Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:52

Jean-Christophe Maillot, Chorégraphe-Directeur
des Ballets de Monte-Carlo
Commandeur des Arts et des L
ettres

Dans le cadre de la promotion juillet 2015 du Ministère de la Culture Française, Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication, a décerné à M. Jean-Christophe Maillot, Chorégraphe-Directeur des Ballets de Monte-Carlo, le titre de Commandeur des Arts et des Lettres.

L’une des principales décorations honorifiques française, après s’être distingué dans le domaine de l’art chorégraphique et ayant contribué au rayonnement des Arts et des Lettres en France, en Principauté de Monaco et dans le monde.

Jean-Christophe Maillot est Chevalier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’Ordre du Mérite Culturel de la Principauté de Monaco et Chevalier dans l’Ordre de Saint Charles.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 07:26
Grande fête des associations mentonnaises

~~Pour la 4e année consécutive, la Ville de Menton et son Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) vous convient à une grande fête des associations mentonnaises ! Une journée entière dédiée aux associations, à leurs bénévoles et à leurs activités. Présentation, démonstrations, échanges… l’occasion pour les membres associatifs d’expliquer leurs actions et, pour le grand public, de découvrir les nombreuses thématiques proposées : culturelles, sportives, folkloriques, caritatives, patriotiques, pour les tout-petits ou les seniors, les familles, etc. Le choix est vaste ! Et qui sait, peut-être des vocations naîtront-elles parmi les visiteurs, qui auront la possibilité d’en savoir plus sur l’association de leur choix voire, d’y adhérer dès à présent !

Avec la participation de 124 associations, dont les stands seront répartis entre les Jardins Biovès et le Palais de l’Europe. Entrée libre et gratuite.

Renseignements : 04 92 41 76 00 ou sur notre site www.menton.fr Programme des animations extérieures et des cérémonies (jardins Biovès) : 10h00 – Menton C’est Vous 10h30 – Sport Défense Pour Tous 11h00 – Inauguration par M. le Député-Maire 11h30 – Présentation des actions des Clubs Services 12h00 – Orientalys 12h30 – A.C.I.C.C. Pourquoi Pas Nous 13h00 –

Association Mentonnaise pour le Développement de la Musique 13h30 – Capoeira Livre 14h00 – Arts Paillettes 2000 14h30 – Leroyal Karaté 15h00 – Losorgio et la Chanson 15h30 – Déambul’Opéra – Ensemble Vocal Féminin Quazylis 16h00 – Boxing Club Karaté 16h30 – Tiare Tahiti 17h00 – Les Baladins du Mentonnais 17h30 – Z’Event

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 17:29
Monaco: Franck Saïssi exposera à L'Entrepôt une cinquantaine de dessins traités à l'encre de chine et au fusain.

Franck Saïssi est un jeune artiste français né le 6 juillet 1975 dans un pousse-pousse à Saïgon (matricule S3080). Il vit et travaille à Nice.

L'artiste exposera à L'Entrepôt une cinquantaine de dessins traités à l'encre de chine et au fusain.

Franck Saissi est un artiste aussi accompli que derangeant. Il cultive ces deux adjectifs avec soin, dérangenat ce qui est accompli et accomplissant ce qui est dérangé.

.

« Chez Franck Saïssi, sous le déchaînement des lignes et des couleurs que l'on pouvait imaginer, on capte d'abord l'attitude picturale, celle qui équilibre les formes, assied les proportions, stabilise les fulgurances, affine les exagérations voulues...
Une sagesse s'impose, elle organise la pièce peinte ou dessinée et, loin de limiter la frénésie apparente, la renforce en lui accordant sa présence. Ainsi évoluent sous le contrôle de l'artiste la sensibilité de son envolée et le respect de l'art de peindre.
Saïssi appartient à l'expression figurative. Des nus, des portraits, des paysages sont visibles et se prétendent tels. La modernité efface bien entendu le détail inutile, la soumission au vérisme ou l'éclat factice. Le clin d'oeil complice au contemplateur est banni comme l'agrément de la facilité.
Il faut au contraire, pour pénétrer cet univers, admettre sa violence volontaire, les grandes lignes de ses lancées schématiques, ses contrastes, voire ses déchirures.
Ces oeuvres sont vastes, non par les dimensions favorables au gestuel, elle acquièrent leur vastitude de la largesse de leur conception car le sujet n'est ici que prétexte. En fait la voltige et l'adresse de l'acte de peindre s'accomplissent ici pleinement dans l'éthique de la vocation.
Avec lui, l'art devient l'assassin de la pensée tranquille, endormie, comateuse. Les courbes lentes démentent les scansions des chocs de la vie, c'est ainsi que Franck Saïssi navigue entre le jour et la nuit, entre le cri du noir et la vie du jour. »

extrait du texte de Michel Gaudet

A cette occasion l'artiste présentera une édition originale et numérotée.

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 05:44

CESMM organise les 3 et 4 octobre le 12ème Concours de Photographie Sous-Marine Monaco 2015.
Notre association attachée aux valeurs de respect de l’environnement a une volonté légitime de contribuer au maintien des écosystèmes sous-marins.
En ce sens pour renforcer cette action et la diffuser au plus grand nombre, elle entreprend depuis onze ans maintenant le Concours de photographie sous-marine à Monaco.
Pour les participants, cette aire protégée permettait de faire découvrir aux participants la biodiversité de cette zone et des récifs artificiels implantés. Ils peuvent ainsi apprécier une faune à laquelle ils ne pourraient avoir accès en plongée bouteille, conscients des restrictions et des autorisations nécessaires. Sans nul doute, ce privilège, contribue à rendre à leurs yeux ce Concours de Monaco unique.
Les équipes composées du plongeur photographe et de son binôme assistant doivent à l’issue des deux plongées présenter au jury quatre photos dont les thèmes retenus sont l’ambiance, poisson et macrophotographie. Les photos sont brutes et ne subissent aucun post-traitement d’images.
Le règlement du concours contribue à respecter les normes sécuritaires régies par la plongée sous-marine loisir et surtout de préserver la biodiversité des sites, en témoigne la constante augmentation des protagonistes.
Le jury est composé uniquement de plongeurs sous-marins pratiquant la photographie sous-marine et terrestre. En majorité ce sont des professionnels, soit dans le cadre de l’enseignement universitaire, de l'activité muséale, soit dans la publication d’articles pour la presse spécialisée, et l’un d’entre eux, fait également partie du jury du Festival Mondial de l’image sous-marine à Antibes.
Le concours des enfants :
Placé sous la Présidence d’honneur de S.A.S Le Prince Albert II de Monaco, le C.E.S.M.M., Club de plongée de Monaco, lance le Premier Concours de photo sous-marine à destination des 8-15 ans à partir des rivages monégasques afin de sensibiliser le plus grand nombre aux causes qu’il défend :
- Le respect de l’environnement.
- La contribution au maintien des écosystèmes sous-marins.
- La découverte de la beauté naturelle et étonnante des fonds marins par le grand public.
- La sensibilisation et la formation aux plaisirs de la plongée pour les plus jeunes et les adultes.
Comme les quatre années passées, ce concours est organisé durant la période estivale 2015. Les enfants, sous la responsabilité de leurs parents, peuvent s’inscrire en remplissant le formulaire d’inscription et en signant le règlement. Ce concours est accessible à tous les enfants de 8 à 15 ans sachant nager. Pour favoriser l’accès à ce concours, le C.E.S.M.M. offre des appareils photos jetables à retirer au C.E.S.M.M. Cale de halage à Fontvieille.
En parallèle, Le C.E.S.M.M. associé à l’AMPN, l’Association Monégasque pour la protection de la Nature, entreprend le nettoyage des fonds du Larvotto.
Une manière ludique et conviviale de faire comprendre que rien n’est acquis et que la richesse de la flore et de la faune marine monégasque est la résultante de l’effort partagé par tous.
Organisation Presse :
Afin d’assurer la sécurité des plongeurs, des images, et des photos sous-marines seront libres de droit, et à la disposition des médias au travers d’un serveur FTP. Seules les images, et les vidéos, concernant l’entourage de la famille Princière sont soumises à des droits spécifiques. Un bateau est mis à la disposition de la presse. Le nombre de places étant limité, il est préférable de s’inscrire le plutôt possible. Une zone « médias » est réservée pour les interviews. Un prochain communiqué donnera les détails et les horaires de la manifestation. Toutes les informations sur le site : http://www.concoursphotocesmm.org
Contact mail : presse.cesmm.2015@gmail.com

Partager cet article

Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 09:16

ROYAL MONACO SPOT RADIO MUSIC 100.9

http://luanabeatricelazar.wix.com/artexpoo

Partager cet article

Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 06:36

ROYAL MONACO RADIO SPOT MUSIC 100.9

Salon Art Tentation  Art & Antiquité : nouvelle génération à la Cirradelle de Villefranche-sur-Mer

Salon Art Tentation

Art & Antiquité : nouvelle génération

Du 3 au 6 septembre 2015, la Citadelle de Villefranche-sur-Mer entre Nice et Monaco accueillera plus de 150 artistes professionnels, galeries et antiquaires de luxe.

Thème du salon : Sculptures / Installations / Photographies contemporaines / Galeries d’Art professionnelles / Antiquaires de luxe.

Notre invité d'honneur : Titouan LAMAZOU

Les horaires :
Art Tentation ouvrira ses portes de 10h à 22h.
5 euros pass 3 jours - Gratuit pour les moins de 12 ans.

Les installations :
-> Créations d’oeuvres et installations artistiques avec des pièces de recyclage de luminaires urbains issus de l'entreprise Ragni, Cagnes, par le connectif KKF ( Keskon Fabrique) : le paradis de lumière du KKF.
-> Street art : performance en direct
-> Atelier pour apprendre à sculpter par Christophe Jean-Blanc
-> Atelier de céramique pour les enfants par Karine Gervasi avec le soutien du Géant des
Beaux-Art.
-> Installation contemporaine interactive avec le public par TROPE dans la salle du foyer.
-> Expositions de dessins contemporains par le collectif la Bouilloire.
-> Installations de sculptures monumentales dans la cours Volti de l’artiste Richard MAS.
-> Performance photographique par Olivier Baudoin
-> Soutien à l’artiste villefranchois Lucas Bernardeschi dans les Jardins de la roseraie

Mais encore...Les plus grands artistes du STREET ART de la scène Française avec la Galerie Berthéas

Pour les plus gourmands, sur place un service de restauration rapide BIO et Ethique ainsi qu'un Bar à Champagne avec le Château Lamartine.

Partager cet article

Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 18:17
Il 23 agosto segna l'anniversario della morte di Stefania del Belgio, imperatrice mancata!
IL PRINCIPE RUDOLF

IL PRINCIPE RUDOLF

Stefania del Belgio e la sorella
Stefania del Belgio e la sorella

C23 agosto (1945) segna il 70°anniversario della morte di Stefania del Belgio, la donna che sarebbe probabilmente diventata l'imperatrice d'Austria. Nata nel maggio 1864, era la seconda figlia del re Leopoldo II del Belgio e dell'Arciduchessa austriaca Marie Henriette. Pare che essi non siano stati buoni genitori a causa forse del loro infelice matrimonio, come spesso capitava quando gli obblighi nobiliari erano più importanti di quelli sentimentali. Un'infanzia infelice quella di Stefania assieme alle due sorelle lasciate alle cure di persone al di fuori della loro famiglia. Stefania era appena quindicenne quando fu richiesta e promessa al principe ereditario d'Austria, Rudolf,di sei anni più vecchio, in visita del Belgio su invito del re Leopoldo. I due si sposarono il ​​10 maggio 1881 presso la Chiesa di Sant'Agostino a Vienna; la madre di Rudolf, l'imperatrice Elisabetta (Sissi) dovette fare buon viso a cattivo gioco perché non era entusiasta della nuora con cui in seguito non ebbe mai un rapporto veramente familiare. Nel mese di settembre del 1883, nacque una figlia, Elisabeth Marie, nota come Erzsi ,ma cio' non basto' a rinsaldare un rapporto tra Stéphanie e Rudolf che si era rapidamente inacidito tra scontri di personalità e di interessi . Si dice che entrambi ebbero relazioni extra-coniugali e il principe ereditario avrebbe voluto divorziare ma gli fu negato dal Papa e dal padre, l'imperatore Francesco Giuseppe. Tuttavia, nel mese di gennaio 1889, si liberarono della propria infelice unione quando Rudolf e la sua amante terminarono la propria vita con il famoso suicidio di Mayerling. Stéphanie, divenuta ormai vedova, fu indirettamente accusata per la morte del marito dalla sua famiglia e dalla corte austriaca. Si difese da cio' andandosene altrove in lunghi viaggi, prima di risposarsi nel 1900 col conte ungherese Elemér Lónyay, cosa fece infuriare suo padre, che la diseredo' distruggendo tutto ciò che era rimasto del rapporto teso che aveva con sua figlia. Stephanie e il Conte risiedettero nel suo castello a Rusovce, in quella che era allora l' Ungheria occidentale, fino alla Seconda Guerra Mondiale, quando i sovietici li costrinsero a fuggire. All'età di 81, Stephanie morì nell' abbazia benedettina di Pannonhalma. La sua ricchezza e il proprio archivio personale - incluse le memorie scandalose di chi poteva divenire imperatrice - furono devoluti all'abbazia.

Partager cet article

Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 18:08

ROYAL MONACO RADIO SPOT

Du 29 août au 6 septembre 2015 31EME Salon d'Antiquités, Art Moderne et Contemporain de VALBONNE Sophia Antipolis Valbonne

~~Du 29 août au 6 septembre 2015 31EME Salon d'Antiquités, Art Moderne et Contemporain de VALBONNE Sophia Antipolis Valbonne – Espace du Pré aux Arts Le rendez-vous de la rentrée pour tous les amateurs d'art Grâce à la participation d'exposants sélectionnés parmi les meilleurs antiquaires et galeristes, le Salon de Valbonne est l'un des événements majeurs du sud de la France en matière d'antiquités mais aussi d'art moderne. Son installation sur le Pré des Arts, entre nature et village, lui confère son ambiance à nulle autre pareille, emblématique d'un art et d'une douceur de vivre « côté campagne ». C'est la raison pour laquelle, chaque année, amateurs, passionnés et collectionneurs d’antiquités, de brocante, de bijoux anciens…, mais aussi de mobilier et d’objets d’art du XXe et d'aujourd'hui se donnent rendez-vous à Valbonne, pour découvrir mille et une merveilles, mais aussi pour y passer un moment hors du temps, pour s'y promener et déjeuner sur place, ou pour y passer une soirée. A quelques minutes du bord de mer, mais dans une atmosphère bucolique et provençale, le village de Valbonne bénéficie d'une situation géographique stratégique au carrefour du moyen-pays et du littoral. Particulièrement appréciée pour sa quiétude et son charme, le village garde son âme d'antan et sa campagne préservée. Le Salon de Valbonne sera suivi par les 13èmes Rencontres des Arts, salon qui se déroulera du 10 au 13 septembre 2015 (horaires : 10h30-19h30 et nocturne le vendredi jusqu'à 21h30) dans le même site et qui réunira galeries, artistes, artisans d'art... (Entrée libre). Pour cette 31ème édition, le Salon de Valbonne sera encore plus beau ! Au programme de cette édition : de nouveaux exposants rejoindront les plus fidèles, l'espace restauration en plein air (situé au cœur du Salon) sera réaménagé, des soirées musicales seront proposées... Et, comme toujours, les antiquités côtoieront l'art moderne et l'art contemporain. D'ores et déjà, la présence de superbes meubles, tableaux et objets de collection ou de décoration, est annoncée. Depuis l'an dernier, le Salon de Valbonne est organisé par l'Association ACAAFVA, qui gère également le prestigieux Salon d'Antibes. Une quarantaine d’exposants, représentatifs des différents styles et époques Antiquités et brocante, mais aussi mobilier et objets d’art du XXe siècle, bijoux, design et art contemporain, voilà les grands domaines qui seront représentés durant le Salon de Valbonne. Dans chacun de ces secteurs, les organisateurs du Salon ont sélectionné des exposants spécialisés de qualité qui présenteront leurs plus belles pièces à Valbonne : mobilier, œuvres d’art, objets de décoration, luminaires, orfèvrerie, tapis, bijoux anciens, arts de la table... Grâce à la présence de ces spécialistes, ce Salon proposera un choix diversifié d’œuvres uniques et rares, avec les meilleures conditions et garanties de vente. Au total, la prochaine édition du Salon accueillera environ 40 exposants repartis dans la Rotonde et les deux chapiteaux. Parmi eux, citons notamment la galerie Boccara (tapis anciens et modernes, antiquités), Richard Duflot (spécialiste de Art Deco) les antiquaires Hermanovitz, Haussman, Regart, Olivier Antiquités (références dans le secteur du mobilier ancien), la galerie Art du XXe (mobilier 20ème et design), la galerie des Lions et la galerie Art Expo (art moderne et contemporain), la galerie Tirant (bronzes signés), les tapis de la maison Schanewald, la galerie Orient Extrême (arts d'Asie), les bijoux anciens chez Bernard Bouisset et Adalgyse... Au cœur du Salon, en plein air, l'espace restauration permettra de faire une pause. Un voyage dans le temps, dans le monde et dans l'histoire de l'art ! Grâce à la présence d'exposants prestigieux, diversifiés et spécialisés, les visiteurs du salon de Valbonne partiront à la découverte de styles et d'époques différentes, qui rivalisent de génie créatif et de virtuosité artistique. De l'Antiquité au XXIème siècle, un véritable voyage au fil du temps sera proposé, à la découverte des différentes périodes de l’histoire de l’art et des différents styles de la décoration intérieure, des Arts Premiers à l’Art Moderne et Contemporain, en passant par les grands styles français et européens, au gré de pièces uniques réalisées par les plus grands artisans et artistes. Mille et une merveilles, d'hier et d'aujourd'hui ! Le Salon réunira ainsi un choix exceptionnel de superbes meubles, objets et œuvres d’art créés au cours des siècles passés par les meilleurs artistes (peintres, sculpteurs...) ou artisans d’art (ébénistes, marqueteurs, bronziers, céramistes, joailliers, doreurs..), célèbres ou restés anonymes. Les antiquaires et galeristes sélectionnés sur ce Salon sont les gardiens de ce patrimoine artistique et culturel. Ils cherchent, sauvent et font restaurer dans les règles de l’art les meubles, objets et tableaux les plus anciens et les plus rares pour les proposer dans un parfait état de conservation qui en exhale toute la somptuosité. Le design, l'art moderne et contemporain seront également représentés par plusieurs galeries et marchands qui exposeront les œuvres des grands noms de la scène artistique internationale du XXe siècle et les créations emblématiques des tendances de l’art contemporain (peintures, sculptures, photographies, mobilier design...). Tous les stands proposeront des pièces uniques, rares et exceptionnelles. Informations pratiques 31ème Salon d’Antiquités, Art Moderne et Contemporain de Valbonne Sophia Antipolis Ouverture tous les jours du 29 août au 6 septembre 2015 De 10h30 à 19h30 (le vendredi 4 septembre : nocturne avec restauration avec performance l'artiste Chanette Manso, spécialiste du light painting, et animation musicale jusqu'à 21h30)

~~Adresse : Espace du Pré des Arts – 06560 Valbonne Entrée : 5 euros ( Entrée gratuite pour les personnes à mobilité réduite et leur accompagnateur) Renseignements : • T. 04 93 34 65 65 et 04 93 34 80 82 • www.antiquaires-valbonne.com Accès :à 15 minutes en voiture de l’aéroport Nice Côte d’Azur ou de l’autoroute A8 (Sortie 44 : Antibes). Le Salon est situé à l'entrée du village de Valbonne.

Parking : Grand parking gratuit devant le Salon Organisateurs : A.C.A.A.F.V.A. : 32, bd d’Aguillon - 06600 Antibes - Président : Gérard Fantino • Contact : Sandrine Barale (T. 04 93 34 65 65, barale.sandrine@wanadoo.fr )

Le Salon d'Antiquités, Art Moderne et Contemporain de Valbonne sera suivi par les 13èmes Rencontres des Arts qui se dérouleront du 10 au 13 septembre 2015 (horaires : 10h30-19h30 et nocturne le vendredi jusqu'à 21h30) dans le même site et qui réuniront galeries, artistes, artisans d'art... (Entrée libre).

Le Salon de Valbonne et les Rencontres des Arts sont gérées par une association à but non lucratif, l’ACAAFVA (organisatrice du prestigieux salon d'Antibes). Cela garantit l’indépendance et l’intégrité de ses organisateurs qui n'ont un seul objectif : réunir professionnels, amateurs et collectionneurs pour partager ensemble une même passion

Partager cet article

Repost0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 16:39
CÉRÉMONIE D’ADOUBEMENT ET CONSÉCRATION Á LA VIERGE DE LA MÉDAILLE MIRACULEUSE DE PARIS du V.E.O.S.P.S.S

~~. L’Ordre Templier du V.E.O.S.P.S.S. et ses Membres ont été consacrés à la Vierge de la Médaille Miraculeuse de Paris dans l’Abbaye de Ferrania. C’est le Samedi 18 Juillet 2015 qu’a eu lieu, à l’Abbaye des St. Pierre et Paul de Ferrania la Cérémonie de Consécration des nouveaux Membres du V.E.O.S.P.S.S. :Frère Christopher Farruggio a été nommé Crucifère dans les rangs de l'Academia Iuvenum Militum Christi, Frère Pietro Farruggio et Frère Davide Sirtori ont été adoubés avec le grade de Chevalier, Sœur Nadia Gaibotti a reçu l’adoubement à Dame ad Honorem. Au cours de cette Cérémonie, Frère Salvatore Nieddu a été nommé Grand Élemosinaire de l'Ordre, le Baron, Mino Mottari a reçu le Diploma Honoris Causa. Il est évident que le moment le plus exaltant de la journée a été celui de la Consécration officielle de l’Ordre et de ses Membres à la Vierge de la Médaille Miraculeuse de Rue du Bac à Paris, officiée par l’Abbé Général de l’Ordre, Frère Don Massimo Iglina. Les Membres du V.E.O.S.P.S.S. présents ont reçu le Grand honneur de pouvoir porter la Médaille Miraculeuse de la Vierge de Paris, sur leur Manteau. Á la fin de la Cérémonie de Consécration, l'Abbé Général a officié la Sainte Messe. Après la Cérémonie religieuse, les Membres de l’Ordre ont participé à une conférence et ont terminé la soirée dans un restaurant dans les parages. Encore une magnifique journée inoubliable.

Vivianne Costa

CÉRÉMONIE D’ADOUBEMENT ET CONSÉCRATION Á LA VIERGE DE LA MÉDAILLE MIRACULEUSE DE PARIS du V.E.O.S.P.S.S

Partager cet article

Repost0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 06:13

ROYAL MONACO RADIO SPOT

E X P O S I T I O N au château des Doria à Dolceacqua du 29 août au 30 septembre Vernissage le 29 août à 18 h.
E X P O S I T I O N au château des Doria à Dolceacqua du 29 août au 30 septembre Vernissage le 29 août à 18 h.
E X P O S I T I O N au château des Doria à Dolceacqua du 29 août au 30 septembre Vernissage le 29 août à 18 h.

E X P O S I T I O N au château des Doria à Dolceacqua du 29 août au 30 septembre Vernissage le 29 août à 18 h.

~Une rencontre autour de l'eau, thème commun pour cinq artistes de personnalités différentes qui exposent ensemble, pour la première fois, avec leur perception, leur technique et leur sensibilité.

Daniel MENINI est né en 1956 à Monaco. Il y a fait ses études secondaires à l’issue desquelles il a suivi, entre autres formations, les cours de la villa Thiole et des arts décoratifs de la ville de Nice. En 2002, tenaillé par l’impérieuse nécessité de peindre, il reprend les pinceaux pour une exposition personnelle en Principauté. Depuis cette date, il ne cesse d’enchaîner les expositions et les événementiels comme la Monacow-Parade (une de ses réalisations a été reproduite en miniature et diffusée au niveau international) ou la Commémoration des 30 ans du Festival International du Cirque de Monte–Carlo. Ce plasticien à l’inspiration multiple explore, au fil des ans, toutes sortes de supports, de formats et de techniques et s’exprime aussi bien par le dessin que par la mise en place d’installations.

Marc SCHLICHTER

Marc Schlihter est né a Paris en 1948, après une formation de modeleur sur bois est attiré par le dessin et la peinture, fréquente la Grande Chaumiere et surtout les ateliers ADAC de la ville de Paris. Les années passent et lui permettent maintenant une pose à Menton pour un travail à plein temps sur ses tableaux. Pour ce thème j'ai abordé l'eau dans tous ses états, l'eau vive, l'eau morte et l'eau des songes qui baignent nos pensées, de quoi créer quelques tableaux pour cette exposition.

Philippe MARDINI

Philippe Mardini a eu un parcours atypique. Tout d'abord étudiant aux Beaux Arts de Paris en section dessin et sculpture sous la férule de Georges Jeanclos il devient photographe pour financer ses études. En sortant des Beaux Arts il crée, en tant que directeur artistique, une société de communication multi média puis se spécialise dans la communication écrite. Puis un jour, il découvre, par hasard, la gravure qui est un retour aux sources de son métier. Lui qui faisait imprimer des milliers d'exemplaires de journaux, de magazines, il imprime, aujourd'hui manuellement, vingt exemplaire de chacune de ses gravures qui sont l'expression de ses recherches, de ses obsessions, de ses questionnements. Son travail se caractérise par des compositions rigoureuses avec une volonté esthétique en noir et blanc tout en contrastes.

Tatiana DROZD

Née à Russie, elle a fait des études supérieures à l’Académie des Beaux Arts de St Petersbourg. Apres un expérience professionnelle au studio de cinéma d’état « Lenfilm », elle a continué son parcours en France. Pendant plus de 20 ans, elle a transmis son savoir aux étudiants de l’école Municipal d’art plastique de Vallauris, puis à l’école de l’Art et Culture au Consulat de la Fédération de Russie à Monaco. Durant cette période elle a continué à exposer ses créations dans la région, ainsi qu’à Paris, Italie, Espagne, Hollande. “La carte n’est pas le territoire. La représentation n’est pas la chose qu’elle représente." Cette formule d’Alfred KORSYBSKI, père de la Sémantique Générale, m’a inspiré pour ces paysages marins. Qu’ils soient peints d’après la nature, ou imprimés depuis Google Earth, ils ne sont pas la réalité, mais l’image que nous nous faisons du monde "réel". Dans ces paysages je rends hommage à l’eau.

Ugo TORNATORE

Ugo Tornatore est né à Nice en 1949 mais habite désormais à Dolceacqua. Sa première approche artistique se manifeste avec la création et la réalisation de vitraux. Il perfectionne, alors, sa technique dans l'atelier Lorrain à Chartres où il fait la connaissance d'Alfred Manessier qui deviendra son maître. Dans les années 80, il affine sa connaissance de la couleur à l'école d'Arts plastiques de Nice. Enfin, sa maîtrise du travail de l'acier, lui permet, aujourd'hui, d'évoluer dans la sculpture, son nouveau moyen d'expression.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 07:44

ROYAL MONACO RADIO SPOT

Jacob&co présente sa haute joaillerie 2015 et ses montres à Monaco
jacob.Callye Kwong de Hong Kong  a présenté sa joaillerie internationale
jacob.Callye Kwong de Hong Kong a présenté sa joaillerie internationale

~~Jacob&co présente sa haute joaillerie 2015 et ses montres à Monaco et reçoit ses amis et nombreux clients à l'Hermitage Cocktail de qualité, hôtesses plus belles les unes que les autres, invités, femmes et hommes de classe et vitrines plus brillantes, encore plus les unes que les autres, ce fut, à nouveau, en ce mois d'août 2015, un ravissement pour tous, offert par Jacob Arabo de New-York et de Genève. Et Jacob Arabo, après avoir été ''Jacob the jeweller'' est devenu ''Jacob the Watchmaker''. C'est en 2002, que Jacob Arabo crée la montre avec 5 fuseaux horaires pour évoluer vers la H24, la Rainbow Tourbillon en 2007, puis la Napoléon Quadra Tourbillon en 2008, la Ghost en 2011, l'Epic SF24, dans l'année 2013 ainsi que la Palatai Tourbillon Minute Repeater et, l'Astronomia Tourbillon en cette année 2014. Et si le père de Jacob Arabo ne lui avait pas offert, pour ses 13 ans, sa première montre, Jacob Arabo ne serait pas devenu, en 2015 '' L'homme qui voulait être roi'' selon Jack Forster. Et puis, lors de cette soirée, qui était là? Mais, John James, tout simplement, enfin Chris Noth de ''New-York police Criminelle arriva. Mais, aussi, en même temps, l'un des héros de ''Sex and the City'' et les femmes se précipitèrent. Oui, Jacob&co avait invité une star du cinéma et de la télévision à cette soirée et le boss n'hésita pas à lui offrir et à lui passer au poignet, lui-même, une superbe montre pour cet acteur de grand talent et très imposant.

Jacob Arabo, Callye Kwong et Chris Noth
Jacob Arabo, Callye Kwong et Chris Noth

Jacob Arabo, Callye Kwong et Chris Noth

Autographes, photo posées avec l'acteur, là, les invités en profitaient et c'est également ceci, la marque de l'image de Jacob&co, les peoples présents et ce fut encore une fois, très réussi. A l'intérieur, comme à l'extérieur, les invités profitent de l'instant et les vitrines qui brillent en éclats de diamants, de rubis ou saphirs multicolores et autres gemmes attirent les clients, venus très nombreux lors de cette présentation exceptionnelle. Et comme Jacob Arabo ne cesse d'innover, il avait invité dans un emplacement privilégié, dès l'entrée de l'exposition, Cally Kwong, célèbre joaillière de Hong Kong pour présenter ses créations. Diverses, en diamants, en perles, en jade, en émeraude, en turquoises, en topaze, en saphir, bleu, rose ou jaune, et adapté à tous et à toutes. Que ce soient des briquets, des bouliers chinois ou des stylos, tout n'est que beauté et les bagues, les colliers, les pendentifs ou boucles d'oreilles brillèrent également, dans les yeux de toutes les belles femmes de la soirée. Texte et photos christian.pinson@wanadoo.fr Relations Publiques / Presse Jacqueline Lestrade julianjmonaco@yahoo.fr

Jacob&co présente sa haute joaillerie 2015 et ses montres à Monaco
Jacob&co présente sa haute joaillerie 2015 et ses montres à Monaco
Jacob&co présente sa haute joaillerie 2015 et ses montres à Monaco

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 13:11
Monaco : "SPaRK on the Rock" de Benjamin Spark le samedi 8 aout 2015, à 14h30 à L'Entrepôt

~~ "SPaRK on the Rock" de Benjamin Spark le samedi 8 aout 2015, à 14h30 à L'Entrepôt 22 rue de Millo Pour Benjamin Spark, il s'agit d'un retour à L'Entrepôt. SPaRK c'est la porte d'entrée bien connue de l'Entrepôt, notre rencontre a débuté bien avant l'ouverture de la galerie. Ce samedi 8 aout il réalisera une performance et livrera quelques petits secrets de création. La performance consistera à peindre pendant 2 heures en direct devant le public une grande toile avec différentes techniques mixtes. Le tout sur un rythme puissant de musique électronique. En parallèle à sa performance l'artiste exposera quelques toiles récentes. Benjamin Spark, nouveau prisme. Un artiste qui trace sa voie sur la toile entre street art et pop art S'il est bien une expression artistique propre à notre génération, le Pop Art est certainement devenue cette forme d'art contemporaine. Marqueur de notre époque, de notre façon de communiquer, de consommer, de rêver aussi parfois, le Pop Art impose sa trace dans les rues depuis sa genèse et sur la toile depuis que ses artistes ont osé prendre un chemin plus traditionnel en se posant sur des toiles. Car si l'art Pop s'embourgeoise, c'est aussi pour rester accessible. Un artiste de notre génération fait clairement figure de proue dans ce domaine, Benjamin Spark. Sa culture artistique est à la hauteur de son parcours. Car du chemin il en a parcouru avant d'imposer son trait et son graffe sur ses tableaux. SPaRK a des choses à dire et a trouvé cette forme de dialogue entre son public et ses idées. Des valeurs sures, contemporaines, des symboles facilement identifiables qu'il détournent pour leur faire dire d'autres choses, pour les laisser parler au travers de lui ou pour peut-être d'adresser à nous en passant par ses personnages parfois rassurant et très facilement identifiables. Il prend des risques aussi, essuie la critique quand la polémique se jette sur lui, mais de cette genèse Pop, ses personnages se relèvent et clament haut et fort leurs messages, comme une empreinte indélébile sur notre temps. Des messages légers ou forts, des constats, des réflexions, il en est question quand nos super héros ou nos amis de toujours prennent un air grave et étranger. C'est tout l'art de l'artiste, de détourner en se référant à nos repères. Interpeller avec des codes de notre époque, de notre culture. Benjamin n'est peut-être pas l'unique à utiliser ce mode d'expression, mais il a sa patte à lui, reconnaissable, identifiable, copiée parfois. Ses expositions sont remarquées et font grandir les collections. Benjamin aime les gens et parle avec eux, échange sur ses idées sans jamais oublier l'esthétisme qu'il attribuera à ses tableaux. Il aurait pu ne travailler que dans la rue, mais son travail méritait les murs rassurants des galeries et des intérieurs de particuliers. Avec cette philosophie, il permet donc à ses pinceaux et à ses bombes d'évoluer dans leurs messages et dans la façon de les mettre en dessin. Encore un tournant dans son évolution. Benjamin signe une nouvelle série de toiles qui seront présentées fin de l'année dans une première exposition en solo à Paris en novembre prochain à la Galerie Berthéas- Les Tournesols au 25 rue des Tournelles - 75004 Paris et en parallèle à Saint Etienne dans la même galerie. Puis une exposition personnelle à Marrakech en octobre et à Bruxelles en Novembre. Mais si Benjamin est un Français d'origine, il est bien devenu un belge de cœur puisque c'est ici, à Bruxelles qu'il a posé son matériel et son cœur. Il n'est plus question, dans ce nouveau style d'un personnage central comme jadis, mais plus d'une forme de mood-board d'idées pop. Les comics viennent de partout et me semblent parfois totalement inconnus mais ses références sont claires. Par ici une scène sortie d'une référence américaine, par là, un portrait d'artiste qui inspire Benjamin. Des phrases coup de poignard jetées en bloc sur nos idées fausses, un message anodin pour ouvrir la réflexion. Les comics de Benjamin mélangent les couleurs ou abordent une palette presque monochrome pour nous obliger à y regarder de plus près.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 18:36
Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung
Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung

~~C’est dans le cadre prestigieux de l’hôtel Métropole que le milliardaire chinois Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung ont dévoilé en avant-première la palette d’expériences exclusives et raffinées qu’offrira l’hôtel Louis XIII de Macao, dont l’ouverture est programmée fin 2016. Le Louis XIII est présenté comme l’hôtel le plus chic et le plus cher du monde. Un hôtel nouvelle génération qui offrira un degré de confort et de sophistication encore jamais égalé. Signé Peter Marino, la décoration unique est une combinaison surprenante, mêlant les matériaux les plus nobles et les plus précieux à une sélection incroyable d’oeuvres d’art commissionnées à des artistes contemporains et de pièces de mobilier sur mesure réalisé par des artisans d’exception aux quatre coins de la planète.

Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung
Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung
Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung
Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung

~~Pas moins de trente Rolls-Royce Phantom avaient été mises à la disposition des clients de l’hôtel. C’est à Mathieu Pécaud – qui forme avec son père le duo triplement étoilé au Guide Michelin de la mythique table parisienne de l’Ambroisie – qui furent confiées les rênes du principal restaurant de l’hôtel. La garantie de pouvoir savourer les grands classiques de la cuisine française réinterprétée avec une éclatante modernité. Très impressionnés par ce projet, le prince Albert II, le commissaire-priseur et collectionneur d’art Simon de Pury, ou encore le prince Jean de Luxembourg, Joseph Jackson et les nombreux autres invités présents ont pris date et se sont donné rendez-vous à Macao en décembre 2016, pour célébrer l’ouverture du Louis XIII.

Stephen Hung et son épouse Déborah Valdez-Hung

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 16:36
 EXPOSITION SOCIALES ET CIMAISES Du 11 juillet au 31 octobre 2015 Galerie d’art contemporain / Palais de l’Europe
Elisheva Copin
Elisheva Copin

~~ EXPOSITION SOCLES ET CIMAISES Du 11 juillet au 31 octobre 2015 Galerie d’art contemporain / Palais de l’Europe Entrée libre *** Du 11 juillet au 31 octobre 2015, les professeurs de l’Ecole Municipale d’Arts Plastiques (EMAP) de la ville de Menton proposent pour la première fois d’exposer leurs travaux artistiques à la galerie d’art contemporain. Chaque artiste expose son travail, créant ainsi des atmosphères différentes permettant aux visiteurs de découvrir plusieurs techniques allant de la peinture à la vidéo en passant par la photographie, la sculpture, la mosaïque, le dessin et la céramique. Créée en 1999, l’EMAP a pour objectif l’enseignement pratique des arts plastiques, l’éveil à la création moderne et vivante, la formation d’amateurs éclairés ou de futurs professionnels. Elle propose aux étudiants de tous âges, dès 6 ans, une formation dans les domaines essentiels de la création artistique. L’école accueille chaque année près de 450 élèves. Mauricette Berthon Ses peintures dessinent des territoires mentaux liés à l’inconscient enrichis de signes et de symboles. Le choix chromatique évoque l’organique, le minéral, la terre et les éléments primordiaux. Il renvoie à l’élémentaire et à l’Universel. Du geste naît la rencontre de l’être universel installé quelque part comme une queue de comète, en communion avec les éléments ; tel l’homme-étoile qui réconcilie l’En-Haut avec l’En-Bas à la croisée des mondes physiques et spirituels. *** Joce Conversy « Partage », installation en grès et majolique. « Tout ce qui n’est pas transmis est perdu » Joce Conversy enseigne la céramique depuis plus de 40 ans, bien avant la création de l'EMAP en 1999. A l'origine de l'école, l'atelier de céramique permet de transmettre un savoir-faire qui s'inscrit dans l'histoire de la céramique artistique et architecturale de la ville de Menton. *** Elisheva Copin Elisheva Copin vit et travaille à Nice depuis 1989 où elle a créé son atelier. Depuis 1994 elle enchaîne les expositions personnelles, des participations à des événements artistiques, à des salons d'arts internationaux en France et dans nombreux pays en Europe et aux Etats-Unis. Pour cette exposition, Elisheva Copin expose le résultat de ses réflexions récentes, trois séries de sculptures : Les couleurs de l’Humanité, Couples et Zen et Occident, quatre sculptures représentant des jeunes filles d’ethnies différentes. Toutes ont une morphologie similaire : longues à l'extrême et en postures de yoga. *** Contact Affaires Culturelles 04 92 10 50 51

Patrick Truchi
Patrick Truchi

~~Nicole Durand La maternité, mais aussi la Femme en général sont les principaux thèmes de Nicole Durand « le travail de la pierre est une métamorphose, une naissance ». Les couleurs d'une grande pureté ressortent au dernier moment, une découverte pour l'artiste. Toujours imprévisible, même après avoir sculpté 30 ans, chaque pièce est unique. Nicole Durand, après avoir vécu 11 ans aux Etats-Unis, a installé son atelier dans la région de Menton mais elle continue de faire des expositions en Afrique du Sud, au Danemark, en Suisse et cette année en Nouvelle-Zélande. *** Christelle Esperto « L’art est ma façon de communiquer et de retranscrire le réel en utilisant différents médiums comme la peinture, l’installation, la photo et la vidéo. C’est un remaniement du réel, avec des préoccupations liées à la tradition picturale. » Les « tableaux modules » sont une série de peintures, de 80 tableaux de 100 X 100 cm conçus sous la forme de dytiques, de triptyques et de polyptyques. Les tableaux modules sont des peintures réalisées sur le principe qu'un tableau en engendre un autre, l'idée du second découlant de l'exploration du tableau précédent. Chaque tableau a pour tâche de réinventer de fond en comble les modalités d’existence de la production de l’artiste, d’en réinitialiser les paramètres. Comme de nombreux peintres, le devenir de l’œuvre et les moyens utilisés sont au centre de l’expérimentation de Christelle Esperto. *** Catherine Filliol Elle nous propose des photographies d’herbes pas si folles qu’on le prétend, accompagnées d’un abécédaire philosophique signé Louis Gombaud. Sa démarche artistique tend à rendre la beauté cachée des choses insignifiantes, là où on ne l’attend pas. Qu’il s’agisse d’un brin d’herbe ou d’un simple bout de fil de fer,… tout est question d'observation. *** Gérard Haton-Gauthier D’un piano déstructuré en hommage à Brigitte Engerer à une mer d’encre évoquant les limites de l’abstrait, en passant par « Le grand théâtre du vide » référence à Samuel Beckett. Les tableaux présentés font partie de son univers poétique du moment avec l’utilisation du noir pour passer ses messages aux spectateurs. *** Céline Marin Après être passée par le Pavillon Bosio (Monaco) et la Villa Arson (Nice), elle finalise son cursus à l’Ecole Supérieure d’Arts d’Aix-en-Provence où elle obtient son DNSEP avec Mention. À l’issue de ces cinq années, elle intègre le Post-diplôme du Pavillon Bosio à Monaco par le biais duquel elle réalise sa première exposition personnelle. C’est en 2011, qu’elle intègre l’équipe pédagogique de l’École Municipale d’Arts Plastiques de Menton. Exécutées à la mine, elle nous livre dans un noir et blanc, des figures, qui émergent au fur et à mesure dans une absence de décors afin que chacun puisse y projeter son propre espace mental. Tout devient alors possible, surmontable : la réalité cède sa place à la réalisation de l’imaginaire.

 EXPOSITION SOCIALES ET CIMAISES Du 11 juillet au 31 octobre 2015 Galerie d’art contemporain / Palais de l’Europe
 EXPOSITION SOCIALES ET CIMAISES Du 11 juillet au 31 octobre 2015 Galerie d’art contemporain / Palais de l’Europe
Chrystele Esperto
Chrystele Esperto

Andrée Meredieu La mosaïque est un art décoratif aux multiples facettes. Elle naît dans l’Antiquité mais elle a su traverser toutes les époques et tous les styles. Elle peut être d’intérieur ou d’extérieur, utilitaire ou purement décorative, sobre ou très colorée voire extravagante selon les matériaux utilisés. Elle peut s’adapter à des représentations d’artistes célèbres ou à des créations originales. *** Manuel Soria Photographies argentiques. Période noire 2010/2015. *** Térésa Spina Après des travaux axés sur la matière, l’accident, la déchirure, j’ai peu à peu éprouvé le besoin d’aller à l’essentiel : des couples symbolisés par des hautes cheminées très tendus liées par de petites passerelles sur fond de monochrome bleu, gris béton, noir et ocre et des « par chemins » à la calligraphie dépouillée. *** Patrick Truchi Dans cette installation, le groupe Le GAVE joue sur l’ambiguïté par l’œuvre de Picabia : « Attention à la peinture ». Marchand d’art, marchant d’armes, Faux ready-mades. Recyclages d’objets et d’idées. Barbes, druides et guerriers. Barbarie et civilisation, réalisme ou illusion ? Jeu ? Tel le griot ou le shaman re-racontant le soir les fondements de la communauté. Le groupe Le Gave (Groupe d'Art Vespasien Expérimental) appartient à l'Art Fun. Contemporain de l'Art Graffiti, l'Art Fun apparaît dans les années 80 et combine les emprunts à la BD, aux dessins animés, les thèmes nucléo-apocalyptiques, les couleurs flashes. Comme la Figuration Libre, l'Art Fun réagit vivement contre les modes austères et conceptuelles de l'Art des années 70.

Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon
Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon

Gérard Haton-Gautier- Patrick Truchi - Céline Marin x2 - Gérard Haton-Gauthier - Christelle Esperto -Nicole Durand - Mauricette Berthon

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 12:56
MENTON: EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE MICHEL EISENLOHR / A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Jusqu’au au 31 octobre 2015

~~EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE MICHEL EISENLOHR / A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Jusqu’au au 31 octobre 2015, tous les jours (sauf lundi et jours fériés) de 10h à 18h *** Dans l’environnement poétique et apaisant du jardin Serre de la Madone, Michel Eisenlohr met à l’honneur les différents jardins de la ville dans une suite de photographies. Il s’agit d’offrir aux visiteurs un regard original sur ce patrimoine cher au cœur des Mentonnais. Le thème de la promenade au jardin se révèle en parfaite adéquation avec le cheminement artistique du photographe où l’idée même de jardin devient une évocation du paradis. Né à La Ciotat en 1974, Michel Eisenlohr est auteur-photographe depuis une quinzaine d’années. Son univers artistique est le fruit d’une passion pour la littérature de voyage, d’une formation universitaire littéraire sur les rites de l’Initiation et de ce goût de l’Autre qu’il renouvelle à chaque sujet, chaque destination. Il a réalisé l’exposition photographique Paris My Dream, dans le cadre du French May à Hong Kong. Il a publié un recueil de photographies Aime comme Marseille Editions Images du Sud. « Pairi-daeza »… C’est ainsi qu’au temps de Zarathoustra on nommait les « espaces clos » servant de jardin. La tradition judéo-chrétienne nous l’a transmis par le mot « paradis » ou « jardin d’Eden ». Le jardin est ainsi avant tout un lieu de repos, qu’il soit spirituel ou récréatif. Il se décline à l’infini, suivant les aspirations et l’idée que chacun se fait de son lieu de paix idéal. Sombre et intime pour certains, ouvert et coloré pour d’autres, bien ordonné par de longues perspectives ou suivant une fausse fantaisie, planté d’espèces locales ou au contraire de plantes provenant de l’autre bout du monde. « Cette série photographique présente des portraits singuliers de jardins à Menton. Elle s‘inscrit dans le cadre plus large d’une commande du service du Patrimoine « Menton, portrait de ville » effectuée entre octobre 2014 et juin 2015. Au fil des mois, j’ai pris plaisir à déambuler dans cette ville entre mer et montagne, où les jardins publics ou privés se développent par centaines. Ils sont les témoins d’un art de vivre et d’un temps où la riche bourgeoisie (notamment anglaise) s’entourait d’un environnement privilégié, aspirant à reproduire le geste du créateur. J’ai ainsi essayé de capter les individualités, les différents caractères de ces jardins. Certains se laissent déflorer au premier regard, d’autres sont plus difficiles à dévoiler. Il faut ainsi patienter, jouer à cache-cache avec le soleil à travers les feuillages, revenir au rythme des floraisons. De multiples visages qui, je l’espère, vous donneront envie de poursuivre cette déambulation poétique. »

(Michel Eisenlohr). Exposition gratuite – tarif : 8€ d’entrée au jardin (ou carte d’abonnement annuel : 20€) Renseignements : 04 93 57 73 90

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 06:06
Foto(c) Claudia Albuquerque

Foto(c) Claudia Albuquerque

Foto(c) Claudia ALBUQUERQUE
Foto(c) Claudia ALBUQUERQUE

~~Nello storico tunnel Riva in Monte Carlo, il 16 luglio, ha avuto luogo un evento internazionale "I Defend Gala" 2015, ospitato da Lia Riva nel Monaco Boat Service, uno spazio ricco di storia che dagli anni 50 ad oggi unisce il celebre cantiere navale italiano al Principato di Monaco. Sua Altezza Serenissima Principe Alberto II di Monaco ha supportato con la sua presenza I Defend Gala. Una serata di gala a sostegno delle attività del Robert F. Kennedy Human Rights Europe che promuove progetti di educazione ai diritti umani. Robert F. Kennedy Human Rights Europe è la divisione europea (con sede in Italia a Firenze) del ROBERT F. KENNEDY MEMORIAL di Washington. Kerry Kennedy, figlia di Robert Kennedy, fondatrice attivista e scrittrice, presidentessa della fondazione conduce la serata insieme a Federico Moro, direttore esecutivo del RFK CENTER ed organizzatore dell'evento. Nel 1988 Kerry Kennedy ha fondato il Robert Kennedy Center for Human Rights che è una delle principali organizzazioni internazionali per i diritti umani e per la salvaguardia dell’ambiente. RFK CENTER grazie ai “difensori” dei diritti umani in tutto il mondo, investiga e pubblica report sulla situazione dei diritti umani nei diversi Paesi con lo scopo di accrescere la consapevolezza della gente, fermare gli abusi e incoraggiare i Governi, le organizzazioni internazionali e le aziende ad adottare politiche che assicurino il rispetto dei diritti umani a livello mondiale. Numerose personalità intervengono durante l'evento: il giornalista Alan Friedman; Frank La Rue, direttore della sede europea del Robert F. Kennedy Human Rights; la cantante Ilaria della Bidia, l’attrice Giorgia Surina, l'attore hollywoodiano Martin Sheen. Dopo un intervento di Kerry Kennedy, prende il via l'asta con opere selezionate dalle curatrici Melissa Proietti e Raffaella A. Caruso e battute da François Tajan, Co-presidente della casa d’aste Artcurial. Dieci i lotti: un’opera di Michelangelo Pistoletto, una di Marco Nereo Rotelli e sei scatti del noto fotografo Harry Benson, presente come ospite, un bracciale Vhernier e il primo modello della nuovissima Fiat 500C certificata da John Elkann e personalizzata "Riva" (un omaggio ai famosi e preziosi motoscafi Riva) dall’artista Stefano Conticelli. Ha luogo durante la serata di gala una cena ideata dal celebre chef italiano Gualtiero Marchesi per 180 ospiti internazionali che nel corso della serata si sono aggiudicati mediante dispositivi digitali in asta silenziosa le opere (30 lotti) in esposizione di Roberto Baronti, Matteo Basilé, Harry Benson, Blue and Joy, Jacopo Cascella, Bruno Ceccobelli, Antonio Ciarallo, Angelo Cricchi, Walter Di Giusto, Francesca Romana Di Nunzio, Stefano Esposito, Ottavio Fabbri, Fabio Ferrone Viola, Massimo Listri, Florencia Martinez, Giuliano Menegon, Patrizia Molinari, Claudio Palmieri, Matteo Peretti, Marcello Reboani, Alessandro Sansoni, Giorgio Tentolini. Malgrado la sua vita fu interrotta precocemente all'età di 42 anni, il pensiero e gli ideali di Robert Kennedy continuano a sopravvivere ancora oggi attraverso l'opera della sua famiglia, dei suoi amici, del Robert F. Kennedy Memorial prima e il RFK Center for Justice & Human Rights poi. E anche grazie ad eventi come "I Defend" si potrà realizzare il suo sogno ed il nostro di un mondo più giusto e di pace. Non ci perderemo sicuramente la prossima edizione del "I Defend Gala".

Cristina M. Sanikidze

(c) Claudia ALBUQUERQUE

(c) Claudia ALBUQUERQUE

(c) Claudia ALBUQUERQUE

(c) Claudia ALBUQUERQUE

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 14:08
Nouveau succès à l’exportation pour le Grimaldi Forum Monaco : « Les Reines d’Egypte »
Nouveau succès à l’exportation pour le Grimaldi Forum Monaco : « Les Reines d’Egypte »

~~Nouveau succès à l’exportation pour le Grimaldi Forum Monaco « Les Reines d’Egypte » à la conquête du Japon Après Grace Kelly, ce sont d’autres souveraines mises en lumières par une exposition du Grimaldi Forum qui s’apprêtent à conquérir le monde et donc faire briller un savoir-faire artistique qui s’exporte.. L’exposition « Reines d’Egypte », grand succès de l’été 2008, part conquérir le Japon en deux étapes, à l’initiative de la NHK : au Musée National de Tokyo du 11 juillet au 23 septembre, où l’exposition vient d’être inaugurée en présence de nombreuses personnalités dont S.E M Patrick Médecin, Ambassadeur de la Principauté au Japon, puis au National Museum of Art d’Osaka du 10 octobre au 27 décembre. Christiane Ziegler, directeur honoraire du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre et commissaire de l’exposition, nous parle de ce beau projet d’itinérance - Christiane Ziegler, vous étiez déjà commissaire de l’exposition « Reines d’Egypte » en 2008… Quels sont les principaux changements par rapport à la version présentée au Grimaldi Forum ? « L’exposition a évolué en fonction des prêts, de l’état des connaissances et des souhaits de nos partenaires japonais. En 2008 beaucoup de grands musées d’égyptologie étaient partiellement fermés pour cause de rénovation. Nous avions ainsi bénéficié d’œuvres phares qui habituellement ne quittent pas les salles d’exposition permanente : c’était le cas du splendide masque doré de la reine Satdjéhouty prêté par le musée égyptien de Munich ou des œuvres figurant la reine Ahmès Nefertari aujourd’hui exposées dans les salles rénovées du musée de Turin… D’autres statues longtemps retenues à l’avance pour des expositions comme celle de Cléopâtre de Saint-Pétersbourg n’ont ainsi pas pu faire le déplacement au Japon. Mon plus grand regret est qu’aucune œuvre du musée du Caire n’ait pu être présentée. Mais d’autres musées se sont montrés particulièrement généreux comme le musée d’Art et d’Histoire de Bruxelles ou celui de Manchester dont les nombreux objets inédits provenant de Gourob renouvellent la vision du harem royal. J’ai pu également faire appel à des collectionneurs privés qui ont accepté de prêter des œuvres majeures et souvent très peu connues : c’et le cas des reliefs amarniens de la collection Al Thani, des bronzes et des objets de toilette Gandur, du délicat relief figurant Ahmès Nefertari, du buste de Thoutmosis III, de nombreux bijoux, etc. » -

Nouveau succès à l’exportation pour le Grimaldi Forum Monaco : « Les Reines d’Egypte »
Nouveau succès à l’exportation pour le Grimaldi Forum Monaco : « Les Reines d’Egypte »

~~Comment le public japonais perçoit-il la civilisation égyptienne ? « Autant que j’ai pu le constater, les goûts du public japonais pour la civilisation égyptienne sont proches de ceux du public occidental. En témoigne l’afflux de touristes japonais sur les rives du Nil. Il reflète la fascination exercée par une civilisation très ancienne et très raffinée, par l’étrangeté de sa religion et de ses pratiques funéraires, par les trésors enfouis que la tombe de Toutankhamon évoque instantanément. La connaissance de l’Egypte ancienne est cependant moins développée au Japon que dans les pays occidentaux où des savants comme le français Jean François Champollion et l’allemand Richard Lepsius ont crée et développé au XIXème siècle une discipline nouvelle, l’Egyptologie. C’est pourquoi nos partenaires de NHK ont souhaité consacrer une section entière à Cléopâtre qui est de loin le souverain égyptien le plus connu du public japonais. » - Quels ont été les principaux challenges de cette nouvelle exposition ? « Les défis ont été multiples. Alors qu’à l’origine il s’agissait de présenter un « remake » de l’exposition monégasque, son contenu a considérablement changé. L’idée a été d’orienter le public japonais vers une meilleure connaissance de la civilisation égyptienne, en proposant une section nouvelle consacrée à la Cour, de façon à mettre en lumière le rôle essentiel du pharaon et brosser son cadre de vie. Il a également fallu s’adapter à de nouveaux espaces d’exposition moins modulables que ceux du Grimaldi Forum. La scénographie a été complètement repensée, facilitée par l’excellente collaboration avec le Grimaldi Forum, la présence à Paris de Mme Chiéko Takiwaki, professionnelle en matière d’exposition mais qui a en plus assumé le rôle d’interprète, et à Tokyo la collaboration de Monsieur Jiro Kondo, Professeur d’Egyptologie à l’Université de Waseda, un de mes collègues de fouilles en Egypte ».

Nouveau succès à l’exportation pour le Grimaldi Forum Monaco : « Les Reines d’Egypte »

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 06:43
Club 41 de Monaco: Filippo passe la présidence à Hervé

~~ Souriant plus que de coutume, Filippo regarde avec satiété son année de présidence qui échoit ce soir au restaurant « Intempo ». Filippo sourit, il pourrait même entonner en napolitain « pour moi la vie va commencer ». Unissant ses deux ouïes, son sourire s’invite dans le galbe du collier du Club 41 et dévoile sa denture émaillée dont l’orientation verticale croise les rutilants cartouches des célèbres past-présidents. Filippo lit son nom gravé et rivé sur l’étoffe bicolore rouge et blanche, un de plus savoure t-il. Les discours inauguraux finis, l’émotion maîtrisée, le moment de se dessaisir de ce symbole associatif approche. Filippo lève les bras, Hervé baisse le buste, le premier se libère, le second s’enchaîne. Vive le nouveau président Hervé. Une ovation enveloppe la terrasse du Méridien. -S.M.B, ou le royaume de la « communication » thème 2015-2016 souhaité par Hervé. Nous savons qu’il gère les systèmes d’impression, de téléphonie, d’aménagement de bureau et de maintenance. Fini le sémaphore des frères Chappe, excepté en marine, obsolète l’appareil de Morse, de même la liaison téléphonique de Graham Bell et les ondes radio de Marconi au XIX è siècle sont au musée des inventions. La fibre optique, révolution des télécommunications, transporte une multitude d’informations numériques. Nous devons dorénavant communiquer à la vitesse ultrasonique. Déjà Hervé s’initie ce soir avec la liste de son équipe. Filippo, reste au bureau évidemment, Gilles vice-président, Francis, IRO, Bernard au Web, Raymond à la trésorerie, Alain, stylo en main, essaie d’écrire. 42 convives, par une chaude nuit de juin, s’asseyent. À leur table le président Olivier et Françoise Lazo du club contact 41 de Reims-Champagne et Victor Dias-Ferreira invité. Devant eux le ressac ponctue les conversations. Derrière, le charivari de l’agitation nocturne monégasque est amorti par l’établissement hôtelier et la ronde des serveurs. Des légumes grillés, mozzarelle - pistou, jeunes pousses de roquette ouvrent le bal. En deviendrait-il coutumier notre dynamique sommelier Dominique ? Il se glisse dans nos discussions et prône les qualités des vins proposés. Un blanc de la Commanderie de Peyrassol et un rouge du Domaine du Deffends. Cet intermède œnologique permet d’apprécier un fondant d’épaule d’agneau du Piémont au romarin, mêlé de légumes du moment au jus de braisage. Au dessert, un chou croustillant au chocolat framboise accompagné d’un confit de framboise et d’un jus de fruits rouges. La soirée aborde son terme. Certains regagnent leur domicile en souhaitant de bonnes vacances. Des chaises se vident, des amis refondent de petits groupes ; les plus vaillants restent, la nuit leur appartient, complice des échanges, pièces maîtresses de la communication. Aussi j’emprunterai au musée national d’arts africains un jumbe, et ses vibrations émises dans l’espace aérien communiqueront les dates des rendez vous du mercredi. æ Excellent été à tous les amis et aux familles de ce fabuleux Club 41. Alain Gastaud 24 juin 201

Club 41 de Monaco: Filippo passe la présidence à Hervé

~~ Excursion du club 41 à Naples et sur la côte Amalfitaine du 21 au 25 mai 2015.

Le vol 1661 en provenance de Nice Côte d’Azur se pose sur le tarmac de l’aéroport Naples Capodichino. Il est 8 h 30, Bernadette la guide de ce jeudi 21 mai nous attend en compagnie d’un couple d’amis. Des ondées aussi sont au rendez-vous, elles joueront avec le soleil à cache cache durant ces cinq jours. Filippo le Président initiateur de ce périple atterrira samedi soir surenchérissant aux soubresauts aéronautiques, le roulis du cabotage en mer Tyrrhénienne le long des récifs sculptés par les tumultueuses vagues se brisant sur les rochers, s’épanchant dans leurs anfractuosités ou léchant de petites plages sableuses. Jeudi dans la matinée, nous sillonnons dans le Musée Archéologique National qui possède des antiquités gréco-romaines. Bâti au XVI è siècle pour servir de caserne de cavalerie, le bâtiment est transformé au XVII è siècle pour accueillir l’Université. Au XVIIIe, Ferdinand IV réunit les collections Farnèse, héritage de sa grand- mère Elisabeth Farnèse. En 1816, Ferdinand I er roi des Deux Siciles inaugure le musée et l’enrichit des découvertes des fouilles de Pompéi et d’Herculanum. Dans la Principauté, les bolides du soixante treizième G.P, rois de la pollution acoustique tournent à des vitesses fulgurantes dans le sens des aiguilles d’une montre. Ici, notre pérégrination est lente, intemporelle, curieuse des objets exposés. Nos regards détaillent les statues en marbre, le groupe des Tyrannicides, la Vénus callipyge, l’Artémis d’Ephèse, Hercule Farnèse au visage las des 12 travaux effectués, le Taureau Farnèse ou le supplice de Dircée attachée par ses cheveux aux cornes du taureau. La visite se poursuit dans la galerie des mosaïques avec le Cave Canem, les oiseaux et les poissons, la tête de Méduse, la roue de la fortune et la fameuse bataille d’Issos entre Alexandre le Grand et Darius. Nous sourions dans l’antichambre de l’érotisme, les positions très acrobatiques du Kama Sutra tapissent les murs et de virils membres hypertrophiés affectés d’un probable priapisme sont en vitrine. Suivant les pas de la guide nous gagnons les étages supérieurs et imaginons le quotidien peu enviable de ces populations utilisant de rares objets d’argent, de bronze et de terre, par rapport à la surabondante quincaillerie dont dispose aujourd’hui les ménages. D’autres sites touristiques sont programmés, nous ne pouvons nous attarder plus longtemps dans cet endroit et partons découvrir la vieille ville. Elle a connu plusieurs dominations, les Grecs qui lui ont donné le nom de Neapolis, puis les Romains, les Suèves, les Angevins, les Aragonais. Les Espagnols et leur Vice-Roi Don Pedro de Alvarez de Tolède, de 1500 au début du XVIII è siècle, laissèrent le quartier espagnol situé à l’Est de la cité. Il accueillait les garnisons militaires, ses venelles dessinent un quadrillage décoré de linge séchant aux balcons. Les Bourbons et le roi Charles III l’embellissent, le Palais de Capodimonte, le Théâtre Saint Charles… de 1734 à 1860, avant l’unification du Royaume d’Italie sous Garibaldi. Maintenant nous roulons vers un arrondissement résidentiel. Une vue époustouflante sur la baie de Napoli dissipe la fatigue du voyage et scrute nos émotions comme celles d’Alphonse de Lamartine en 1811. Nous contemplons une majestueuse procession permanente, le Vésuve, son cratère dans les nuages, ouvre le défilé, Capri, Ischia, Procida et les célèbres Faraglioni suivent dignement sur les flots d’un bleu intense, la péninsule de Sorrente ferme cette marche triomphale. Ce coin plairait à certains jeunes qui le soir venu se blottissent dans leur véhicule et obstruent les vitres. Les passants s’étonnent parfois du balancement soutenu de ces voitures en stationnement. Au restaurant « Europeo », via campodisola, les spécialités napolitaines affluent à une vitesse cadencée sur la longue table bien décorée. Nos estomacs éveillés depuis 4 heures du matin les dévorent avec satisfaction et appétit, la régularité du service s’harmonise avec nos capacités d’assimilation. Les « pizza » napolitaines à peine posées sont morcelées en agréables bouchées et les plats désertés retournent en cuisine. Cette succession d’aliments comble de délice nos papilles gustatives tout en ignorant le pèse-personne volontairement laissé chez nous. Au cours du déjeuner, une des jolies et gracieuses filles de Filippo vient nous saluer. Les montres indiquent que l’après midi est bien commencée, nous nous dirigeons sur le site d’Herculanum. Grande ville romaine qui subit les destructions d’un tremblement de terre en 62 après J.C et l’éruption du Vésuve en 79. Les laves en se solidifiant rapidement ont soutenu les structures permettant d’observer les coutumes dans les demeures somptueuses ou populaires, les boutiques, les thermes, les théâtres, sur les voies pavées, ainsi que le mobilier, les ustensiles de cuisine, les outils. C’est au début du XVIIIe siècle que des galeries furent creusées pour mettre à jour Herculanum peuplé d’environ 5000 personnes. Son centre économique et politique sont encore enfouis. Nous quittons Naples pour Sorrente, localité d’origine grecque, habitée par les sirènes mythiques qui envoûtèrent le légendaire Ulysse avant l’installation des romains. Les valises attendent dans les chambres de l’hôtel notre retour du restaurant « O’ Parrucchiano » vaste salle à manger, en partie couverte, en partie à ciel ouvert. Au dessus de nous des guirlandes lumineuses et des branches de citronniers lestées d’innombrables fruits, embrasent le décor. Un groupe folklorique danse sur des airs musicaux mondialement connus. Notre deuxième repas en Campanie est aussi copieux que celui de Naples. La pasta tomate, mozzarella, les cannelloni, la viande et ses légumes de saison, le dessert et le traditionnel digestif local, « le Limoncelo » concluent une belle journée vécue dans une ambiance napolitaine enchanteresse. Ce premier jour du voyage nous héberge au « Parco dei Principi ». Vendredi 22 mai. Capri. Petit déjeuner continental sur la terrasse de l’hôtel surplombant la falaise. Nous faisons la connaissance d’Enrico, profil grec, chevelure indomptée, yeux pétillants de malice, intonations chantantes, notre guide. Le minibus se faufile à vive allure dans les ruelles étroites, sinueuses et surpeuplées, rasant véhicules piétons et parapets sans endommager ni les uns ni les autres. La signalisation routière ne semble pas être une priorité. Nous arrivons au port et embarquons pour l’île de Capri. Une foule, une marée humaine, une cohue grouille dans tous les sens, des ombrelles s’agitent en bout de bras levés, elles rassemblent leur équipe, il ne faut pas perdre âme qui vive. D’autres visiteurs semblables à des électrons libres cherchent leur chemin, demandent l’itinéraire et partent à l’opposé. Les embarcations accostent, font le plein de leurs cargaisons humaines assourdissantes et tonitruantes et appareillent, laissant derrière elles une trainée d’écume blanche signalant aux mouettes affamées l’instant de la becquée. Tout est minuté, les navires font l’aller - retour toute la journée sans jamais désemplir. Notre transporteur marin repéré, nous fauchons un passage dans ces touffes animées pressées de voir et filmer les beautés de leur excursion tant rêvée. A bord, nous nous répartissons entre les différents étages, les places assises sont vites occupées, la traversée se déroule sans incident, le tangage ne souhaitant pas ce jour prélever une part de notre petit déjeuner. Devant nous Marina Grande. Les visiteurs sont aussi nombreux que sur la péninsule, ils se cramponnent ne voulant ni s’égarer ni tomber dans l’eau. Dès le XIXe siècle, ce lieu devint une destination de l’aristocratie romaine puis dans les années 1950 la jet-set prend possession de ce lieu édénique, le Prince Rainier III et la Princesse Grace, la duchesse de Windsor, Elisabeth Taylor, Aristote Onassis et Jackie Kennedy. Rencontrerons nous sur ce sol paradisiaque des personnages connus ? On entoure Enrico qui connaît Capri, (du grec ancien sanglier), parfaitement. Sur le parking du port nous attendons un minibus pour aller à Anacapri visiter la villa San Michele d’Axel Munthe, médecin et écrivain suédois sans toute fois envisager d’atteindre le mont Solaro à 589 m d’altitude. Surprise, prés de nous, nous reconnaissons Monsieur et Madame Robert Amoratti, célébrités de la marine marchande, connues sur l’île, en Principauté et sur tous les océans du globe. Après avoir échangé des paroles aimables, nous reprenons la route. Enrico fait le panégyrique de la villa, de ses pièces originales par leur aménagement et leur affectation. La végétation est luxuriante et l’horizon fabuleux depuis le belvédère. Au dehors, une allée de magasins propose des créations artisanales à tous les prix. Pour déjeuner nous redescendons dans le centre principal, le chauffeur emprunte l’étroite via Krupp, seul un conducteur chevronné peut manoeuvrer sur ces chaussées en zigzag. Le restaurant « al capri » a prévu trois tablées pour nous servir, à une table voisine nous apercevons un couple célèbre, Monsieur et Madame Raymond Armita, ils mangent semble t-il une pizza, nous ne voulons pas les importuner. Le repas fini, direction la Piazzetta avec sa Tour de l’Horloge. Les boutiques aux prestigieuses marques de vêtements de luxe collées les unes aux autres attendent les chalands. Il y a beaucoup trop de monde, nous ne pouvons accéder à la crémaillère ni visiter la Grotte Bleue. La navette pour Sorrente part à16 h 05, nous abandonnons sur l’île l’Empereur Tibère festoyant dans sa villa Jovis. Soirée au restaurant « La Basilica ». Le savoureux menu proposé et les chants populaires et entrainants d’un guitariste concluent une deuxième journée agréable. Samedi 23 mai, la Côte Amalfitaine. Enrico compte 15 personnes, le départ est donné. Direction le littoral amalfitain, autre splendide joyau de la nature. Le guide commente avec compétence, passion et humour les paysages fantastiques qui s’étendent tout le long du chemin, l’UNESCO a inscrit cette région au patrimoine mondial de l’Humanité. Les parois calcaires descendent abruptes flirter avec la mer, les petits villages aux maisons blanches s’agrippent aux roches et les escaliers escarpés rejoignent des plages exiguës fouettées par des eaux limpides. Les étroits chemins pittoresques, déclives et tortueux, se faufilent sous des arcs et s’accrochent à la montagne. Les façades hébergent des galeries d’artisanats aux couleurs vives et lumineuses, de belles coupoles en faïence localisent les églises remarquables par leur riche passé religieux. Positano, en ce samedi matin beaucoup de touristes visitent ce magnifique bourg, le parapluie dans une main l’appareil photographique dans l’autre. Nous avons la chance de rencontrer le couple Deplanche célébrité dans le monde de l’immobilier qui donne son avis sur ces constructions et celles qu’il gère habituellement. Amalfi, la plus ancienne des républiques marines, ses maisons se collent aussi à la falaise. Le bus stationne sur le port à proximité de la statue de Flavio Gioia tenant dans ses mains une boussole. Sur la Piazza del Duomo, la fontaine de Saint André regarde avec admiration la cathédrale du IX è siècle au style normand et arabe, aux marbres polychromes et le campanile de style arabe. Ravello, nous quittons la route côtière, les virages étroits et sinueux nous dirigent vers un endroit enchanteur et pittoresque aux demeures élégantes et de style oriental. Une atmosphère wagnérienne flotte dans l’air. L’orage s’abat sur cette bourgade nous obligeant à chercher refuge dans un des nombreux cafés restaurants. Sur le trajet, nous traversons d’autres villages magnifiques, le climat évolue rapidement, soleil, pluie et même brouillard. Un troupeau de moutons déambule sur l’asphalte, immobilisant la circulation automobile et ébauche une chorégraphie moderne. Il est l’heure de regagner la ville, il n’y aura plus d’arrêt, nous nous engageons sur l’autoroute, l’afflux des voitures est dense, la végétation défile à vive allure derrière les vitres du bus, les kilomètres sont avalés, la somnolence guète. Bienvenue à Naples où l’Hôtel Royal Continental en front de mer assure nos deux futures nuitées. Panorama une fois de plus féerique, le Donjon Angevin se dresse à quelques pas de là et trempe ses fondations dans l’eau, une longue promenade piétonne se prolongeant à l’infinie ceinture les flots. Le soleil est revenu, la population se promène à pied, en vélo, en patin ou s’installe à une des terrasses de cafés. Nous repartons dîner au restaurant « al faro », via Marechiaro, mais avant certains montent dans une barque de pêcheurs et longent les falaises au coucher du soleil. La perspective du Vésuve, coiffé d’une légère brume, dans ce ciel rouge feu est inoubliable, que son cratère, star éternelle, crépite sous les flaches des touristes venus l’immortaliser mais que sa colère étincelante et meurtrière s’apaise dans ses entrailles. Pendant le repas, nous avons le plaisir de connaitre Leo et sa maman. Sur une large terrasse, nous sommes confortablement installés admirant la houle s’étendant à perte de vue en baignant l’ile de Capri que nous avons arpentée la veille. Tandis qu’une noria de mets nous régale, Filippo dévore des yeux son petit fils qu’il embrasse pour la première fois. Nuit et petit déjeuner à l’hôtel. Dimanche 24 mai. A nous Naples, ses monuments, ses ruelles typiques, ses lieux de restauration, entendons « pizza et baba au rhum » ses églises, musées et le Reggia di Caserta distant d’une dizaine de kilomètres. 9 h, en suivant Enrico nous arrivons place du Plébiscite. Giorgio, haut d’1mètre 92 se substitue facilement au sceptre secoué du guide dans les tourbillons populeux, il court aussi à la recherche des flâneurs et homogénéise le groupe. Le Palais Royal que nous ne visiterons pas est recouvert de photos de personnages de tout âge assassinés par la mafia qu’ils voulaient anéantir, érigé au XVIIè siècle, les Vice-Rois d’Espagne puis les Bourbons y logèrent. Le Théâtre Saint Charles, célèbre dans le monde entier date de 1737, construit sous le règne du roi Charles III de Bourbon, 3000 spectateurs peuvent assister aux représentations lyriques. La Galerie marchande Umberto I, édifiée en 1887 en forme de croix haute et spacieuse, est surmontée d’un dôme de verre soutenu par 16 arcs d’acier. Armando, fin connaisseur bien connu sur tous les continents flaire les judicieux achats pour sa famille. L’église Saint Dominique Majeur bâtie en 1300 par Charles II d’Anjou, la Cathédrale Saint Janvier du XIIIè siècle, Saint protecteur de la ville qu’il libera d’une épidémie de peste. Dario spécialiste des évènements surnaturels explique à sa jeune amie le miracle de l’ampoule, le sang du Saint se liquéfie chaque année en mai et septembre. La Basilique Santa Chiara, lieu de sépulture du roi Robert, de son épouse Sancia et des rois de Naples et de Sicile. Bien d’autres édifices religieux existent, nous ne pouvons évidemment pas tous les inspecter. Dans une église, Enrico raconte l’histoire de la bombe qui traversa un vitrail et glissa au sol sans exploser, encore un miracle ! Un peu harassés nous déjeunons « pizza » authentiques et entrons dans l’après midi au Reggia di Caserta. 1751, le Roi Charles III de Bourbon commande la construction de ce Palais grandiose désirant reproduire les splendeurs des Cours de Versailles. Lorsque le Roi Charles III monte sur le trône d’Espagne, le Roi Ferdinand IV de Bourbon poursuit l’édification et y réside. 2000 pièces le composent. L’atrium et le vestibule ouvrent sur un splendide escalier en marbre conduisant à la chapelle, au théâtre et aux appartements royaux. Equipés d’un écouteur nous traversons les salles vastes et somptueuses, très richement décorées, au mobilier de grande valeur de style aussi Empire, attentifs aux explications détaillées d’Enrico. Nous discernons parmi les promeneurs le couple Lecomte, célèbre président directeur d’une fonderie réputée en Belgique, de passage en Italie, expertisant les structures métalliques des portes, des plaques et des balustrades. En dehors, le Parc avec sa succession de prés, de bassins, de cascades et de fontaines (d’Eole, de Cérès, des Dauphins, de vénus) s’étire sur plus de trois km unissant l’architecture et la nature dans un ensemble extraordinaire. Un peu de temps libre et dîner au restaurant de l’hôtel, Filippo élabore un excellent repas, poissons, légumes, desserts et vins, apprécié par les 16 membres réunis dont les diverses célébrités rencontrées en cours de route et Andreana qui par sa gentillesse et sa disponibilité a séduit chacun d’entre nous. Lundi 25 mai, dernière ou avant dernière journée, Enrico s’est éclipsé, il a retrouvé un peu de tranquillité. Nous poursuivons les visites dans Naples à notre rythme. Merci à Filippo à qui nous devons ce si sympathique voyage et à vous tous, votre amitié et votre présence sont les garants de la réussite.

Alain Gastaud

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 16:44

~~Le 20 juillet, « expo en fête » au Grimaldi Forum Monaco qui ouvre gratuitement ses portes pour fêter ses 15 ans avec le public Musique, danse, contes et art au menu de cette journée anniversaire Dans le cadre de la célébration de ses 15 ans, le Grimaldi Forum a décidé de faire un beau cadeau à son public amateur d’arts au sens large, en lui offrant le 20 juillet, une journée spéciale autour de la grande exposition estivale « De Chagall à Malévitch, la révolution des avant-gardes ». Tout d’abord, pour cette journée d’anniversaire, l’accès à l’exposition sera libre et gratuit pour tous et sera agrémentée de nombreuses animations et performances artistiques. En clair l’exposition estivale prend une dimension inédite et associe à son thème d’autres disciplines artistiques. Ainsi le public pourra ce jour-là suivre des visites guidées à travers la Russie de l’avant-garde, écouter contes et légendes folkloriques, assister à des extraits de musique et à des solos de danse en écho avec les œuvres présentées. Pour que la surprise soit entière, le Grimaldi Forum donne carte blanche à la jeunesse et aux artistes locaux. Ornella CORVI, mezzo soprano accompagnée par Valeria Monfort-Suchkova au piano, convoqueront quatre des grands noms de la musique russe du début du XXème siècle, Ravel, Poulenc, Moussorgski et Rachmaninov. Gaétan MORLOTTI, ancien soliste des Ballets de Monte Carlo, donnera vie aux œuvres de Chagall à travers des intermèdes dansés tout au long de la journée. Pour que les curiosités soient satisfaites, les visiteurs pourront au choix se laisser guidés par des visites commentées ou tout simplement déambuler et accepter de se faire surprendre. Quant au plus jeunes, ils seront enchantés par les contes traditionnels présentés par Larissa TIPIKINA. Enfin, à la sortie de l’exposition, de 11h à 15h, petits et grands pourront prendre de la hauteur et profiter d’un point de vue inédit sur le Grimaldi Forum et le quartier du Larvotto en s’envolant à bord d’un ballon gonflable ancré sur l’esplanade du bâtiment. Autant d’animations mises gracieusement à la disposition du public… Tout heureux que nous sommes de fêter nos 15 ans avec vous ! Le programme de la journée Entrée libre à l’exposition De 10h00 à 20h00 L’avant-garde russe commentée par Catherine Alestchenkoff, Directrice des Evenements Culturels du Grimaldi Forum, à 11h30 et à 14h30 (durée : 1 heure) Inscription sur place (dans la limite des places disponibles) Performance dansée, de 11h00 à 18h00 Gaëtan Morlotti, ex-danseur aux Ballets de Monte-Carlo, chorégraphe et performer, s’approprie le temps d’une journée les œuvres majeures des grandes figures de l’avant-garde russe pour mettre tous nos sens en éveil et nous révéler à travers ces dialogues ou regards croisés entre art de la performance et chefs-d’oeuvre, une plongée dans l’écriture moderne et parfois radicale de ce langage artistique . C’est plus particulièrement l’œuvre emblématique de Marc Chagall, «Introduction au théâtre d’art juif » commande réalisée en 1920 pour le premier spectacle moscovite du théâtre d’art juif de Moscou -aujourd’hui conservée à la galerie nationale Tretiakov- qui servira de trame de départ à ce dialogue sensible qui se jouera entre le danseur et le public. Chaque action se nourrira du contexte proposé « parce que la danse est avant tout à l’écoute de nos pensées, qu'elle les interroge sans détours et nous donne à voir sur scène ce que nous enfouissons au plus profond de nous », comme le dit Gaëtan Morlotti Contes et légendes russes Baba-Yaga, sous la verrière du Grimaldi Forum, & 15h00 et à 16h00, par Larissa Tipkina (pour les enfants de 5 à 11 ans) Larissa Tipikina, conteuse russe, usera de tous ses talents afin de transporter son audience dans le merveilleux de son pays d’origine. Lors de séances exceptionnelles, les plus petits (5-7 ans) découvriront « Repka », l’histoire d’un navet pas tout à fait comme les autres qui donne du fil à retordre à ses cultivateurs. Alors que les plus grands (8-11ans) suivront les aventures d’ « Ivan le Valeureux » prêt à tout afin de secourir sa dulcinée. Mezzo-soprano et partition musicale : Ornella Corvi et Valeria Monfort-Suchkova dans « Sons et Couleurs de Chagall », entre 15h et 17h Au programme : Le Hanneton , extrait de " Detskaia " de Moussorgski La chanson hébraïque , extrait des " Chants populaires" de Ravel La flute enchantée , extrait de " Shéhérazade" de Ravel Chagall , extrait de " Le travail du peintre" de Poulenc

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 07:39
ART MONACO: British artist Angela Palmer’s sculptures will be shown alongside her inspiration

~~ British artist Angela Palmer’s sculptures will be shown alongside her inspiration - the world’s greatest F1 engine Angela Palmer’s dramatically upscaled Red Hot Orange Exhaust, based on Sebastian Vettel’s V8 engine

The world’s most successful Formula 1 engine, the RS27, which powered Sebastian Vettel to four consecutive F1 world titles, is to be shown alongside the sculpture it inspired in an exhibition at the international art fair, Art Monaco 15, from July 9 – 12. British artist Angela Palmer was given unprecedented access to the highly secretive world of Formula 1 to realise this extraordinary body of work derived from the iconic V8 engine. In collaboration with Renault Sport F1, the artist deconstructed the RS27 engine which famously powered Vettel to four F1 championships from 2010 to 2013. Renault designs and builds F1 engines for Infiniti Red Bull Racing and Scuderia Toro Rosso in the FIA Formula One World Championship. Palmer dramatically upscaled individual components of the V8, using a variety of materials, from walnut to Jurassic age Portland stone and bronze.

For the project, she was supplied with the engineers’ CAD drawings as well as unique engine parts from the V8, material normally guarded with the strictest secrecy to prevent industrial espionage. However in a dramatic rule change introduced last year, the V8 was replaced by the downsized turbocharged V6 Power Units equipped with newly developed energy recovery systems. It was this change that provided the unique opportunity for Renault to unlock its sensitive data to Palmer.

Palmer’s interest in engines began with the realisation that over 2 billion people in the world drive cars, yet few have any idea what lies under the bonnet: “How many of us know what a crankshaft looks like, never mind its function? I wanted to peel back that mysterious layer and reveal the astonishing piece of engineering which creates this mechanical ‘beating heart’ that’s so close to all of us, often all day, every day,” said Palmer. “Through the sculptures, I wanted to shift the focus from function and mechanism to the visual power of form and material.” She began her research by ordering a plastic build-your-own engine online. From there she bought a Datsun Cherry engine from her local scrapyard in Oxford and spent weeks taking it apart to examine the sculptural potential for each part. An upscaled F1 V8 cog in polished bronze When introduced to the President of Renault Sport F1 some months later, Palmer was given the opportunity to work on the V8, the most advanced internal combustion engine in the world, at their headquarters in Viry-Chatillon in Paris. Spending a day in the laboratories of the Renault Sport F1 team was, she said, “more akin to a scene from a neuroscience laboratory than a factory.” Palmer was able to observe the astonishing precision behind the construction of the engines, “each piece is a work of engineering genius, numbered and inscribed, engineered down to the last micron.”

The artist used a variety of materials dictated by the sculptural language of the individual components - for example, she has recreated the V8 crankshaft as a ’totem’ in American black walnut over 2m high, while one of the small pinions inspired a 2m column cut from a block of 150 million-year-old Portland stone (the stone used to build St Paul’s Cathedral). Drawn to the ’intestinal’ qualities of the V8’s exhaust systems, she doubled their size, creating the right in walnut and the left in red hot orange resin, reflecting its colour in action (the V8 exhaust reaches 1000 degrees celsius within 5 seconds).

Ann Hindry, the curator of Renault’s renowned art collection said the work created by the artist is “so much related to what Renault has always searched for in its long relationship with art: a sharing of knowledge and creativity.” During the project, Palmer also became fascinated by the world’s F1 circuit tracks. “Seen in the abstract, they are redolent of Eastern calligraphy.” She has recreated a collection of F1 tracks, including Monaco, Belgium’s Spa-Francorchamps, Japan’s Suzuka and Singapore in wall mounted neon. Monaco circuit, neon mounted on aluminium In addition, she borrowed a crash helmet worn by an F1 driver and has cast it in delicate lead crystal glass, reminding us of the “ever-present fragility faced by drivers in the fastest motor sport in the world." Crystal helmet (left) cast from one worn by F1 driver and its brass mould (right) Angela Palmer is a sculptor and installation artist. Born in Scotland and based in Oxford, she studied at the Ruskin School of Drawing and Fine Art in Oxford and the Royal College of Art in London.

A central theme in her work is the desire to ’map’ and she has re-interpreted the human and animal form through her use of CT and MRI scans; she created her brain as a three-dimensional drawing in a glass chamber by engraving details of MRI slices on multiple glass sheets. It is now in the permanent collection of the National Portrait Gallery of Scotland, and will tour over the next two years as part of a tri-national exhibition of international artists’ self portraits entitled ‘From Rembrandt to the Selfie’, at the Staatliche Kunsthalle in Karlsruhe; the Museé des Beaux-Arts in Lyon; and the NPG in Edinburgh. Palmer has enjoyed the opportunity to work with scientists in every conceivable discipline, from radiologists and botanists, to engineers, astrophysicists, veterinary scientists and paediatric dentists specialising in Egyptian child mummies.

The artist’s glass sculpture of an Egyptian child mummy is on permanent display alongside the actual mummy in the Ashmolean Museum, Oxford. Her installation ‘Searching for Goldilocks’, which represents NASA’s search for habitable planets, is in the collection of the Smithsonian’s National Air and Space Museum in Washington.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche