte, totalisant 22 508 343 personnes-années avec une moyenne de 7 ans par sujet. L’âge moyen variait de 76,1 ans en 1992 à 77,1 ans en 2010. On a dénombré, durant cette période 281 317 cas dezona. L’incidence a cru de 40 %, passant de 10,2 /1 000 personnes - années en 1992 à 14,3 en 2010. Par contre, l’âge de survenue est resté stable : 76,9 ans en 1992 et 77,9 ans en 2010. Entre 1996 et 1998, l’incidence s’est élevée de 0,2 % par rapport à celle de la période pré vaccinale (hausse non significative). L’augmentation des cas de zona a concerné tous les types de population, y compris les sujets sans, a priori, aucun facteur d’immunosuppression. Toutefois, le risque relatif (RR) de zona était plus élevé chez la femme que chez l’homme (RR : 1,21 pour un intervalle de confiance, IC, à 95 % compris entre 1,19 et 1,24) et, comparativement aux Blancs, moins important chez les Noirs (RR : 0,76 ; IC : 0,72- 0,81). Point notable, l’incidence du zona n’a varié aucunement en fonction de l’importance de la couverture vaccinale anti-varicelleuse (RR : 0,9998; IC : 0,0993- 1,0003). Entre 1997 et 2010, l’augmentation d’incidence  a été identique dans les états avec forte couverture vaccinale (moyenne : 82 %) et dans ceux où elle était restés plus faible (moyenne : 64 %).

Il ressort de cette vaste étude que l’incidence du zona est, chez les personnes âgées aux USA, en constante augmentation mais, en aucune façon, liée à la pratique de la vaccination anti-varicelleuse chez le jeune enfant. La hausse avait débuté avant 1996, date de la mise en route du programme vaccinal. Elle ne s’est pas accélérée quand le taux de couverture du vaccin a atteint 90 % et que, parallèlement, le nombre de varicelles a baissé. L’âge de survenue  est, de même resté inchangé. Ces résultats viennent confirmer ceux d’études antérieures réalisées avant et après l’introduction de la vaccination. Ils rejoignent aussi ceux de pays sans mise en route de programme vaccinal anti-varicelleux. Ils ne paraissent pas non plus liés à des artefacts tels que majoration de l’immunosuppression avec l’âge, modifications des pratiques sanitaires ou encore du programme Medicare. La recommandation, à partir de 2006, de vacciner contre le zona les sujets de plus de 60 ans a conduit à  une couverture vaccinale faible ne pouvant pas modifier grandement l’incidence de l’affection zostérienne.

Ce travail n’a reposé que sur des données issues de bases administratives. Il est possible que l’incidence réelle du zona ait été sous estimée et que les différences observées selon l’origine ethnique aient été liées à des comportements sanitaires et à un accès aux soins différents. Il n’a concerné que les sujets de plus de 65 ans alors qu’un cas sur deux de zona survient avant cet âge. Enfin, d’autres co-facteurs potentiels, tels que parentalité, taille de la famille, co habitation avec un ou des jeunes enfants…n’ont pas été pris en compte dans l’analyse. Il n’en reste pas moins que l’augmentation d’incidence du zona est patente dans les populations âgées, qu’elle n’a, à ce jour aucune explication claire et qu’elle n’a pas été modifiée par la mise en route de la vaccination anti-varicelleuse chez le jeune enfant. Elle pose des problèmes de santé publique croissants et pourrait rendre d’autant plus utile la vaccination anti zostérienne dans cette tranche d’âge.



Dr Pierre Margent

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche