Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 21:27
PRIMA VOLTA DEL PREMIO STREGA NEL PRINCIPATO DI MONACO

PRIMA VOLTA DEL PREMIO STREGA NEL PRINCIPATO DI MONACO

In occasione del 70° anniversario, il Premio Strega è approdato per la prima volta nel Principato di Monaco. Il premio letterario più chiacchierato e mondano del panorama italiano ha offerto alla Dante Alighieri di Monte Carlo l’opportunità di far parte dei comitati italiani e stranieri che votano per scegliere i 5 finalisti.

Gli scrittori hanno presentato i loro libri nel salone Atlantic dell’Hotel Méridien mercoledi 22 giugno alla presenza di un folto pubblico composto anche dai lettori che, con il loro voto, hanno contribuito alla classifica finale.

I finalisti sono :

Edoardo Albinati:“La scuola cattolica” con 202 punti

Eraldo Affinati: “L’uomo del futuro”; con 160 punti

Vittorio Sermonti “Se avessero”; con 156 punti

Giordano Meacci “Il cinghiale che uccise Liberty Valance” con 138 punti

Elena Stancanelli “La femmina nuda” con 102 punti

I comitati italiani e stranieri della Società Dante Alighieri (Malaga, Principato di Monaco, Rostov, Skopje, Tunisi, Roma, Benevento ) hanno votato per Raffaella Romagnolo autrice de “ La figlia sbagliata” che si è classificata 7°

La serata finale con la proclamazione del vincitore avverranno venerdì 8 luglio all’Auditorium Parco della Musica di Roma e sarà trasmessa in diretta da Rai Tre.

Luigi MATTERA

I CANDIDATI PRESENTATI DA LUISELLA BERRINO

I CANDIDATI PRESENTATI DA LUISELLA BERRINO

Partager cet article

Repost0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 16:15
First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork

First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse)

Queen Elizabeth Perfume Artwork

A real royalistic artwork with a weight of 500 Kg.

It consists of an acrylic panel on wood and steel, 2,80m x 2m, painted on both sides in acrylic and 24 carat Gold.

With the portrait of Her Majesty in original size with diamonds in the eyes.

Under the acrylic panel there are 1.000 perfume bottles with the fragrance „Queen Elizabeth-Scent of Rose“.

45.000 crystals are integrated in the crowns of the cap, handmade in England.

The german artist Heiko Saxo lives and works in England.

Presentation of the artwork at Gallery Carre Dor, 5 rue Princesse Caroline, 98000 Monaco.

First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork

The original paintings of Queen Elizabeth II and Queen Mum created by the artist hang at Buckingham Palace, with Prince Charles at St. James‘s Palace, Clarence House, Westminster Abbey and Royal Hospital Chelsea.

The concept book „Golden Hearts Never Die“ with 180 pages created by the artist consists the initiative in shapes, colours, tones and fragrances with all planned creations.

Since 2003 this book is at Buckingham Palace with Queen Elizabeth.

Today all creations were realised and the products are combined in this unique artwork.

Products which are integrated in the Perfume-Artwork:

• „The Royal Symphony Queen Elizabeth, The Queen Mother“ (2003)

• Medal in 999 Silver to 80th birthday of Her Majesty, embossed with portrait of Queen Elizabeth, with angels and text „Golden Hearts Never Die“ (2006)

• Perfume „Queen Elizabeth Symphony“ with the fragrance „Scent of Rose“, created in Grasse (2007)

• „The Royal Symphony Queen Elizabeth II“ , parts played by The Royal Philharmonic Orchestra, composed by Heiko Saxo (2008)

To the german state visit of Her Majesty in 2004 commemorative cards were produced with the Queen Elizabeth motif and special stamp „Golden Hearts Never Die“.

Later in 2004 the original painting „Queen Elizabeth“ was auktioned by Christies.

With the same motif stamps were produced by Deutsche Post in 2009.

Paintings of Her Majesty and Queen Mum created by the artist were used as labels on wine bottles which were offered on the wine card of Hotel Adlon to german state visit of Her Majesty in 2004. To the same occasion "The Royal Laser Symphony" – a graphic and effect lasershow synchronized to "The Royal Symphony“ was performed.

Bernie Ecclestone admires the work by Heiko Saxo and his perfume artwork, too.

All creations of the artist are accepted by Her Majesty Queen Elizabeth II.

The owner of the artwork is Golden Hearts Never Die Ltd.

Price of the artwork: PoA

First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork
First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork
First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork First Perfume-Art Work by Heiko Saxo Golden Hearts Never Die (Heiko Sachse): Queen Elizabeth Perfume Artwork

Partager cet article

Repost0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 06:00
Da sin. Katia RICCIARELLI, Pier Paolo NUDI, Mark COOPER , Gianfranco ORETTI DELLA VOLTA,

Da sin. Katia RICCIARELLI, Pier Paolo NUDI, Mark COOPER , Gianfranco ORETTI DELLA VOLTA,

KATIA RICCIARELLI
KATIA RICCIARELLI

KATIA RICCIARELLI MADRINA A MONTECARLO DEL GALA DE L’ART 2016

«BELLO DARE VOCE ALLA CULTURA E ALLA LIBERTA’ DI ESPRESSIONE»

Katia Ricciarelli è la madrina d’eccezione della quinta edizione del Gala de l’Art che ha avuto luogo il 25 di Giugno presso l’hotel Fairmont a Montecarlo con la vittoria, designata dalla giuria, di Pier Paolo NUDI .

«Sono felice e onorata di essere la madrina di questo prestigioso concorso artistico» ha dichiarato Katia Ricciarelli. «In questo clima di aridità generale adoro gli eventi, come questo organizzato dal mio amico Stefano Iori, che danno voce alla cultura e alla libertà di espressione» Il noto soprano ha anche presentato nel corso dell’evento il suo ultimo libro “Vi canto una storia”, scritto a quattro mani con Marco Carrozzo, che si ripropone di avvicinare il pubblico più giovane alla musica lirica, attraverso il mondo delle fiabe. «Con questo libro mi piaceva far avvicinare i bambini a questo mondo fantastico, straordinario, in maniera naturale, soft, disincantata» ha spiegato la cantante, vera icona della musica lirica in Italia e nel mondo. «Volevamo, in questo modo, sfatare la falsa credenza di molti genitori che pensano che il mondo dell’opera sia una “esperienza” noiosa e troppo complicata da far comprendere ai loro figli. In fondo, è risaputo: i bambini vedono le stesse cose che vediamo noi grandi, ma con occhi divers

KATIA RICCIARELLI MADRINA A MONTECARLO DEL "GALA DE L’ART 2016" VINTO DA PIER PAOLO NUDI
KATIA RICCIARELLI MADRINA A MONTECARLO DEL "GALA DE L’ART 2016" VINTO DA PIER PAOLO NUDI
Il presentatore  Francesco  Zarbano maestro e presidente Italian Gospel Choir
Il presentatore Francesco Zarbano maestro e presidente Italian Gospel Choir

Anche quest’anno, numerose sono state le richieste di partecipazione da parte di Artisti. Invariata resta la formula del concorso artistico curato dalla Iori Casa d’Aste, GlobArt e Artepremium. Tra questi un team di esperti d’arte ha selezionato il gruppo che esporrà nelle prestigiose sale dell’Hotel Fairmont : Lorenzo Zenucchini, Johnny Viganò, Pier Paolo Nudi, Martina d'Alessandro, Paola Pompei, Gianfranco Oretti, Federica Ripoli, Mark Cooper, Giovanni Boldrini, Luciano LaTorre, Antonio Nacci, Francesco Senise, Pierluigi Morimanno, Herman Normoid, Antonio Ciardullo, Roberto Ardovino. Nella giornata del 25 una giuria composta da: l’Ambasciatore Reggente Dott. Giuseppe Folino, la Grande Uff.le della Repubblica Italiana Katia Ricciarelli, il Prof. Vladimir Cicognani , il Dott.re Giuseppe Ambrosio, il Direttore Stefano Iori, il Prof. Carlo Misuraca, il Dott. Andrea Bellusci, ha decretato i tre migliori artisti che ottengono il privilegio di esporre le loro opere per circa un mese all’interno delle sale di rappresentanza della sede dell’Ambasciata Italiana a Monaco.

IN ALTO IL PREMIO ALL'AMBASCIATORE GIUSEPPE FOLINO - SOTTO LE OPERE DI GIANFRANCO ORETTI DELLA VOLTA
IN ALTO IL PREMIO ALL'AMBASCIATORE GIUSEPPE FOLINO - SOTTO LE OPERE DI GIANFRANCO ORETTI DELLA VOLTA
IN ALTO IL PREMIO ALL'AMBASCIATORE GIUSEPPE FOLINO - SOTTO LE OPERE DI GIANFRANCO ORETTI DELLA VOLTA
IN ALTO IL PREMIO ALL'AMBASCIATORE GIUSEPPE FOLINO - SOTTO LE OPERE DI GIANFRANCO ORETTI DELLA VOLTA

IN ALTO IL PREMIO ALL'AMBASCIATORE GIUSEPPE FOLINO - SOTTO LE OPERE DI GIANFRANCO ORETTI DELLA VOLTA

PIER PAOLO NUDI E SIGNORA
PIER PAOLO NUDI E SIGNORA

Cinque anni di successi, dunque, per una manifestazione culturale Patrocinata dall’Ambasciata d’Italia nel Principato di Monaco fortemente voluta, e sostenuta dalla Iori Casa d’Aste, la galleria d’arte Piacentina, da decenni punto di riferimento Nazionale per il mercato dell’arte moderna e contemporanea. Tutto parte da un’idea di Stefano Iori, direttore della galleria, che, presente nel Principato di Monaco da diversi anni anche con altri eventi, ha intuito l’importanza di continuare e far conoscere il florido panorama Artistico contemporaneo Italiano purtroppo ancora poco conosciuto all’estero. Nasce così il Galà de l’Art, una vera e propria kermesse Artistica che negli anni ha portato alla ribalta dei riflettori Monegaschi decine di Artisti che, diversamente, non avrebbero avuto la possibilità di mostrare il loro talento a un pubblico così esclusivo e Internazionale come quello di Montecarlo. Per festeggiare questo importante traguardo e premiare gli Artisti è stata organizzata una esclusiva cena di Gala presso la terrazza panoramica del ristorante Horizzon dell’hotel Fairmont. Un momento cui hanno preso parte, non solo, ospiti illustri ma anche gli artisti delle passate edizioni e personaggi appassionati d’arte.

LM

KATIA RICCIARELLI MADRINA A MONTECARLO DEL "GALA DE L’ART 2016" VINTO DA PIER PAOLO NUDI
KATIA RICCIARELLI MADRINA A MONTECARLO DEL "GALA DE L’ART 2016" VINTO DA PIER PAOLO NUDI

Partager cet article

Repost0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 12:43
MESDAMES MERLINO ET TIROLE

MESDAMES MERLINO ET TIROLE

MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART

MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART

A’ l’origine de cette exposition « La nature de l’Art », il y a l’AIAP, Association Internationale des Arts Plastiques auprès de l'UNESCO et la FGFM, qui a conjugué ses souhaits afin de présenter à la Maison de France, à Monaco - Bd. Grimaldi - des artistes regroupés en son sein. Il est apparu évident d’intégrer l’Art dans ces prestations, car entre France et francophonie on devait naturellement continuer à élargir le champ d’investigation de l’image de la France à l’extérieur de ses frontières et, depuis deux ans, on trouve alors le plaisir de pouvoir organiser à la Maison de France des expositions qui rencontrent de plus en plus d'écho. Les artistes de l'AIAP sont partie intégrante de cette ouverture et ils ont donné à l'organisation le choix du thème destiné à cette exposition qui à trouvé les faveurs d'un grand publique et la présence des autorité dans les espaces de la "Maison" le jour de l'ouverture, 23 juin 2016, accueillis par Mme Merlino et Mme Marie Aimée Tirole, artiste et présidente de l'AIAP qui, après son a son allocution sur la "nature de l'art" a tenu à remercier Son Excellence Monsieur Hadelin de la Tour du Pin, Ambassadeur de France en Principauté de Monaco, la Fédération des Groupements Français de Monaco et sa Présidente Madame Merlino ainsi que tous les responsables de la Maison de France , pour avoir souhaité et accueilli cette artistiques exposition de très haut niveau !.

MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART
MONACO - MAISON DE FRANCE: EXPOSITION "LA NATURE DE L'ART

Partager cet article

Repost0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 07:25
SOLAR IMPULSE 2 A ATTERRI EN ESPAGNE APRES LA TRAVERSEE ATLANTIQUE
SOLAR IMPULSE 2 A ATTERRI EN ESPAGNE APRES LA TRAVERSEE ATLANTIQUE

Le premier avion solaire, le SOLAR IMPULSE 2, capable de voler jour et nuit sans utiliser aucun carburant classique - a quitté l'aéroport international de New York, aux commandes de Bertrand Picard et a atterri hier jeudi en Espagne à 7h40 à l’aéroport de Seville après deux jours 23h et 8 minutes de vol ! Picard est un des deux pilotes ( l’autre est André Borschberg) en essayant le premier vol solaire à travers le monde à être exécuté sur les technologies propres : un projet qui avait été jugé impossible par les experts de l' industrie ! Poussé par les vents, le PULSAR IMPULSE peut dépasser les 100 km/h, par rapport au sol, et faire des pointes à 140 km/h (une moyenne de vitesse comparable à celle d’un avion type Cessna- DR400 120 CV (2-4 personnes) mais propulsé par le carburant ! Entamé à Abou Dhabi le 9 mars 2015, le Solar Impulse devra encore effectuer deux tapes pour compléter le tour du monde.

Partager cet article

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 05:54
À Menton, les grands évènements ont tous leur « appli » pour téléphone
À Menton, les grands évènements ont tous leur « appli » pour téléphone

À Menton, les grands évènements ont tous leur « appli » pour téléphone

Vous l’avez sûrement remarqué : depuis quelques mois, à la faveur de la mutualisation mise en place en 2015 entre la Ville et son Office de tourisme pour certaines missions de communication, les outils se modernisent à vue d’œil.

Tel est notamment le cas avec les « applis mobiles », omniprésentes désormais dans notre quotidien. Ces petits logiciels, ludiques ou pratiques, sont destinés aux téléphones portables et aux tablettes. Dans notre commune, le phénomène n’est certes pas nouveau. Le Festival de Musique de Menton fut parmi les premiers en France à disposer de son application mobile. On connaissait également celle de la Fête du Citron®. Mais leur fabrication auprès de sociétés spécialisées était coûteuse et leur fonctionnement pas optimisé sur les tablettes. Grâce aux évolutions rapides du marché et des technologies, la Ville est désormais à même de développer en interne ses propres applications pour un coût de quelques centaines d’euros, tout en bénéficiant de fonctionnalités très actuelles comme le "geofencing" (une technique de marketing ciblé d’après la localisation GPS). Et ça se voit !

Cette nouvelle série d’applications, débutée avec Cinecittà pour la Fête du Citron®, a rencontré un franc succès avec plus de 4 000 téléchargements (soit mieux qu’au cours des trois précédentes années réunies) et une note de 4,5/5.

Deux autres applis viennent d’être réalisées à la suite. L’une, inédite, est dédiée au festival Ma Ville est Tango avec le programme complet des soirées, cours et milongas que les passionnés pourront suivre du 15 au 17 juillet. L’autre, consacrée au Festival de Musique et entièrement repensée, invite aux souvenirs de merveilleux moments grâce aux galeries photo et vidéo des précédentes éditions. Elle propose bien sûr la découverte des artistes de cette 67e édition, du 30 juillet au 14 août. Ainsi, tous les grands événements de Menton disposent désormais de leur appli mobile, sur iOS et Android. Un argument important en termes de promotion. La preuve aussi que Menton, déjà active sur les réseaux sociaux, est une ville à la pointe de cette technologie d’avenir. Prochaines étapes : des applis pour les musées, les jardins et les services de la commune.

Partager cet article

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 05:25
PER L’ ITALIA GIANGILBERTO MONTI  CANTA "RENAUD", STELLA DEL ROCK D’AUTORE D’ OLTRALPE
GIANGILBERTO MONTI
GIANGILBERTO MONTI

PER L’ ITALIA GIANGILBERTO MONTI CANTA "RENAUD", STELLA DEL ROCK D’AUTORE D’ OLTRALPE

di Maria Moroni

Ingegnere e attore oltre che cantautore: vi presento Giangilberto Monti.

Titolo accademico a parte, Monti studia mimo e teatro e nei primi anni ottanta si perfeziona in interpretazione vocale con Cathy Berberian, recita con Franca Rame e Dario Fo.

Scrittore, autore di pièces teatrali e radiofoniche, produttore discografico, studioso della canzone francese ed esperto della canzone umoristica italiana, l’artista milanese ha pubblicato dizionari e saggi per Garzanti, scritto per vari cabarettisti agli esordi, pubblicato diversi album come cantautore, curato rassegne musicali e ideato spettacoli. Collabora da anni con la Radio Televisione della Svizzera Italiana (RSI) per la quale ha scritto e interpretato radiodrammi musicali.

A gennaio 2015 è uscito il suo album Opinioni da Clown (Egea Music/ed. Warner Chappell), un cd di brani inediti dopo il lungo lavoro sul recupero della comicità musicale italiana e i molti dischi tratti dal repertorio francese che Monti ha spesso tradotto in italiano negli ultimi vent’anni: dalle ballate anarcoidi di Boris Vian alle provocazioni melodiche di Serge Gainsbourg per arrivare ai versi di Léo Ferrè. Nel 2016 poi è stato pubblicato il suo ultimo libro Romanzo musicale di fine millennio (2016, 244 p., Miraggi Edizioni) che racconta, in modo ironico, un mondo culturale che non esiste più ma che ha ancora qualcosa da insegnarci. In questo libro sono racchiusi 30 anni di musica e cabaret (dal 1970 al 2000), di cultura pop del nostro Paese raccontati da un clown che ne è stato testimone e protagonista, sul palco e dietro le quinte.

Canti Ribelli, invece, è il titolo del suo ultimo album (progetto supportato dalla raccolta fondi crowdfunding https://www.becrowdy.com/canti-ribelli) che si propone di far conoscere per la prima volta in Italia i testi di Renaud, stella del rock d’autore d’oltralpe.

Monti, studioso e appassionato di chanson française, adatta in italiano il repertorio del cantautore francese e lo ripropone con una rockband torinese formata dal pianista-performer Andrea Cavallo, dal percussionista Paolo Rigotto (già Banda Elastica Pellizza), dal bluesman Roberto Zorzi e dal bassista folk Umberto Cariota.

Perché ha scelto di far conoscere in Italia l’artista francese Renaud?

“E’ nato il mio stesso giorno, l’11 maggio 1952, in modo scherzoso posso dire che è il mio alter ego. La verità, invece, è che i suoi testi sono affascinanti. E’ un cantore delle periferie e questo ci accomuna perché anch’io all’inizio della mia carriera, negli anni 70, cantavo le periferie poi mi sono dedicato anche ad altro mentre lui continua ancor oggi su questo filone. Lo potrei definire un Guccini in versione rock.

D’altronde, in Italia, già negli anni ’60, artisti del calibro di Gino Paoli, Fabrizio De Andrè e Bruno Lauzi si dedicavano alle chansonnier français ed oggi Renaud, nato nella banlieue parigina incarna nel suo percorso artistico l’ultima schiera dei maudits che attraversano il Novecento francese, merita quindi di essere conosciuto anche in Italia, non solo in Francia.

MARIA MORONI

MARIA MORONI

Partager cet article

Repost0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 06:57
Menton: Regards de collectionneurs – l’art belge d’après-guerre dans la collection Caroline et Maurice Verbaet
Menton: Regards de collectionneurs – l’art belge d’après-guerre dans la collection Caroline et Maurice Verbaet

L'exposition Regards de collectionneurs – l’art belge d’après-guerre dans la collection Caroline et Maurice Verbaet présente une sélection d'oeuvres prestigieuses issues de la collection privée de Caroline et Maurice Verbaet. Une occasion unique de découvrir la richesse artistique qui caractérise la création belge durant la période méconnue des Trente Glorieuses. Qualifiée de « petit pays de grands collectionneurs », la Belgique regorge d’un patrimoine d’une exceptionnelle qualité. Historiquement, le rôle joué par les collectionneurs fut essentiel au travers d’une volonté affirmée de soutenir et de partager l’art avec le plus grand nombre. Ce désir perdure au fil du temps comme en témoigne cet événement. La passion est au rendez-vous… Elle s’exprime au travers du regard complice de ce couple de collectionneurs animés par le plaisir de la découverte. Le parcours de l’exposition se veut atypique en privilégiant les confrontations visuelles et les rapprochements plastiques pour mieux révéler les spécificités d’un art belge d’une surprenante vigueur.


Cette exposition vient compléter la réflexion menée, depuis décembre 2015, sur le musée et la collection, en parallèle avec la donation Séverin Wunderman, fondatrice du musée Jean Cocteau actuel. Faut-il voir une coïncidence dans le fait que Séverin Wunderman était d’origine belge ?
Depuis ce printemps, la collection Verbaet s’expatrie et se dévoile à Saint-Rémy-de-Provence et à Pontoise. À Menton, déployée sur deux lieux, la collection prend ses quartiers au musée Jean Cocteau, mais également au Palais de l'Europe. Cette double exposition permet d'offrir aux visiteurs une véritable promenade artistique au coeur de la ville. Le cadre intime du musée Jean Cocteau privilégie la découverte d’oeuvres sculptées tandis que la spacieuse galerie du Palais de l’Europe accueille volontiers des peintures aux formats généreux. Un dialogue dynamique s’instaure d’un espace à l’autre, dévoilant les multiples facettes caractéristiques de l’intérêt pluriel des collectionneurs.


Artistes exposés :
Au musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman :
Fred Bervoets, Bert De Leeuw, Denmark, Christian Dotremont, Vic Gentils, Henri Michaux, Jacques Moeschal, Panamarenko, Tapta, Paul Van Hoeydonck, Serge Vandercam, Lionel Vinche, André Willequet.
À la galerie du Palais de l’Europe :
Willy Anthoons, Jan Burssens, Pol Bury, Jo Delahaut, Bert De Leeuw, Charles Drybergh, Jan Fabre, Michel Frère, Vic Gentils, René Guiette, Stéphane Mandelbaum, Pol Mara, Antoon Marstboom, Antoine Mortier, Luc Peire, Raoul Ubac, Guy Vandenbranden, Serge Vandercam, Marthe Wéry.

En Belgique, les collectionneurs sont nombreux et les initiatives privées visant à montrer ces collections sont de plus en plus courantes.
Maurice Verbaet est l’un d’entre eux. Issu d’une famille d’amateurs d’art, il établit sa fortune en reprenant l’agence de change fondée par son grand-père maternel et devient ainsi, au début des années 1970, le plus jeune agent de change de Belgique. Il débute sa collection par des achats en salles de vente, rejoint en 1989 par sa femme Caroline qui partage la même passion pour le domaine artistique. Leur choix s’est porté sur l’art belge ; très tôt ils mettent en place une politique de prêt d’oeuvres et les expositions se succèdent (dont la plus importante est celle au Musée d’Ixelles en 2012 avec la présentation de plus de 200 pièces).
Caroline et Maurice Verbaet se sont orientés, à partir de 2012, vers l’art belge d’après-guerre et ont créé un centre d’art à Anvers, le Maurice Verbaet Art Center (mvAc) dont l’ouverture a eu lieu en septembre 2015. Pour financer cette entreprise ambitieuse, ils optent pour la vente d’une partie de leur collection consacrée à l’art d’avant-guerre (1880-1940) et n’hésitent pas à se séparer de plusieurs oeuvres magistrales.
Une collection n’étant jamais finie, elle s’alimente au fur et à mesure des coups de coeur des collectionneurs. Fort de sa liberté de choix, Maurice Verbaet souhaite conserver la fraîcheur de son regard et acquérir les oeuvres qui lui plaisent plutôt que certaines autres majeures pour lesquelles il n’a pas d’attirance.
La mission du mvAc est de faire connaître au public, dans un souci de transmission aux générations futures, cet art belge souvent insuffisamment reconnu. La démarche de Maurice Verbaet s’inscrit donc dans une volonté de valorisation des artistes qu’il a choisis pour sa collection.
« Aborder l’art belge d’après-guerre selon des angles d’approche novateurs, en confrontant des productions artistiques de natures variées, en faisant fi des carcans et des cloisonnements tout en apportant un éclairage sur les personnalités qui ont participé activement à créer un terreau fertile à la création, voilà le défi du mvAc circonscrit »1.
Forte de cette volonté de diffusion et de circulation d’oeuvres d’artistes belges, la Ville de Menton expose la production de 30 artistes sur deux lieux : à la galerie du Palais de l’Europe et au musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman.
Cette sélection présente des personnalités artistiques différentes pour montrer un panorama de l’art belge d’après-guerre dont la production a été féconde. À chaque exposition correspond un éclairage différent sur la collection privée de Caroline et Maurice Verbaet : le focus choisi à cette occasion, bien qu’étant un parti pris, suscitera la curiosité et l’intérêt du public pour ces courants aussi divers et singuliers puissent-ils être.

Art belge 1945-1975 – p. 14
Les Trente Glorieuses (1945-1975) marquent un tournant dans l’art moderne avec l’émergence de figures internationales telles qu’Andy Warhol. Certes, New York prédomine sur la scène artistique mais localement, et notamment en Belgique, des mouvements artistiques émergent avec leurs particularités. Deux courants sont dominants : l’expressionnisme et le surréalisme avec des personnalités marquantes telles que Constant Permeke et René Magritte. En parallèle, un nouveau mouvement belge est créé, l’Animisme, regroupant des artistes de second plan, sans rattachement à aucune mouvance. Il sera suivi du rassemblement d’artistes intitulé la Jeune Peinture Belge (JPB, 1945-1948) très orientée vers l’abstraction mais laissant toute liberté d’expression aux artistes adhérents.
Ces différents courants – dont les centres de création sont à Bruxelles, à Anvers puis à Gand – ont des résonances internationales. La Belgique est alors un foyer créatif dynamique.
L’art belge d’après-guerre s’est exporté à l’étranger, à partir des années 1950 : aux États-Unis à travers de grandes expositions (au Guggenheim, au Carnegie Institute...) et aussi à Paris lors de la Biennale de 1959.
La plupart des plasticiens choisis pour cette exposition mentonnaise ont également été réunis dans les manifestations Forum (1961-1962-1963).
L’exposition privilégie les artistes, peintres et sculpteurs à l’origine de la naissance de ces mouvements, souvent issus d’expérimentations diverses – individuelles ou de groupes. Ils représentent les tendances artistiques de cette période : l’abstraction sous ses différentes formes mais aussi le courant fantasmagorique, la poésie graphique, la vibration lumineuse, l’avènement de l’objet, la Nouvelle Figuration et enfin la fureur de vivre.
1 – L’abstraction : l’espace, le geste, la matière, la ligne
Certains des artistes ont fait partie, à leurs débuts, de l’association de la Jeune Peinture Belge (JPB). Nombre d’entre eux, membres de la JPB, optent pour l’abstraction – soit le courant lyrique, soit géométrique – ou préfèrent parfois une démarche plus personnelle.
Pol Bury (1922-2005), après une adhésion au mouvement surréaliste, préfère la liberté de création donnée par la JPB à partir de 1947. Dans ce cadre, il est tenté par l’abstrait jusqu’à ses oeuvres abouties de 1951-1952. Les imbrications en peinture se traduisent par un travail sur le mouvement en lien avec ses sculptures mobiles.
L’espace…
Jo Delahaut (1911-1992), membre fondateur du groupe Art Abstrait (1952-1956), a été lui aussi rattaché au mouvement de la JPB. Il est un des représentants de l’abstraction géométrique. Il procède souvent par répétition séquentielle d’un seul élément avec la couleur comme axe central du tableau.
Le mouvement débuté à Bruxelles intéresse également des artistes anversois dont Guy Vandenbranden (1926-2014) qui, influencé par Mondrian, opte pour une logique constructiviste de l’abstraction géométrique, tout en laissant une grande importance à la couleur.
Ces artistes plasticiens ont une démarche intellectuelle d’architecte, et donc le souci d’intégrer l’oeuvre à l’espace public. En ce sens, les travaux de Jacques Moeschal et Tapta figurent parmi les plus aboutis.
Jacques Moeschal (1913-2004) n’a eu de cesse de créer des pièces en harmonie avec le lieu de vie. En référence aux créations des civilisations anciennes, il préfère souvent l’échelle monumentale. Capter la lumière et réduire la ligne à la simplicité sont ses maîtres mots.
Tapta (1926-1997) s’interroge sur la fonctionnalité de l’art avec un médium particulier, la tapisserie. Ses structures tissées deviennent de véritables sculptures qui occupent l’espace.
Le geste…
Antoine Mortier (1908-1999) fait un bref passage par la JPB. Son travail, représentatif de l’abstraction lyrique, trouve sa base dans la réalité et notamment dans l’univers familier de l’artiste. Les deux oeuvres présentés (Femme assise I, 1954 et Mort aux rats, 1958) font partie de son travail gestuel dont seule compte la force visuelle attractive du résultat.
L’expression gestuelle se retrouve aussi dans les peintures aux traits spontanés de Charles Drybergh (1932-1990) primé en 1961 par la JPB et de Serge Vandercam (1924-2005), primé lui aussi par la JPB en 1956.

Autre artiste abstrait, Antoon Marstboom (1905-1960), dont l’oeuvre Signes portuaires (1959) est la métamorphose d’un thème donné. Comme Mortier, le peintre dépeint son environnement - le port d’Anvers - qu’il a coutume de fréquenter, par des lignes incisives et des couleurs rayonnantes.
Avec Marc Mendelson, ces trois artistes ont su retranscrire leurs émotions par l’abstraction.
La sculpture est le domaine favori de quelques artistes pour s’exprimer par le geste. Réduite à l’essentiel, l’oeuvre n’est plus que l’expression d’une sensation.
Raoul Ubac, Willy Anthoons et André Willequet savent traduire dans des matériaux bruts les états d’âme.
Raoul Ubac (1910-1985) a choisi un matériau particulier, l’ardoise, qu’il magnifie par une taille pure et minimaliste. Peu nombreuses, ses sculptures sont les racines de l’humanité et le lien avec les générations passées.
Willy Anthoons (1911-1982) se rapproche de Raoul Ubac par la taille directe de la sculpture : il parvient à insuffler au bois une vie qui l’anime et à retranscrire une forme de sensibilité. Le feu sacré est son thème de prédilection : Vive flamme n°1 (1963) et Feu n°2 (1966) sont des oeuvres représentatives de l’élan vertical qu’il a su traduire dans son travail et de la démarche spirituelle qui aboutit à ses créations.
La transcription de l’émotion par la sculpture est aussi le choix d’André Willequet (1921-1998). Avec une grande sobriété dans les formes et une épure dans la ligne du bois, l’artiste traite le thème du double – les Gémeaux (1989) – et des épisodes bibliques – le coup de lance (1989-1990).
Le point commun de ces oeuvres est la vigueur exprimée, quel que soit le déclencheur, et leur sincérité.
La matière…
D’autres artistes présentés ont choisi de privilégier la matière en laissant la place à d’épaisses couches picturales sur la toile. Certains d’entre eux sont installés à Paris et côtoient les fondateurs parisiens de l’art informel : Dubuffet, Fautrier et Wols.
René Guiette (1892-1976) est l’un des pionniers du matiérisme. Lié à Jean Dubuffet, son oeuvre se rapproche du primitivisme et de l’art brut. Il suscite des suiveurs :
Jan Burssens (1925-2002), après des débuts artistiques en tant que membre fondateur du groupe Art Abstrait (1952-1956), opte finalement pour le magma de matière peinte dont surgissent les sujets.
Michel Frère (1961-1999) livre des oeuvres dont la matière occupe aussi une place primordiale et dont l’aspect dense est aussi très structuré et coloré.
La ligne…
Certains artistes abstraits se révèleront au moyen de la ligne.
L’oeuvre de Luc Peire (1916-1994) est reconnaissable aux traits rectilignes qu’il trace sur la toile.
Marthe Wéry (1930-2005) élabore son oeuvre autour du thème répétitif de la ligne réduite à son expression la plus minimale. Son raisonnement la conduit à intégrer ses peintures dans l’espace.
2 – Le fantasmagorique
Dans la tradition de leurs prédécesseurs, James Ensor ou René Magritte, des artistes, pour certains membres du groupe Cobra, donnent vie à une nouvelle forme de création onirique et poétique. Ils se démarquent volontairement du mouvement abstrait qu’ils rejettent, pour donner libre cours à leur imaginaire sous-tendu par un esprit expérimental.
Le plus connu des représentants du mouvement est Pierre Alechinsky.
Membre de ce courant artistique, Serge Vandercam (1924-2005) parvient à créer dans ses toiles une dramaturgie inquiétante par la présence d’étranges personnages.
Fred Bervoets (1942) raconte de véritables histoires truculentes dans ses tableaux.
3 – La poésie graphique
Trois artistes représenteront ce que nous pouvons qualifier de poésie graphique : ce sont des poètes liés au mouvement Cobra qui pratiquent l’écriture picturale (imbrication de peinture et d’écriture). Le visuel est rendu par le graphisme. Heureuses ou tragiques, ils racontent des histoires sur la toile et prennent l’écriture comme vecteur principal de leurs créations.
Christian Dotremont (1922-1979) est l’un des premiers à créer des logogrammes. Avec lui, le mot devient oeuvre d’art.
Henri Michaux (1899-1984) choisit surtout l’encre de Chine pour tracer les symboles sur la toile à travers un geste purement expérimental.
Plus récemment, Lionel Vinche (1936) mêle les textes et les images avec humour, faisant parcourir ses oeuvres de personnages fantasques.
4 – La vibration lumineuse
Des peintres abstraits vont focaliser leur recherche sur le rendu de la lumière. Ils ont fait partie du groupe artistique créé en 1958 à Anvers, le cercle G58, qui organisa de nombreuses expositions.
DOSSIER DE PRESSE
9
Paul van Hoeydonck (1925) crée une série d’oeuvres lumières, les lightworks, dans lesquelles domine essentiellement le blanc. Sa recherche picturale tend à capter le mouvement et transcrire les vibrations de la lumière.
Bert De Leeuw (1926-2007) dépasse la matière pour ne s’occuper que du rendu de l’espace et donner son impression du cosmos. Ses tableaux lumineux sont nés de nouveaux procédés chimiques qu’il expérimente, intégrant la fluorescence dans sa peinture.
5 – L’avènement de l’objet
L’objet au centre de la création est une des préoccupations de la jeune génération d’artistes dans les années 1960.
Vic Gentils (1919-1997) s’est approprié certains objets (cadres, pianos) pour en faire des sculptures et leur redonner une seconde vie. Cet assemblage de matériaux hétéroclites crée des oeuvres d’esprit baroque et pleines d’humour, portes ouvertes vers un autre monde.
Paul Van Hoeydonck est son homologue par l’utilisation détournée du plexiglas qu’il insère dans ses oeuvres.
Denmark (1950) est dans la mouvance de ces deux artistes par la création d’objets qu’il produit à base de papiers usagés qu’il découpe, plie et compresse.
Panamarenko (1940) est fasciné par l’aérotechnique. Il développe une véritable poétique sur les mécaniques de vol en créant des sculptures d’apparence très pauvre, non dénuées d’humour.
6 – La Nouvelle Figuration
Elle est représentée dans notre exposition par l’artiste Pol Mara (1920-1998). Il est le chantre de la « femme libérée », reflet d’une nouvelle génération et témoin d’une nouvelle époque. Publiciste de formation, ses oeuvres sont construites de manière hyperréaliste, avec des couleurs vives et une lecture directe telles des affiches. Cet artiste est dans la mouvance du Pop Art qu’il réinterprète selon son prisme personnel. Il crée alors une série d’oeuvres où la construction est volontairement éclatée sans pour autant se détacher de la réalité.
7 – La fureur de vivre
Les coups de coeur des collectionneurs Caroline et Maurice Verbaet les ont portés vers des artistes contemporains n’adhérant à aucun mouvement, tels Jan Fabre et Stéphane Mandelbaum, mais dont le point commun est la confrontation du spectateur à son humanité.
Jan Fabre (1958), flamand de renommée internationale, procède beaucoup par séries. Il dénonce dans son oeuvre les angoisses de la vie et les difficultés de notre société.
DOSSIER DE PRESSE
10
Stéphane Mandelbaum (1961-1986) est un dessinateur hors norme. Ses grands dessins retranscrivent sa fureur de vivre. Chargé d’un passé douloureux, il a su faire rejaillir toute sa souffrance dans ses oeuvres, en traitant des thèmes violents sous son trait acéré.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 14:27
Les 3 finalistes avec Jean-Marie Rouart, Pdt du Jury et Alexandre Durand-Viel

Les 3 finalistes avec Jean-Marie Rouart, Pdt du Jury et Alexandre Durand-Viel

Alexandre Durand-Viel, DG du Château de la Messardière en compagnie de Nathalie Reims, lauréate 2016
Alexandre Durand-Viel, DG du Château de la Messardière en compagnie de Nathalie Reims, lauréate 2016

Le Château de la Messardière, 5 étoiles Palace à Saint-Tropez, n’a pas seule vocation
d’accueillir dans son hôtel luxueux une clientèle internationale, désireuse de séjourner dans le
Golfe de Saint-Tropez d’avril à fin octobre.
Son Directeur Général, Alexandre Durand Viel, homme cultivé, est soucieux d’ouvrir les portes
de ce magnifique établissement à toutes sortes d’exercices de qualité, musicaux, picturaux,
littéraires...
C’est ainsi que depuis 2011, il nous emmène dans un voyage en littérature avec la complicité
de Jean-Marie Rouart de l’Académie française, président du jury 2016, pour décerner mi-mai, le
sixième Prix Messardière - Roman de l’Eté.
Pour cette édition, les membres du jury étaient :
- Mohamed Aissaoui - Le Figaro Littéraire
- Elisabeth Barillé - Ecrivain
- Jérôme Béglé - Le Point
- Olivier Bellamy - Radio Classique, Classica
- Emmanuelle de Boysson - Ecrivain
- Didier van Cauwelaert - Ecrivain
- Catherine Enjolet - Ecrivain et coordinatrice du prix avec les Maisons d’Editions
- Capucine Motte - Ecrivain
- Gonzague Saint Bris - Ecrivain
Ils ont eu la difficile tâche de départager plus de cinquante auteurs et de sélectionner trois
finalistes soit :
- François Guillaume Lorrain, «Vends maison de famille» - Flammarion
- Nathalie Reims «Place Colette» - Léon Scheer
- Romaric Gergorin «Erik Satie» - Actes Sud / Classica
C’est à l’occasion d’un dîner au restaurant gastronomique l’Acacia du Château de la
Messardière que le nom du gagnant a été décidé et révélé au public le 21 mai lors d’une
rencontre avec les lecteurs : pas moins de 200 amoureux de littérature, venus échanger avec
les auteurs. Nouveauté cette année, un « Livre en Salon » ayant permis aux auteurs et aux
membres du jury de dédicacer leurs ouvrages à ce nombreux public littéraire.
Ainsi ai-je eu le grand privilège de m’entretenir quelques minutes avec Jean-Marie Rouart,
Didier Van Cauwelaert, dont j’avais dévoré les derniers opus avec délectation, et enfin ...
Nathalie Reims, la lauréate 2016, pour «Place Colette».
Sylvie JARIER

Partager cet article

Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 13:45

Partager cet article

Repost0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 13:55
LE TRE ARTISTE

LE TRE ARTISTE

GRANDE SUCCESSO PER “ SOGNI E SEGNI” MOSTRA D’ARTE COLLETTIVA A BORDIGHERA

Centro Culturale-Chiesa Anglicana

Via Vittorio Veneto 36- Bordighera

La Mostra d'Arte collettiva di artiste Polacche, a cura di Joanna Muszynska , inaugurata sabato 11 giugno 2016 sta ottenendo un grande successo di pubblico.

Nel mese di Giugno da sabato 11 al 24 le opere di Manka Dowling, Krystyna Radziwill, Elzbieta Radziwill, Barbara Redlinska saranno in esposizione alla Chiesa Anglicana di Bordighera, tutti i giorni dalle ore 16:00 alle 19:00

Un sorprendente viaggio nell'arte polacca attraverso quadri popolati da immagini oniriche e visioni idilliche, in mezzo alla natura ravvicinate, a figure trasformali e geometriche in una esposizione costruita con intelligente suggestione. Soggetti ed oggetti dipinti con toni accesi e raffinati con tecniche gouache pastelli, acrilico, dialogano con il fruitore.

Le donne-artiste hanno ottenuto personali successi di critica , essendo rappresentative della sensibilità contemporanea, operano da anni nel panorama internazionale.

Il titolo della Mostra " Sogni & Segni" è significativo in quanto le pittrici sono accomunate dalla loro origine polacca, affrontano in modo personale ed appassionato i temi delle epoche da loro vissute. Ognuna crea ed abbraccia l'arte della pittura e coglie l'essenza attraverso il cromatismo audace o il dinamismo della composizione di interni .

Nel mondo dell'arte contemporanea sono state recensite da importanti critici.

GRANDE SUCCESSO PER “ SOGNI E SEGNI” MOSTRA D’ARTE COLLETTIVA A BORDIGHERA

Manka Dowling –Skibinska oggi vive a Londra , ma le sue origini sono in Polonia. La sua Arte è impregnata dal dinamismo creato con l’accostamento di variopinti ed audaci colori.

GRANDE SUCCESSO PER “ SOGNI E SEGNI” MOSTRA D’ARTE COLLETTIVA A BORDIGHERA

Krystyna Radziwill nata a Olyka in Ucraina orientale, allora territorio polacco, appartiene ad una Famiglia dell’Aristocrazia polacca. Il suo è un percorso artistico di alto livello arricchito da esperienze vissute con lunghi viaggi in Africa, in Spagna, Stati Uniti.

GRANDE SUCCESSO PER “ SOGNI E SEGNI” MOSTRA D’ARTE COLLETTIVA A BORDIGHERA

Elzbieta Radziwill ha studiato all’Accademia di Belle Arti a Varsavia nella sezione Grafica con i famosi Prof.Jerzy Tchorzewsky e Janus Stanny.Una caratteristica che la distingue nelle sue opere è una profonda ricerca della luce nelle sue infinite sfumature, che muta a seconda del tempo e delle stagioni.

Mariagrazia Bugnella

A ds il Conte Niccolo' Caissotti di Chiusano

A ds il Conte Niccolo' Caissotti di Chiusano

Partager cet article

Repost0
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 16:35
Menton: Les routes maritimes de la Méditerranée
AMPHORE AFRICAINE DU 5e SIECLE APRES J.C.
AMPHORE AFRICAINE DU 5e SIECLE APRES J.C.

Les routes maritimes de la Méditerranée

Sous le Haut patronage de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco

Musée de Préhistoire Régionale

A partir du 18 juin 2016

Tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h (sauf mardi et jours fériés)

Renseignements : 04 93 35 84 64

VERNISSAGE : Vendredi 17 juin à 18h

En 2009, le musée de Préhistoire régionale présentait des trésors archéologiques extraits de la Méditerranée par l’association Anao, l’aventure sous-marine. Cette exposition préfigurait un projet de plus grande envergure et un partenariat durable entre l’Etat, la Ville de Menton et les découvreurs : faire du musée de Préhistoire régionale le lieu de dépôt et de conservation de vestiges inestimables, de Biens Culturels Maritimes (BCM) qui appartiennent à l’Etat et qui ont été mis au jour par des plongeurs passionnés de la rade de Villefranche à la Corse en passant par le littoral des Alpes-Maritimes et du Var.

Une convention votée par le conseil municipal de Menton le 7 avril 2016 a officialisé ce partenariat. Les réserves du musée de Préhistoire régionale s’enrichiront des découvertes fortuites ou d’opérations d’archéologie sous-marine autorisées par le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm) sur des sites répertoriés au long des rives de la Côte d’Azur.

Au-delà d’un conservatoire accessible aux chercheurs, le musée de Préhistoire régionale présente désormais dans ses espaces d’expositions permanents deux salles dédiées à l’archéologie sous-marine. Pour Anao, l’aventure sous-marine, c’était un rêve, une mission culturelle, un vœu pieux, l’idéal d’une bande de passionnés qui veulent transmettre le fruit de leurs recherches au plus grand nombre et démocratiser ainsi une discipline encore trop confidentielle et si peu accessible ; pour le musée de Préhistoire régionale, c’était accomplir ses missions de Musée de France en enrichissant ses collections et en les rendant accessibles au public le plus large.

Menton: Les routes maritimes de la Méditerranée
TRESORS ARCHEO DES 17e ET 18e SIECLE
TRESORS ARCHEO DES 17e ET 18e SIECLE

À partir du 18 juin 2016, le public pourra découvrir des vestiges archéologiques sauvés des profondeurs de la Méditerranée provenant de dizaines d’épaves et de gisements sous-marins, un concentré d’histoires maritimes qui retrace naufrages et batailles navales qui ont émaillé et façonné notre culture méditerranéenne aux multiples racines.

Pour Eric Dulière, commissaire de l’exposition Trésors d’épaves, il fallait dépasser le déjà-vu. Le préconçu de l’inconscient collectif en terme d’archéologie : Nous avons choisi de mettre en lumière les époques moderne et contemporaine, moins bien connues que l’Antiquité en matière d’archéologie sous-marine. Le mobilier présenté date principalement d’une période allant du XVe au XVIIIe siècle. Il s’agit d’une période charnière pour les échanges en Méditerranée. Des milliers d’immersions ont permis la découverte, sous le sable et la vase, de ces trésors archéologiques dont certains sont rarissimes, composés de pièces uniques richement décorées et destinées à être commercialisées sur les quais des grandes capitales de la Méditerranée.

Cette exposition est la représentation vivante d’une histoire qui s’écrit encore aujourd’hui, une histoire des peuples de Méditerranée qui sillonnent depuis des millénaires les routes de la mer, pour commercer, échanger, se confronter, fût-ce avec violence, se rencontrer, se connaître.

***

« L'exposition Trésors d'épaves présentera, à Menton, les plus beaux vestiges d'archéologie sous-marine de la région. Elle sera une vitrine tournée vers la Méditerranée, un hommage rendu aux peuples de la mer qui ont créé des routes maritimes reliant les hommes et les civilisations. Grâce aux recherches menées par des passionnés, de précieux témoignages du passé ont été sauvés de l'oubli pour être, aujourd’hui, révélés à un large public qui saura en apprécier la valeur et la beauté. »

Jean-Claude GUIBAL, Député-Maire de Menton

Partager cet article

Repost0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 13:13
Grimaldi Forum: 7 REECE MEWS EXPERIENCE, l’atelier virtuel collaboratif en vedette dans l’exposition estivale sur Francis Bacon

7 REECE MEWS EXPERIENCE, l’atelier virtuel collaboratif en vedette dans l’exposition estivale sur Francis Bacon

« Les photographies ne sont pas seulement des points de repère, elles sont souvent des déclencheurs d’idées »

FRANCIS BACON

Après le succès du dispositif « My Touch Gallery » à l’occasion de l’exposition « De Chagall à Malévitch, la révolution des avant-gardes » (été 2015), le Grimaldi Forum Monaco renoue avec l’innovation numérique et propose un dispositif participatif original en parallèle de l’exposition « Francis Bacon, Monaco et la culture française » (2 juillet – 4sept 2016).

La photographie a joué un rôle majeur pour Francis Bacon, éveillant en lui de puissantes résonances. Son atelier londonien, 7 Reece Mews, a laissé un témoignage extraordinaire de ses innombrables sources iconographiques et près de 7 500 pièces (photos, livres, notes, dessins, etc.) en ont été exhumées …

L’idée est donc née de proposer aux visiteurs une expérience de visite interactive et ludique en lien avec cet univers et de participer à une œuvre collective rendant hommage au processus créatif de l’artiste qui considérait les photographies comme des « déclencheurs d’idées ».

Les visiteurs seront invités à laisser une trace de leurs propres inspirations dans l’atelier éphémère en partageant leurs images (portraits pris in situ grâce à une cabine photomaton numérique ou images issues de la galerie photo de leur smartphone), transformées pour l’occasion à la manière des documents accumulés par Bacon dans son studio (polaroïd, vieilles cartes postales, pages de magazines déchirées, planche contact, photo jaunie, etc.).

Grâce à une table tactile multi-utilisateurs, les images validées par les participants seront vidéo projetées sur les murs de l’atelier éphémère, se juxtaposant et s’empilant au fur et à mesure de l’été jusqu’à saturer totalement l’espace et prendre des airs de capharnaüm à l’instar du mythique atelier de Reece Mews.

Fondée en 1996, Mosquito est une agence spécialisée et expérimentée dans la production de dispositifs innovant et de scénographie numérique pour les lieux de culture. L’agence réalise, chaque saison, un grand nombre d’applications, de tables tactiles ou de sites Internet. Beaux-arts, Arts décoratifs, Photographie, Théâtre, Cirque, Musique et Opéra sont des thèmes pour lesquels Mosquito possède de solides références. Spécialiste du design interactif et des nouvelles technologies, Mosquito propose aux différents acteurs de la Culture une réalisation soignée, garante du respect de leur image dans l’univers multimédia.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 07:46
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016

Festival du Livre à Nice

«Leçons d’histoires » les 3, 4 et 5 juin 2016

Chaque année pendant 3 jours « Nice se transforme en capitale littéraire de notre continent », pour reprendre l’expression de Franz-Olivier Giesbert, Directeur Artistique du Festival du livre de Nice. Belle ambition, pleinement réalisée avec plus de 50 000 visiteurs que la pluie de dimanche n’a pas empêché de venir assister aux débats conférences ni à faire le tour des stands pour se faire dédicacer les ouvrages achetés et s’entretenir d’une manière conviviale avec leurs auteurs.

Cette 21ème édition a été celle du livre historique, ayant pour thème « Leçons d’histoires » avec d’étonnantes leçons du passé qui permettent d’expliquer le présent, comme l’inscrit joliment Geneviève Chauvel dans la dédicace de son livre « Les Cavaliers d’Allah ». Christian Estrosi dans « Le Mot du Maire » n’écrit-il pas également « Connaître l’histoire, c’est aussi permettre aux jeunes générations de comprendre leur présent pour devenir des acteurs responsables et éclairés » !

Et justement la jeunesse n’était pas oubliée lors de cet événement, avec pendant toute la durée du festival, des ateliers d’écriture et de poésie proposant aux enfants des lectures de contes, histoires, récits et poèmes et des invitations à l’écriture pour les écrivains en herbe.

Pour les scolaires, dans le cadre du programme « Lecture pour tous », de nombreux écrivains, dont Franz-Olivier Giesbert, Didier van Cauwelaert, Susie Morgenstein et bien d’autres sont allés à leur rencontre depuis le mois d’octobre pour les inciter à participer au concours Jeunesse de la Nouvelle, sur le thème cette année « Promenade(s) à Nice ». Les lauréats et le « coup de cœur » ont reçu leur prix, samedi 4 juin au Forum des Auteurs.

Article © Pascale Digeaux

NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016
NICE: FESTIVAL DU LIVRE 2016

Partager cet article

Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 05:29
M O N A C O L O G Y

M O N A C O L O G Y

MONACOLOGY: 12ème édition de la Semaine Monégasque de Sensibilisation à l’Environnement

La 12ème édition de la Semaine Monégasque de Sensibilisation à l’Environnement reprend, ses quartiers, du 13 au 17 juin prochains, sur le Quai Antoine 1er (port de Monaco). Organisée par l’association du même nom, à l’initiative du Stars’n’Bars et d’Olivier Arnoult, Monacology s’apprête à accueillir quelques 1300 enfants de la Principauté de Monaco et des villes frontalières, autour d’ateliers pédagogiques animés par plus d’une vingtaine d’acteurs économiques monégasques. Fédérés autour de l’idée qu’un enfant éduqué au respect de l’environnement devient un adulte responsable, les intervenants offrent aux enfants une opportunité unique de découvrir, dans une atmosphère conviviale et ludo-éducative, une multitude de sujets et de problématiques durables, d’échanger avec eux afin de faire naitre une prise de conscience.

Des ateliers ludiques et éducatifs
Au travers d’une trentaine d’ateliers animés par des associations, des organisations publiques et des entreprises, les enfants évoluent ainsi au fil des problématiques environnementales, et découvrent, à leur échelle, comment devenir acteur d’un développement durable. Les thèmes des ateliers portent sur : l’eau, les forêts, le carbone, le tourisme responsable, la mobilité verte, les objets du quotidien, le gaspillage alimentaire, le tri sélectif, la biodégradabilité des produits contemporains, les énergies renouvelables, la biodiversité, la faune et la flore. Deux thématiques seront plus particulièrement mises en avant cette année : le plastique et le gaspillage alimentaire.

Pour les enfants mais pas seulement
Si les journées entre 8h30 et 16h30 sont consacrées aux scolaires, l’objectif de Monacology est aussi d’impliquer les parents. Le mercredi après-midi, les ateliers s’ouvrent au public pour sensibiliser les adultes, parents et grands-parents à adopter des gestes éco- responsables.
Car l’avenir de notre belle planète est assurément l’affaire de tous

Le Grimaldi Forum associé à la Fondation Prince Albert II : ma Terre a trop chaud ! A partir d’une lecture contée sur le thème du réchauffement de la planète, les enfants découvriront les enjeux du changement climatique, ses causes et conséquences pour la Terre.
Un quizz permettra d’engager ensuite le dialogue avec les enfants de manière ludique et conviviale. Cette année, un nuage à voeux sera présent sur le stand afin que chacun puisse laisser son idée pour lutter contre le changement climatique.

MONACOLOGY: 12ème édition de la Semaine Monégasque de Sensibilisation à l’Environnement
MONACOLOGY: 12ème édition de la Semaine Monégasque de Sensibilisation à l’Environnement
MONACOLOGY: 12ème édition de la Semaine Monégasque de Sensibilisation à l’Environnement

Partager cet article

Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 19:13
UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN
UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN

UMAM 70 ANS / 1946-2016

TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN

ACTE II – L’ART PENETRE DANS LA VILLE

Du 4 juin au 28 septembre 2016

Palais de Carnolès – musée des Beaux-Arts et jardins de la Ville

***

L’art contemporain va envahir la Ville de Menton, dans les jardins, dans les lieux publics, sur le parvis du musée Cocteau, face à la mer, et en particulier dans le musée des Beaux-Arts et le jardin du Palais de Carnolès. (Focus sur les artistes dans le DP UMAM acte II en pièce jointe)

À compter du 4 juin, cinquante-cinq artistes vont présenter leurs œuvres graphiques et sculpturales aux quatre coins de la ville. Et qu’ils soient émergents, connus ou reconnus, tous sont des artistes vivants, passionnés et engagés.

En accueillant l’Union méditerranéenne pour l’art moderne (UMAM) cette année, la ville de Menton labellisée « Ville d’Art et d’Histoire » renoue avec un pan de son passé culturel. En effet, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la cité du Citron relance son économie touristique en lançant, entre autres, la première Biennale de Menton ; manifestation culturelle qui avait pour objectif de présenter des artistes méditerranéens d’art contemporain. Réalisé en collaboration avec l’UMAM, cet événement majeur dans le monde de l’art et de la culture se poursuivra durant trois décennies. C’est la raison pour laquelle l’Union a souhaité que la Ville de Menton soit le point d’orgue des célébrations de ses soixante-dix ans. Un anniversaire fêté en trois temps et dont le lever de rideau du second acte aura lieu dans quelques jours.

Entrée : 3€ à partir de 18 ans

UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN
UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN

UMAM Acte II

Après un premier acte qui s’est déroulé au sein de la Galerie d’art contemporain, le second s’effectuera au palais de Carnolès et dans toute la cité. Ainsi, tout en flânant ou en allant travailler, touristes et locaux pourront admirer un foisonnement d’œuvres sculpturales et monumentales de l’esplanade Francis-Palmero au parvis du musée Cocteau, en passant par les jardins Biovès et ceux du palais de Carnolès. Pas moins de cinquante-cinq artistes exposeront une ou plusieurs créations qui, entre réalisme, hyperréalisme ou surréalisme, offriront aux visiteurs des instants de rêve, de réflexion ou encore d’interrogation : « Ce sera également l’occasion pour le public d’admirer des installations spécialement conçues pour le palais de Carnolès, des œuvres où la vidéo tient une place importante et bien sûr des dessins. Car pour ma part, un artiste qui ne sait pas dessiner n’est pas un artiste. Par ailleurs, c’est la première fois que l’Union présente autant de sculptures en même temps sur Menton », confie Simone Dibo-Cohen, commissaire d’exposition et présidente de l’UMAM depuis 2007.

La culture par tous les temps

Parrainée par les artistes Pierre Bonnard et Henri Matisse, l’Union méditerranéenne pour l’art moderne fut fondée à Nice le 1er juin 1946 par le docteur Raymond Thomas et le peintre Jean Cassarini. L’association avait alors deux objectifs : créer un lieu d’exposition dédié à l’art moderne à Nice et permettre l’émergence de jeunes artistes locaux âgés de moins de quarante ans. C’est ainsi que sous l’égide de la direction des musées de France, la galerie des Ponchettes sera inaugurée en 1950 avant de devenir, quatre décennies plus tard, le musée d’art moderne et d’art contemporain (MAMAC). Ce qui explique que Menton ait accueilli la première biennale en 1951, alors seule commune proche à posséder un lieu propice à une telle exposition, c’est-à-dire son célèbre palais de l’Europe bien sûr !

L’UMAM Acte II ? Une exposition à découvrir seul, en famille ou entre amis, de jour comme de nuit, sous le soleil comme sous la pluie… Jusqu’au 28 septembre.

UMAM Acte II

Palais de Carnolès / 3 avenue de la Madone

Tous les jours 10h/12h - 14h/18h

Sauf mardis et jours fériés

PHOTO (c) TABITA ESPINOZA PLEJO - ROYAL MONACO

UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN
UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN
UMAM 70 ANS / 1946-2016   TROIS EXPOSITIONS POUR FÊTER L’ART CONTEMPORAIN

Partager cet article

Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 18:47
BORDIGHERA: SOGNI & SEGNI - MOSTRA D'ARTE CONTEMPORANEA

SOGNI & SEGNI- MOSTRA D'ARTE CONTEMPORANEA

Centro Culturale-Chiesa Anglicana

Via Vittorio Veneto 36- Bordighera

La Mostra d'Arte collettiva di artiste Polacche, a cura di Joanna Muszynska, si inserisce bene nell'ottica dell'Amministrazione Comunale di Bordighera, che da sempre è attenta all'Arte Contemporanea.

Nel mese di Giugno da sabato 11 al 24 le opere di Manka Dowling, Krystina Radzwill, Elisabeta Mlewska Radzwill, Barbara Redlinska saranno in esposizione alla Chiesa Anglicana di Bordighera, tutti i giorni dalle ore 16:00 alle 19:00

Un sorprendente viaggio nell'arte polacca attraverso quadri popolati da immagini oniriche e visioni idilliche, in mezzo alla natura ravvicinate, a figure trasformali e geometriche in una esposizione costruita con intelligente suggestione. Soggetti ed oggetti dipinti con toni accesi e raffinati con tecniche gouache pastelli, acrilico, dialogano con il fruitore-ossevatore.

Le donne-artiste hanno ottenuto personali successi di critica , essendo rappresentative della sensibilità contemporanea, operano da anni nel panorama internazionale.

Il titolo della Mostra " Sogni & Segni" è significativo in quanto le pittrici sono accomunate dalla loro origine polacca, affrontano in modo personale ed appassionato i temi delle epoche da loro vissute. Ognuna crea ed abbraccia l'arte della pittura e coglie l'essenza attraverso il cromatismo audace o il dinamismo della composizione di interni .

Nel mondo dell'arte contemporanea sono state recensite da importanti critici.

Mariagrazia Bugnella (critico d'arte)

MANKA DOWLING

MANKA DOWLING

MANKA DAWNLINK
MANKA DAWNLINK

MANKA DOWLING – SKIBINSKA , PITTRICE

Manka Dowling –Skibinska oggi vive a Londra ma le sue origini sono in Polonia, dove ha studiato all’Accademia di Belle Arti di Varsavia ,diplomandosi nel 1967 con il Prof. Cybis. In Polonia ha lavorato presso lo studio “ NZOR” come progettista grafica per le Fiere ed Esposizioni. Nel 1970 si trasferisce a Londra dove lavora come Arteditor per il British Museum e per Earls Court Olimpia case espositive . Per 18anni insegna pittura e disegno a Spring Grave Adult Education.

ARTE: la sua passione è la pittura, in cui esprime con grande spontaneità e dinamismo il suo talento, senza mai dimenticare le sue origini polacche. I quadri ritraggono animali, figure, frammenti di luoghi al di fuori di ogni prospettiva. L’unicità delle sue opere sta nell’accostamento di variopinti colori, un caleidoscopio di immagini forti ed audaci. Figure transformali e geometriche.

L’Artista ha partecipato a molte Mostre Collettive e Personali in prestigiose Gallerie d’Arte a Londra, Varsavia, Montecarlo, Berlino, New York.

Le sue ultime Esposizioni:

-2009- Museo de la Cultura Maya, Chetumal, Mexico-

-2012- “ Little Experiment” Exhibition, POSK Gallery London –

-2013- Spring Portrait Exhibition, POSK Gallery London-

-2016- Galleria d’Arte di Mittel Exhibition- Varsavia

-( by Mariagrazia Bugnella)-

ELZBIETA RADZIWILL

ELZBIETA RADZIWILL

ELZBIETA RADZIWILL

L'Artista ha studiato all'Accademia di Belle Arti a Varsavia nella Sezione Grafica con i famosi Professori Pittori Jerzy Tchorzewsky, Janusz Stanny e Mieczylaw Wasilewski. Il tempo che ha trascorso nel loro Atelier è stato un momento positivo per coltivare la sua passione per l'Arte e la sua formazione artistica.

La sua pittura prende ispirazione dal mondo che la circonda e i suoi modelli sono alcuni dei componenti della sua Famiglia e gli animali , che appartengono a loro. Altre fonti di ispirazione sono i suoi viaggi in Asia Orientale, nelle due Americhe e nei Paesi d'Europa.

Spesso Elzbieta ritrae anche gli animali mentre vivono nel loro mondo.

Una caratteristica affascinante della sua pittura è la ricerca della luce nelle sue infinite sfumature a seconda del tempo e delle stagioni.

La pittrice Elzbieta spesso regala le sue opere a scopo benefico. Le sue opere si trovano nelle collezioni private in Polonia, Spagna, Francia, America ed Italia.

- by Mariagrazia Bugnella-

KRYSTYNA RADZIWILL

KRYSTYNA RADZIWILL

BORDIGHERA: SOGNI & SEGNI - MOSTRA D'ARTE CONTEMPORANEA

KRYSTYNA RADZIWILL

Krystyna Radziwill è nata nel 1937 a Olyka in Ucraina orientale, allora territorio polacco. La sua felice infanzia nel palazzo, che apparteneva alla sua famiglia da molte generazioni, fu interrotta dall'occupazione tedesca il 1 settembre del 1939 contro la Polonia. Dopo la guerra Krystyna torna in Polonia con la sua famiglia a Varsavia. La giovane studia al Liceo di Arti Plastiche, la sua prima formazione influenzerà fortemente tutto il suo percorso artistico, durante il quale studierà le opere degli Impressionisti e Post-Impressionisti ( Manet, Monet, Renoir...).Dal 1959 al 1966 Krystyna studia alla TAcademia di Belle Arti di Varsavia nel dipartimento d'Architettura d'Interni, Pittura e Grafica. In seguito incomincia a viaggiare, in Africa del Sud , in Spagna , la sua prima esposizione fu a Johannesburg nel 1980. Lavorerà poi sulla grafica ( illustrazioni, cartoline postali...).

La Pittura: pastelli e la tecnica “gouache”, acrilico.

Krystyna si sposa nel 1967 con Jana J. Milewskiego, nel 1969 va in Nigeria. L'esperienza africana influenza la sua pittura con forti richiami alle tonalità di verde, alle grandi estensioni della savana, alla vegetazione fiori e fauna.Viaggia in Francia e Stati Uniti, dipinge molto e lle sue opere oggi si trovano in casa di collezionisti privati.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 12:45
Andrew Osta espone nei saloni de “Le 13OR templier” (Grand Hotel & Des Anglais) a Sanremo dal 6 al 19 giugno.

Il grande pittore canadese contemporaneo Andrew Osta espone nei saloni de “Le 13OR templier” (Grand Hotel & Des Anglais) a Sanremo dal 6 al 19 giugno.

Andrew Osta, grande pittore contemporaneo canadese, esporrà le proprie opere pittoriche da Lunedì 6 a Domenica 19 giugno, a partire dalle ore 15.00, nei saloni de “Le 13OR templier”, situati nel Grand Hotel & Des Anglais a Sanremo.

La mostra, organizzata dall’Istituto per lo Studio e la Promozione dell’Arte e della Cultura - I.S.P.A.C. e patrocinata dal V.E.O.S.P.S.S. - Pauperes Commilitones Christi Templique Salomonis, resterà aperta dal lunedì al Venerdì, dalle 15.00 alle 19.00, e sabato e domenica su appuntamento.

L’ingresso è gratuito.

Andrew Osta, che ora vive in Messico, ha esposto in molti Paesi quali Canada, Messico, Perù, Corea del Sud, Svizzera, Francia, Principato di Monaco e Italia.

Per informazioni e appuntamenti: segreteria@ispac.eu - 3206221607

Partager cet article

Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 21:13
S.A.R. La Princesse Anne de Boubon Deux Siciles avec LL.AA.RR. LA Duchesse Sophie de WURTEMBERG et la Princesse Chantal de BOURBON PARME

S.A.R. La Princesse Anne de Boubon Deux Siciles avec LL.AA.RR. LA Duchesse Sophie de WURTEMBERG et la Princesse Chantal de BOURBON PARME

La princesse avec ses enfants, Nicolas et Dorothée - (c) Jean-Luce Horé
La princesse avec ses enfants, Nicolas et Dorothée - (c) Jean-Luce Horé

Anne de Bourbon-Siciles

J’ai quelque chose à te dire

roman

En librairie le 1er juin 2016 336 pages – 20 €

Un destin de femme

Pour son deuxième roman, la princesse Anne de Bourbon-Siciles s’est inspirée de ses souvenirs à New York et Istanbul, mais aussi du destin bouleversant d’une amie.

New York, 1970. Greta, 20 ans, fille d’un émigré autrichien, professeur à Columbia, et d’une Irlandaise, galeriste bohème, s’apprête à entrer à l’université. Elle rencontre alors John, issu d’une famille fortunée et promis à un brillant avenir politique.

Quoique très différents, ils se fiancent ; mais, quelques jours avant leur mariage, ils sont victimes d’un accident de la route. A son réveil, Greta apprend qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant. Quand à John… il s’est volatilisé.

Pour Greta, tout est à recommencer. Elle découvrira l’effervescence de la vie parisienne, la violence de la passion sur les rives du Bosphore et la fausse quiétude des paysages du lac Léman.

J’ai quelque chose à te dire… Prisonnière d’un secret, Greta aura-t-elle le courage de s’en libérer ? Se déroulant sur quatre décennies et trois continents, cette fresque amoureuse offre le portrait d’une femme refusant un destin tout tracé.

La Princesse avec Yves LECOQ et Yaguel DIDIER (voyante) - (c) Jean-Luce Huré

La Princesse avec Yves LECOQ et Yaguel DIDIER (voyante) - (c) Jean-Luce Huré

Avec Maître Alex URSULET - (c) L.MATTERA
Avec Maître Alex URSULET - (c) L.MATTERA

S.A.R. la princesse Anne de Bourbon des Deux Siciles a été rédactrice de mode, puis chargée des relations publiques des maisons Versace et Balenciaga. Apparentée à la plupart des cours d’Europe, elle vit entre Paris et la Martinique. Le Chant du pipiri, son premier roman (L’Archipel, 2014), a révélé « un vrai talent de conteuse, mêlant avec brio passions et secrets de famille » (Point de vue).

Le Chant du pipiri (Archipoche) a été salué par la critique :

« Dotée d’un vrai talent de conteuse, l’auteur mêle avec talent passions et secrets de famille »

Point de vue

« Une saga d'été parfois cruelle, parfois plus suave, où se mêlent amours et trahisons. »

Afrique Antilles

La princesse Anne de Bourbon des Deux Siciles a été rédactrice de mode, puis chargée des relations publiques des maisons Versace et Balenciaga. Apparentée à la plupart des cours d’Europe, elle vit entre Paris et la Martinique. Le Chant du pipiri, son premier roman (L’Archipel, 2014), a révélé « un vrai talent de conteuse, mêlant avec brio passions et secrets de famille » (Point de vue).

Avzc Jean Claude JITROIS (couturier) - (c) Huré

Avzc Jean Claude JITROIS (couturier) - (c) Huré

Avec ) Yves LECOQ et Yaguel DIDIER (voyante) (c) Huré
Avec ) Yves LECOQ et Yaguel DIDIER (voyante) (c) Huré

Avec ) Yves LECOQ et Yaguel DIDIER (voyante) (c) Huré

Avec ) Gersende de SABRAN PONTEVES - (c) Huré

Avec ) Gersende de SABRAN PONTEVES - (c) Huré

(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM
(c) Luigi MATTERA -RM

(c) Luigi MATTERA -RM

Partager cet article

Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 17:01
Découvrez les ATELIERS JEUNESSE  au Grimaldi Forum Monaco du 4 au 15 juillet 2016

Découvrez les ATELIERS JEUNESSE qui se dérouleront au Grimaldi Forum Monaco du 4 au 15 juillet 2016, dans l'environnement immédiat de la grande exposition estivale "Francis Bacon, Monaco et la culture française"

Chaque atelier pédagogique (25 enfants maximum par groupe) comprend une visite ludique de l’exposition, menée par une historienne de l’art, et un cours d’arts plastiques destiné à développer la créativité des enfants en recourant à différentes activités inspirées des références artistiques découvertes lors de la visite guidée.

Du 4 au 15 juillet 2016

Tarifs

L’atelier : Visite exposition + art plastique
19€
Le stage visite exposition + art plastique (sur cinq jours
)
85€

Renseignements et réservation
Billetterie du Grimaldi For
um

+377 99 99 3000ticket@grimaldiforum.mc
www.grimaldiforum.
mc

Pour les enfants de 4 à 6 ans
de 10h00 à 12h
00

Lundi 4 & 11 juillet
J’apprends à travailler sur la composition et sur le repérage des formes
Les enfants devront par la suite dessiner certains éléments afin de réaliser une nature morte. La mise en couleur sera réalisée aux feutres et aux crayons de couleurs.

Mardi 5 & 12 juillet
Je tourbillonne sur la toile
Les enfants travailleront sur toile à partir de l’œuvre de Soutine, « L’arbre bleu ». On utilisera comme outil un pinceau brosse qui nous permettra de travailler à la fois le fond qui est constitué de plusieurs teintes, mais aussi pour essayer de rendre plastiquement l’effet d’un tourbillon.

Mercredi 6 & 13 juillet
Je m’envole

Les enfants travailleront d’après l’œuvre de Bacon « Painting March ». Il s’agira de reprendre la composition de cette œuvre, en respectant les différents espaces qui la composent.
Pour la mise en couleur, on utilisera des pastels secs, un pinceau brosse et une estompe afin de travailler sur les nuances et sur le monochrome.

Jeudi 7 & 14 juillet
Mon autoportrait à la manière de Bacon

Les enfants réaliseront leur autoportrait à partir de photos qui seront faites dans un photomaton mis en place pour cet événement. L’exercice commencera tout d’abord par dessiner les grandes lignes du contour du portrait au crayon HB, puis les détails du visage. La mise en couleur se fera aux pastels secs à l’aide d’un pinceau brosse et d’une estompe afin d’obtenir l’effet flou et déformant de l’autoportrait.

Vendredi 8 & 15 juillet
Mon travail à plusieurs mains - Installation / travail collectif

Les enfants découperont avec des ciseaux des petits morceaux de papier. Puis, ils les colleront de manière aléatoire en recouvrant la totalité du support. Une fois terminée, nous irons installer ensemble les 25 supports les uns à côté des autres, afin de recouvrir la cimaise en bois de 1m50 sur 1m. L’ensemble de ce travail sera présenté aux visiteurs, dans le hall de l’entrée du Grimaldi Forum. Ils pourront ainsi voir leur image déformée.

Pour les enfants de 7 à 11 ans
de 14h00 à 16h
00

Lundi 4 & 11 juillet
J’apprends à dessiner au stylo Bic

Réalisation d’un dessin à partir de l’œuvre de Giacometti « Annette assise ».
Le dessin du personnage sera réalisé directement au Bic noir. La surface sera du support recouvert aux pastels secs.

Mardi 5 & 12 juillet
HEAD V
I
A partir de l’œuvre « Head VI » de Francis Bacon, les enfants travailleront sur une toile à grain. Au crayon HB, ils dessineront d’abord le personnage. La mise en couleur sera faite en peinture, on commencera par travailler la figure puis le buste du personnage, le fond sera réalisé à l’aide d’un pinceau brosse en laissant apparaître en fond la toile d’origine.

Mercredi 6 & 13 juillet
Mon autoportrait à la manière de Bacon

Les enfants réaliseront leur autoportrait à partir de photos qui seront faites dans un photomaton mis en place pour cet événement. L’exercice commencera tout d’abord par dessiner les grandes lignes du contour du portrait au crayon HB, puis les détails du visage. La mise en couleur se fera aux pastels secs à l’aide d’un pinceau brosse et d’une estompe afin d’obtenir l’effet flou et déformant de l’autoportrait.

Jeudi 7 & 14 juillet
La mise en espace du corps

A partir de l’œuvre de Bacon « Study from Human Body ». Les enfants travailleront à la fois sur la représentation du corps et sur la mise en espace. Le fond de cette composition sera réalisé aux pastels gras, le corps du personnage sera travaillé aux crayons de couleurs afin d’apprendre à mettre en place les nuances et les volumes.

Vendredi 8 & 15 juillet
Mon travail à plusieurs mains - Installation / travail collectif

Les enfants découperont avec des ciseaux des petits morceaux de papier. Puis, ils les colleront de manière aléatoire en recouvrant la totalité du support. Une fois terminée, nous irons installer ensemble les 25 supports les uns à côté des autres, afin de recouvrir la cimaise en bois de 1m50 sur 1m. L’ensemble de ce travail sera présenté aux visiteurs, dans le hall de l’entrée du Grimaldi Forum. Ils pourront ainsi voir leur image déformée.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche