Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 16:23
 1er Jazz festival en Europe pour Erica Papillion-Posey à Saint Raphaël le 12 juillet

Ce sera l’un des événements des 40 ans du Festival des Jazz du 09 au 12/07, la venue en exclusivité de cette mezzo-soprano reconnue tant pour le lyrique que pour le jazz aux USA. Elle n’a jamais foulé une scène dans un festival français avant ce concert dans le Var et sera accompagnée par un trio de musiciens régionaux qui a fait l’ouverture du Nice Jazz Festival en 2017!

 

Tout est parti d’une interview radiophonique d’Erica avec le journaliste Philippe Déjardin au Midem 2017. Quand elle y revient en 2018, elle lui fait part de son envie de jouer sur la Côte d’Azur. Personne ne la connaît encore mais il pense tout de suite à Laurent Rossi, Philippe Brassoud & Jérôme Achat pour l’accompagner. Trois musiciens de talent, généreux et perfectionnistes qu’il côtoie et apprécie depuis quelques années dans leur Spirale Trio. Ce premier concert privé dépasse toutes les espérances malgré le fait qu’ils jouaient ensemble pour la première fois. Erica  décide que ce sera ce trio qui jouera avec elle dans les festivals en France.

 

Le challenge est énorme pour décrocher un concert dans un festival lorsque vous ne passez vraiment pas très souvent sur les ondes, que la presse spécialisée « mainstream » ne vous connaît pas encore d’autant que vous ne venez pas souvent en en France et votre votre manager est dans le Sud-Est, loin des sphère influentes parisiennes.

 

Pourtant, l’année dernière, la lumière est venue du Festival des Jazz de Saint-Raphaël qui l’a retient pour sa programmation 2020. La pandémie vient mettre à bas tous ses espoirs en provoquant l’annulation du festival.
 

Mais les relations de son manager avec le programmateur se poursuivent et elles aboutissent au report de sa première participation dans un festival de jazz en Europe.

Ce sera son 1er festival le 12 juillet  pour les 40 ans de ce festival qui va changer de nom et s’appeler Saint Raph’ Jazz Festival .

 

Événement d’autant plus important que ce sera son seul concert de l’été et le dernier de ce festival.

 

Elle vient de sortir son 3e album Better Angels, autoproduit comme les précédents mais beaucoup plus personnel , elle a en composé tous les titres sauf cette surprenante adaptation de La Bohême » dans les deux langues (anglais& français) en hommage à Charles Aznavour qu’elle appelle le « Sinatra français ». Naturellement elle n’a pas pu le présenter en concert durant cette pandémie mais elle devrait en offrir un autre titre avec La Bohême au public varois.

 

Si elle n’a pas été très présente sur  scène – et pour cause- elle en a profité pour sortir une ligne d’objets dérivés haut de gamme et siglés pour les vocalistes.

 

Enfant adoptée en Louisiane, jeune noire et gauchère, on ne lui prédisait un avenir professionnel que dans les ordres ou l’armée. Mais le chant et le jazz sont dans son ADN depuis sa petite enfance et elle a réussi à se construire elle-même une carrière. A découvrir celle qui souhaite se glisser dans les pas de Sarah Vaughan sans l’imiter naturellement.

Concert Erica Papillion-Posey 4tet (gratuit)

Date : 12 juillet 2021 à 21h

Lieu : Place de l’Office du Tourisme de Saint Raphaël

Durée : 1h30

 

 

Contact : Philippe Déjardin +33 (0) 620 441 136 / ph.dejardin06@gmail.com

Partager cet article

Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 15:19
VIVA I CONTANTI ! IL NUOVO LIBRO DI BEPPE SCIENZA
VIVA I CONTANTI ! IL NUOVO LIBRO DI BEPPE SCIENZA

UNA INCHIESTA UTILE A CONSUMATORI, COMMERCIANTI E RISPARMIATORI

 

Beppe Scienza

Viva i contanti

Le banche li attaccano solo per guadagnarci:

l’evasione non c’entra. Convengono e sono sicuri

 

Ponte alle Grazie

E' recentemente uscito un mio nuovo libro: Viva i contanti, a distanza di anni da Il risparmio tradito e La pensione tradita. In essi denunciavo il ruolo parassitario delle banche nel risparmio e nella previdenza, qui nei pagamenti. In un certo senso la terza puntata.

Esso spiega i tanti vantaggi dei contanti per i pagamenti rispetto a bancomat, carte di credito, smartphone ecc. Ma si rivolge pure ai risparmiatori, perché le banconote sono fra le alternative più sicure per la difesa dei propri risparmi. I conti e libretti sono moneta bancaria e le banche possono fallire, le banconote sono la moneta della banca centrale, che non fallisce. In particolare sono trattati i seguenti punti:

  •  i contanti come diversificazione
  •  confronto con titoli di Stato, buoni postali, azioni, fondi e polizze
  •  le banconote più sicure dell'oro
  •  prelievi di contanti: normativa e consigli
  •  cassette di sicurezza: normativa e consigli

 

Partager cet article

Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 13:47
HOTEL DE PARIS MONTE CARLO: Le Grand Bal des Princes et Princesses revient pour  faire rêver.
Le Grand Bal des Princes et Princesses
Le jeudi 17 juin 2021

Faste, féerie, musique, danse et saveurs à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo, se sont réunis pour cette soirée, placée sous le haut patronage de S.A.S. le Prince Albert II. Un événement grandiose ou la grâce, l'élégance et le glamour ont été au rendez-vous de ce « Grand Bal des Princes et des Princesses » .

Princes et princesses dans l’âme ont rendez-vous pour ce gala enchanteur. A cette occasion, chaque invité devait s'immerger dans la magie du monde princier : les dames étaient habillées avec des robes de bal et un diadème, tandis que les hommes arboreraient un frac ou uniformes militaires de cérémonie.

 

Le déroulé de ce gala ? Spectacle de lanceurs de drapeaux Principi d’Acaja sur la Place du Casino, cérémonie d’accueil sur tapis rouge devant l’Hôtel de Paris Monte-Carlo, cocktail de bienvenue sur la terrasse iconique de la Salle Empire, ouverture du bal par l’Orchestre des Carabiniers du Prince mais aussi dîner somptueux imaginé par le Chef étoilé Franck Cerutti, spectacle durant le repas et ouverture du bal à minuit.

 

Le Bal des Princes et des Princesses a aussi renouvelé  une vocation caritative : une partie des fonds recueillis lors du gala ont étés reversés à la Fondation Princesse Grace de Monaco.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 19:07
IINVITATION 15 JUIN EUGENIO BENEDETTI GAGLIO  AU CLUB BOULISTE  DE MONACO
C'est dans le cadre enchanteur  et  typiquement monégasqude du Club Bouliste du Rocher que l'Association "Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson " ont convié l'Association de Bienfaisance Eugenio Benedetti Gaglio ,en la personne de son Président Monsieur  Eugenio Benedetti Gaglio et de  son épouse Anna Maria Benedetti , Secrétaire Générale aux fins de   leurs témoigner gratitude et remerciements.  

 

En effet, lors d'une cérémonie  authentique  et  conviviale, Mr Claude Cellario , vice- Président de l'Association Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson, après son discours d'accueil,   a présenté le chèque d'un montant de 20.000  euros   offert par leur généreux partenaires et donateurs en faveur du 10 éme Salon du Livre de Monaco qui se tiendra les 19 et 20 juin au Tunnel Riva.  

 

En présence de Mr le Président du Conseil National, Stéphane Valeri, de Madame le Direceur des Affaires Culturelles,  Francoise Gamedinger, de S.E. Giulio Alaimo, Ambassadeur d'Italie à Monaco  et des invités  de Mr et mme Benedetti, S.E. Jacques Boisson , Président d'honneur des Rencontres Littéraires Fabian Boisson  a souligné  l'importante coopération existant entre les deux Associations non seulement sur le plan culturel mais remerciant également  Mr Eugenio Benedetti pour son soutien financier à l'U.P.P.M du CHPG  en faveur des avancées scientifiques et  "humaines"  dans le domaine psychique et psychiatrique.auxquelles  le  Professeur Gaetano Benedetti, frère d'Eugenio Benedetti  a consacré sa carrière et sa vie.  

 

Après la prise de parole  authentique et émouvante de Monsieur Eugenio Benedetti ,c'est autour  du verre de l'amitié et  d'une  dégustation très appréciée de pissaladières et barbajuans que s'est scellée  dans la bonne humeur,  ce petit moment  de partage  réjouissant sur le plan humain. 

 

N.R.P
Photo (c) Royal Monaco

Partager cet article

Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 07:40
PROGRAMMAZIONE CINEMA SANREMO  DAL 18 GIUGNO AL 22 GIUGNO 2021

PROGRAMMAZIONE CINEMA SANREMO

DAL 18 GIUGNO AL 22 GIUGNO 2021

Ariston MONSTER HUNTER  – orario 17.40  21.00 DAL 18 AL 19/06, domenica  20/06  ORARIO 21.00

ORE 18.00 – Partita Europei – Italia Galles

Dal 21/06 chiuso per manutenzioni fino al 24/06 compreso

 

Ariston Roof sala 2THE CONJURING – per ordine del diavolo-

  orario 17.30  20.4

 

 

             per informazioni vai sul sito www.aristonsanremo.com 

 

 

   

Ritz – MANDIBULES – due uomini e una mosca – orario 17.15   21.30

 

Prezzo intero € 9,00 – ridotto € 7,00 –

MARTEDI CINEMA prezzo unico € 6,00

 

Ariston Roof sala 1– SPIRIT – il ribelle -  orario 17.20  20.30

 

 

Ariston Roof sala 2 – THE CONJURING – per ordine del diavolo-

  orario 17.30  20.45

DAL 21/06 - MONSTER HUNTER  – orario 17.40  21.00

 

Ariston Roof sala 3 – SPIRAL – l’eredità di Saw -  orario 17.45  20.40

 

Ariston Roof sala 4 – CRUDELIA – orario 17.00

Ariston Roof sala 4 – THE FATHER – orario 20.20

 

Prezzo intero € 8,00 – ridotto € 6,00

MARTEDI CINEMA prezzo unico € 5,00

 

l’Ariston fornirà, a titolo gratuito, ad ogni spettatore una mascherina.

L’acquisto dei biglietti sarà disponibile alla cassa dell’Ariston dal venerdì e on line dalle ore 10.00 dal giovedì dal sito www.aristonsanremo.com scegliendo possibilmente l’opzione “stampa a casa” e presentandosi all’entrata con il biglietto stampato.

 

per informazioni vai sul sito www.aristonsanremo.com 

Partager cet article

Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 07:33
Les finalistes des MIPIM Awards 2021 ont été dévoilés
Paris le 14 juin 2021 – Les finalistes des MIPIM Awards 2021 ont été dévoilés. Les 13 membres du jury ont sélectionné 50 projets de 21 pays pour la finale de la compétition internationale leader de l’industrie de l’immobilier. 
 
Les finalistes 2021 reflètent l’engouement général des MIPIM Awards. La France arrive en tête avec neuf projets présentés à Cannes, contre cinq pour la Chine, quatre en Russie et trois en Allemagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, Japon et Danemark.
 
 
 
 
 
 
Le Jury, présidé cette année par Méka Brunel, Directrice Générale de Gecina, a étudié plus de 172 candidatures de 36 pays et a présélectionné les meilleurs projets dans chacune des 12 catégories en compétition.
 
Cette année, en plus des critères habituels, le jury a également regardé comment le projet s’adapte aux conséquences de la pandémie sur la vie des gens, leur façon de travailler, de consommer et de se divertir.
 
Les lauréats seront annoncés lors de la cérémonie des MIPIM Awards qui se tiendra à l’occasion du MIPIM September Edition le mercredi 8 septembre 2021 à 15h dans l’Auditorium Debussy du Palais des Festivals de Cannes.
 
Les gagnants seront sélectionnés à la fois par les participants, qui pourront voter pour les projets de leur choix en ligne et à Cannes pendant le MIPIM September Edition, mais également par les membres du jury. Le choix du jury pèsera à 50% dans la sélection des vainqueurs, à égalité avec le vote des participants.
 
 
La présentation des projets sera disponible sur la pressroom MIPIM dans les prochains jours.
 
 
Les membres du Jury MIPIM Awards 2021 sont :
  • Méka BRUNEL, CEO, Gecina (France) & Présidente du jury
  • Stéphanie BENSIMON, Head of Real Estate, Ardian France (France)
  • Kai-Uwe BERGMANN, Partner, Bjarke Ingels Group (Danemark)
  • Akim DAOUDA, CEO, FGIS (Gabonese Sovereign Wealth Fund) (Gabon)
  • Hala EL AKL, Director, PLP Architecture (Royaume-Uni)
  • Serge FAUTRE, CEO, AG Real Estate (Belgique)
  • Kathleen FONTANA, President, RICS (Royaume-Uni)
  • Paolo GENCARELLI, Head of Group Real Estate, Poste Italiane (Italie)
  • Marco HEKMAN, Divisional President, Advisory Services, Continental Europe, CBRE (Pays-Bas)
  • Frank KHOO, Group Chief Investment Officer, City Developments Limited (Singapour)
  • Sergey KUZNETSOV, Chief Architect, Moscow City (Russie)
  • Henrik SAXBORN, CEO, Castellum (Suède)
  • Katarzyna ZAWODNABIJOCH, President & CEO, CEE Region, Skanska Commercial Development Europe (Pologne)
 
 
 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 14:03
Mariage de la fille unique du roi d’Arabie saoudite dans une robe d’un couturier français - par NICOLAS FONTAINE

Le 28 mai 2021, la princesse Hassa bint Salman ben Abdelazziz al-Saoud épousé le prince Fahad ben Saad ben Abdallah al-Saoud. Il s’agissait d’un remariage pour la princesse, fille unique du roi Salman d’Arabie saoudite. Lors de ce prestigieux mariage, la princesse Hassa avait choisi un couturier français pour dessiner sa robe et portait des bijoux créés par sa défunte mère.

La princesse Hassa s’est remariée dans une robe de Stéphane Rolland avec des bijoux en hommage à sa mère

La princesse Hassa est la fille unique du roi d’Arabie saoudite. Le roi Salman a eu douze fils et une fille avec trois femmes différentes. Deux fils sont déjà décédés. Son premier fils est né en 1975. Il n’a eu qu’un fils avec sa deuxième épouse et le prince héritier Mohammed ben Salman est né en 1985, issu de son troisième mariage.

 

La princesse Hassa est née en 1974. Elle est la plus jeune enfant du roi Salman avec sa première épouse, Sultana bint Turki al-Soudayri. La demi-sœur de MBS a été mariée au prince Mamdouh ben Abdul Rahman ben Saoud. Ensemble, ils ont eu quatre enfants : le prince Saud, la princesse Al-Jawhara, la princesse Al-Hunuf et la princesse Al-Rym.

 

Les bijoux ont été créés par la mère défunte de la mariée, il y a plus de 30 ans (Photo : Instagram/stephanerolland)

 

C’est grâce au couturier Stéphane Rolland qu’on apprend que ce 28 mai, la fille du roi Salmane s’est mariée au prince Fahad ben Saad ben Abdallah al-Saoud. Par-dessus sa longue mosarah blanche, la princesse portait un long voile dont les extrémités étaient attachées à ses poignets. Ses bijoux de poignet ainsi que son hamaa ont été créé par sa mère, la princesse Sultana bint Turki al-Soudayri il y plus de 30 ans, en collaboration avec le bijoutier Jahan. La princesse Sultana est décédée en 2011.

 

Bien que la cérémonie était privée et qu’aucune image n’a filtré, certains des cadeaux envoyés par la famille ont été photographiés et partagés sur les réseaux sociaux. Les femmes étaient invitées à la cérémonie organisée au palais Al Bahr du roi Salmane. Toutes les invitées ont reçu de cadeaux comme un masque brodé ou du parfum. Arabian Royal Agency rapporte que le palais était décoré avec l’aide du Art of Heritage, un centre philanthropique pour les femmes.

 

 

 

 
 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 18:59
San Luigi Gonzaga e la cucina mantovana CULTURA13-06-2021 - di Liana Marabini

Pur di seguire Gesù, san Luigi Gonzaga rinunciò a tutti i suoi averi e ai diritti ereditari sui marchesati di Mantova e Castiglione. Un casato illustre, il suo, che ha lasciato il segno anche nella storia del cibo. La tradizione culinaria mantovana è ricchissima, si va dal famoso salame al tiròt, fino al bevr'in vin.
LA RICETTA: ANELLO DI SAN LUIGI GONZAGA

 

 

 


Castiglione delle Stiviere, 2 novembre 1585. Siamo nella cappella privata del castello della famiglia Gonzaga. Un giovane gracile elegantemente vestito sta inginocchiato davanti al Santissimo Sacramento, gli occhi chiusi e le mani giunte sotto il mento appuntito. Il raggio di luce che penetra da una vetrata colorata fa indovinare la giornata soleggiata, malgrado l’autunno inoltrato. Da una porta laterale entra un uomo che si ferma ad osservare il giovane: è suo padre, Ferdinando I Gonzaga (1544-1586), signore, poi marchese di Castiglione. Ferdinando sente il cuore stringersi a quella vista e l’incomprensione per la scelta di suo figlio aumenta la sua confusione. Luigi, suo diletto figlio, il primogenito, dotato di un’intelligenza fuori dal comune, colui che doveva portare avanti il nome, la fortuna e le armi dei Gonzaga, ha rinunciato a tutto per diventare prete. Ha scelto Dio.

Ferdinando non è che non ci crede, ma l’idea del Cielo, del Paradiso, dei Santi e di tutto ciò che questo comporta gli sembra astratta e molto lontana dal fascino della vita terrena. Invece Luigi, già a 10 anni, ha scelto la castità a vita e poi lo ha comunicato al padre con una semplicità che lo ha lasciato frastornato. Lui, che sognava per il figlio un matrimonio grandioso, con inclusa un’alleanza politica che avrebbe reso ancora più forte il loro casato.

Ora Luigi ha 17 anni e si sta preparando per andare a Roma, dove realizzerà il suo sogno: entrerà al seminario e più tardi prenderà i voti. Nel corso della mattinata di quello stesso giorno, Luigi aveva rinunciato solennemente, davanti al notaio di famiglia, in favore del fratello minore Rodolfo (futuro Rodolfo II da Castiglione, 1569-1593), al titolo, a tutti i suoi averi, ai diritti ereditari sui marchesati di Mantova e Castiglione. Quando Ferdinando gli aveva detto “ora non hai più niente”, Luigi lo aveva guardato con i suoi occhi che sondavano l’anima e un sorriso sereno gli aveva illuminato il viso mentre gli rispondeva: “Ora ho tutto”.

Ferdinando lo guarda, mentre Luigi, ignaro della presenza del padre, continua a pregare, in una comunione assoluta con quel Dio che Ferdinando vorrebbe odiare e che accusa mentalmente di tutti i suoi mali. E forse una parte di colpa l’ha anche sua moglie (Marta Tana di Santena, 1550-1605) che portava il figlio fin dalla più tenera età in chiesa con lei. Alla loro tavola c’erano sempre dei preti, dei vescovi e dei cardinali e Luigi provava un piacere evidente in loro compagnia, beandosi della loro conversazione. Il 22 luglio 1580, aveva ricevuto la Prima Comunione da Carlo Borromeo, che il giovane ammirava oltre ogni limite.

Dopo aver letto un libro sui missionari gesuiti in India, Luigi aveva sentito il desiderio di diventare missionario. Aveva anche iniziato a “praticare”, insegnando catechismo ai ragazzi di Castiglione durante l’estate. Aveva visitato più volte anche le case dei Frati Cappuccini e dei Barnabiti situate a Casale Monferrato, capitale del Ducato del Monferrato governato dai Gonzaga, dove la famiglia trascorreva l’inverno. E aveva adottato anche uno stile di vita ascetico. E lui, il padre, non aveva visto il pericolo.

Guarda il figlio e si domanda che cosa il suo ragazzo avrà trovato in quel mondo invisibile e lontano, forse inesistente, per rinunciare a ciò che aveva. A ciò che gli spettava di diritto. Era sempre stato diverso dagli altri, questo non poteva negarlo. Lo aveva inviato alle corti più brillanti e sofisticate d’Europa, per cercare di dargli il gusto per lo sfarzo, ma aveva ottenuto il risultato opposto.

La vita di corte, con il suo lusso, gli intrighi e il lassismo morale, lo aveva lasciato profondamente insoddisfatto. Si era imposto atti di penitenza per difendersi dall’indolenza dei costumi della corte spagnola e dalle tentazioni di quella toscana. Voleva uno stile di vita più evangelico, più semplice e austero, incentrato sui valori spirituali ai quali aspirava e che davano un senso alla sua giovane vita. Rivoltato dalla superficialità e dai costumi dubbiosi di quelle realtà, Luigi si era chiuso sempre di più in sé, anelando ad una vita dedicata a Dio. Il suo desiderio di servire la Chiesa si era affinato, fino alla decisione suprema, quella di abbracciare il sacerdozio.

E così quel giorno di tardo autunno partì per Roma, dove, poco tempo dopo, tramite il conte d’Olivares, ambasciatore di Spagna presso la Santa Sede, fu presentato a papa Sisto V, che gli impartì la benedizione il 23 novembre 1585. Due giorni dopo entrò nel noviziato di Sant’Andrea al Quirinale. A parte qualche interruzione per motivi di salute o familiari, Luigi Gonzaga trascorse sei anni a Roma. Emise i primi voti il 25 novembre 1587, all’età di 19 anni, per poi iniziare gli studi universitari presso il Collegio Romano. Negli anni, come ogni altro studente gesuita, esercitò le funzioni di lettore e di accolito. Il tempo non occupato dallo studio veniva speso nella preghiera e nella carità.

Nel 1591, quando a Roma scoppiò un’epidemia di peste, i gesuiti si misero al servizio dei malati. Un testimone ricorda di aver visto Luigi Gonzaga con sulle spalle un malato di peste per portarlo in ospedale. Naturalmente, fu contaminato e si ammalò gravemente. Presto, apparve evidente che sarebbe morto in breve tempo, e gli fu data l’Estrema Unzione. Mentre era malato, parlò più volte con il suo confessore, il cardinale (e poi santo) Roberto Bellarmino. Luigi ebbe un’altra visione e disse a diverse persone che sarebbe morto nell’ottava della festa del Corpus Domini. Quel giorno, 21 giugno 1591, al mattino sembrava migliorato, ma insisteva che sarebbe morto prima della fine della giornata.

Quando iniziò a indebolirsi, Bellarmino recitò le preghiere per i moribondi. Morì poco prima di mezzanotte. Padre Joseph Tylenda S.J. (1928-2018) racconta: “Quando i due gesuiti vennero al suo fianco, notarono un cambiamento nel suo volto e si accorsero che il loro giovane Aloysius stava morendo. I suoi occhi erano fissi sul crocifisso che teneva tra le mani e, mentre cercava di pronunciare il nome di Gesù, morì”.

La purezza era la sua virtù più notevole. La mistica carmelitana S. Maria Maddalena de’ Pazzi affermò di averne avuto una visione il 4 aprile 1600. Lo descrisse come raggiante di gloria per le sue “opere interiori, martire nascosto per il suo grande amore per Dio”. Morì di peste il 21 giugno 1591, a soli ventitré anni (era nato il 9 marzo 1568). È stato beatificato solo quattordici anni dopo la sua morte da Paolo V, il 19 ottobre 1605. Il 31 dicembre 1726 fu canonizzato insieme ad un altro novizio gesuita, Stanislao Kostka, da Benedetto XIII.

Tra qualche giorno, il 21 giugno, sarà la sua festa. Faremo una preghiera per la sua anima pura, che ha scelto la bellezza della fede e ha rinunciato alle ricchezze terrene e al potere del suo casato. Non dimentichiamo che quello dei Gonzaga era un casato illustre, che regnò in particolare sul marchesato (diventato poi ducato) di Mantova.

Mantova è anche una città con una straordinaria tradizione gastronomica, in gran parte risalente ai Gonzaga, che al pari di altri signori rinascimentali italiani hanno lasciato il segno anche nella storia del cibo. Vista la posizione geografica occupata dalla provincia di Mantova, la tradizione culinaria mantovana si apparenta con la cucina emiliana del salume e della pasta e con la cucina lombarda del riso. È famoso il salame mantovano (che può essere preparato con o senza aglio), ma anche la coppa, la pancetta, i ciccioli e il culatello. Sono squisiti i piatti tipici: la chisœla (focaccia salata), il tiròt (focaccia con cipolle), i tortelli di zucca, i capunsei (gnocchi di pane di forma cilindrica affusolata). Nei risotti citiamo: risotto col puntèl (condito con salamella, costine o braciola di maiale), risotto con le rane (condito con le rane pulite, olio e cipolla), risotto con i saltaréi (condito con gamberi di fiume fritti), risotto alla pilota (condito con salamella di maiale).

Un piatto che merita un commento è il bevr'in vin (dal dialetto mantovano bevr'in ven = bere nel vino): si tratta di una minestra che costituisce l’aperitivo e l’antipasto tipico della cucina mantovana. Secondo la tradizione della terra gonzaghesca, i pasti invernali debbono essere preceduti dal bevr'in vin, sempre servito in scodella preriscaldata e preparato in tre differenti modi, in funzione del successivo primo piatto. Nel caso il primo piatto sia costituito da agnolini o da cappelletti, in brodo o asciutti, il bevr'in vin viene composto da un mestolo di brodo bollente, contenente alcuni agnoli o cappelletti. La temperatura verrà diminuita dal commensale aggiungendo a piacere vino rosso di forte corpo. Tale operazione viene anche definita “negàr i caplét in d’l’acqua scura”, ovvero “annegare i cappelletti nell’acqua scura”. Nei ristoranti, per favorire la comprensibilità dei menù ai turisti, questa versione del bevr'in vin viene spesso denominata sorbir d’agnoli. Nel caso il primo piatto sia costituito da tortelli di zucca, il bevr'in vin viene composto da cinque o sei tortelli appena cotti, ai quali vengono aggiunti un goccio d’acqua di cottura e mezzo bicchiere di vino. Questa versione del bevr’in vin viene anche definita turtèi sguasaròcc, ovvero “tortelli sguazzanti”, sottolineando la stranezza dei tortelli di zucca in minestra, di solito serviti asciutti. Per tutti gli altri primi piatti, il bevr'in vin è semplicemente preparato con brodo di carne e mezzo bicchiere di vino. Le varianti a queste tre versioni consistono esclusivamente nelle diverse tipologie e quantità di vino utilizzate, solitamente Lambrusco, Ancellotta, Clinto o Merlot, e nell’aggiunta (facoltativa) di formaggio grana grattugiato.

È antica credenza popolare che questo tipo di aperitivo-antipasto costituisca una sorta d’elisir di lunga vita e, a tale riguardo, un antichissimo proverbio mantovano, tuttora molto in uso, recita: “Al bevr’in vin l’è la salut ad l’omm”, ovvero “il bere nel vino è la salute dell’uomo”.

Infine, i dolci sono vari: la bignolata è una torta fatta con bignè allo zabaione, cioccolata e panna; il fiamòn (torta ormai caduta in “disuso”, fatta con avanzi di polenta fritta e cosparsa di zucchero); il sugolo o sugol è una sorta di budino di origini antichissime che si prepara nel periodo della vendemmia usando il mosto pigiato legato con la farina; i papasìn (a volte italianizzato in papassini) è un dolce preparato con uvetta, pinoli, farina di castagne e zucchero; infine, dulcis in fundo, ricordiamo l’anello di san Luigi Gonzaga, squisito dolce di mandorle a forma di corona (che ricorda il collo di pizzo che indossavano gli uomini del suo secolo) tradizionalmente preparato il 21 giugno (vedi ricetta).

Sarà un altro modo per ricordare questo santo fuori dal comune, che ha preferito l’eterno all’effimero.

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 14:58
 JUAN LES PINS : PRIX FITZGERALD 2021

PAR SORTIE MEDIA PRESSE

 

En hommage à l'auteur de Gatsby Le Magnifique, Madame Marianne Estène Chauvin,  Présidente de l'Académie Francis Scott Fitzgerald et propriétaire de l'emblématique Hôtel Belles Rives ***** à Juan-les-Pins (06) Alpes-Maritimes,

 a décerné pour sa dixième année consécutive le prix Fitzgérald 2021, en présence du lauréat et des membres du Jury : Bertrand de Saint-Vincent, Daphné Roulier, Marie-Dominique Lelièvre, Eric Neuhoff, François Amanet, Christophe Ono-dit-Biot, Héléne Fillières.

Les amoureux de la littérature se sont réunis pour la dixième édition de ce prix littéraire tant convoité ce 11 juin 2021 au cours d’une réception à l’Hôtel Belles Rives.

Anciennement Villa Saint Louis, fut le lieu de résidence de Francis Scott Fitzgerald et de sa femme Zelda quand ils séjournaient sur la Côte d’Azur. Il a totalement conservé son style Art Déco authentique.

Le prix Fitzgerald 2021 a été remis à l’écrivain et journaliste italien Gianfranco Calligarich pour son roman Dernier été en ville, paru pour la première fois en Italie en 1973, et jamais traduit en français avant que Gallimard ne le publie cette année.

[caption id="attachment_76636" align="aligncenter" width="640"] Gianfranco Calligarich[/caption]

Plusieurs fois republié, et épuisé, en Italie, Dernier été en ville est devenu un titre culte de la littérature italienne, récemment traduit dans plusieurs langues, devenant un succès international.

Le personnage principal de ce roman, Leo Gazzara, est viscéralement mélancolique. C’est une année cruciale de sa vie, que le lecteur observe, tandis que Leo, qui n’en veut à personne du mal-être qu’il traîne au quotidien, tombe amoureux d’Ariana, une femme magnifique absolument incapable d’exprimer ses sentiments. C’est un voyage élégant et désabusé dans la Rome des années 60.

Frédéric Beigbeder, membre du jury a commenté, depuis Paris où il donnait ce vendredi soir un concert : "C’est un chef d’œuvre, et je ne plaisante pas. C’est un premier roman sorti il y a presque 50 ans, écrit par un auteur que je ne connaissais pas.

C’est tout ce que j’aime: ça a du charme, c’est désemparé, ça se passe dans l’ambiance de la Dolce Vita. L’écriture est fine, élégante, toujours originale, entre le chagrin et la teuf. Indispensable."

Réhabiliter Zelda

Nouveauté de cette année, le prix Zelda, nommé après l’épouse de Francis Scott Fitzgerald, a été attribué à Dominique Bona, de l’Académie française, pour son livre Divine Jacqueline.

Cette biographie de Jacqueline de Ribes, muse de Yves Saint Laurent et de Truman Capote, raconte l’histoire d’un monde très proche de l’œuvre de l’auteur de Gatsby le magnifique et Tendre est la nuit.

"Il est temps de réhabiliter Zelda Fitzgerald pour son talent, et pas seulement pour avoir été la muse de son époux a lancé Dominique Bona.

 

Cliquez sur l'image

[gallery type="slideshow" ids="76654,76662,76661,76659,76653,76658,76656,76638,76635,76663,76678,76679,76680,76681,76682"]

 

Partager cet article

Repost0
12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 18:17
Exposition     Sebastião SALGADO Déclarations  12 juin – 26 septembre 2021

Musée de la Photographie Charles Nègre

1, Place Pierre Gautier – Nice

Du 12 juin au 26 septembre 2021, la Musée de la Photographie Charles Nègre de la Ville de Nice vous invite à découvrir l’exposition « Sebastião SALGADO Déclarations ». Photographe humaniste, voyageur infatigable, acteur environnemental engagé, Sebastião Salgado est aujourd’hui l’une des plus grandes signatures du photojournalisme.

 

Pour cette exposition, les photographies de Sebastião Salgado illustrent certains des articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée le 10 décembre 1948. Le droit à la vie, à la liberté, à l’asile, à la liberté de pensée, de conscience et de religion, le droit à l’éducation, au travail et d’autres encore, des articles qui font particulièrement échos aux valeurs humanistes que le photographe illustre en portant un regard rétrospectif sur son œuvre.

 

Découvrez ou redécouvrez des photographies prises au cours tout au long de ses 40 ans de carrière dans une vingtaine de pays. 31 photographies réalisées dans 20 pays : Afghanistan, Angola, Algérie, Bosnie, Brésil, Éthiopie, France, Hong Kong, Inde, Indonésie, Italie, Kenya, Mexique, Mozambique, Philippines, Rwanda, Somalie, Soudan et Tanzanie. Des images comme autant de témoignages émouvants qui incarnent la nécessité de défendre au quotidien les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme, quelle que soit la région du monde concernée, soulignant la portée universelle de ce texte.

 

Commissaire de l’exposition : Lélia Wanick Salgado

 

Exposition réalisée à partir des collections du Muséum national d’histoire naturelle (exposition présentée au Musée de l’Homme du 8 décembre 2018 au 11 novembre 2019 dans le cadre de la Saison En Droits !).

 

Musée de la Photographie Charles Nègre

1, Place Pierre Gautier – Nice

Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h

04 97 13 42 20 – museephotographie.nice.fr

 

Partager cet article

Repost0
12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 18:07
Inauguration de l’exposition Pierre Matisse, un marchand d’art à New York

Famille MATISSE :

Georges MATISSE

Antoine MONNIER

Robert MONNIER

Jean-Matthieu MATISSE

Anne-Maxence MATISSE

 

Le Centre POMPIDOU :

Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou

 

Claire CHASTANIER, Adjointe au sous-directeur des collections au Ministère de la Culture

Russell ZALIZNIAK, Consul général adjoint des Etats-Unis à Marseille

Robert ROUX, Adjoint au Maire, Conseiller métropolitain

Christiane AMIEL, Adjointe au Maire, Conseillère métropolitaine

Claudine GRAMMONT, Commissaire de l’exposition, Directrice du musée Matisse

 

Je me réjouis que le retour à la vie soit, à Nice, annoncé par cette exposition.

Juste après le grand succès de Werther, donné pour la réouverture de notre opéra, c’est en effet, ici, un autre événement qui préfigure parfaitement l’été qui s’annonce à Nice, plein de joie, de liberté, de création et de vie.

Enfin, je dirais !

Mais il se trouve que par une étrange facétie protocolaire, je vais m’adresser à vous avant même que nous découvrions cette magnifique exposition.

En réalité, je dois vous le dire, nous ne sommes pas tout à fait à égalité.

Parce que moi, cette exposition, si je ne l’ai pas vue, on m’en a beaucoup parlé, et j’ai eu la chance de parcourir le très beau et très bien informé catalogue qui l’accompagne.

Alors, si je suis l’ordre du catalogue, c’est d’abord la page des remerciements que nous allons parcourir ensemble.

Des remerciements qui seront d’autant plus chaleureux, cet après-midi, que ce n’est pas le papier, mais mon coeur qui parle.

Merci à la famille Matisse, aux institutions qui les accompagnent, et un merci tout particulier à Jacqueline Matisse-Monnier, qui vient de nous quitter et qui ne verra donc pas le résultat de toute l’énergie qu’elle a déployée, aux côtés de Claudine Grammont, pour donner tout son éclat à cette exposition.

Merci à vous, Claudine, et à toutes vos équipes, qui avez investi tant de cœur et de savoir dans ce projet, ainsi qu’à tous les auteurs du catalogue que je ne peux hélas tous citer.

Vous me permettrez cependant un petit salut chauvin à Johanne Lindskog, notre formidable directrice du musée Jules-Chéret, appelé lui aussi à une profonde et belle métamorphose.

Merci aux collectionneurs et aux prêteurs particuliers qui nous ont fait confiance, encore une fois !

Parmi eux, je voudrais citer David, Ezra et Helly Nahmad, qui ne cessent de nous témoigner leur bienveillance, ainsi que les 11 musées et les 22 centres de documentation qui, à travers le monde entier, ont enrichi notre exposition.

Enfin, j’adresse un sentiment de gratitude soutenue au Centre Pompidou et au musée national d’Art Moderne. Merci à vous Serge Lasvignes (prononcer Lassvignes) et Bernard Blistène, directeurs respectifs de ces deux institutions prestigieuses.

Merci de votre confiance concrète, qui s’est traduite par le prêt de 15 œuvres issues de vos collections.

Des œuvres rares, des œuvres essentielles, des œuvres inédites à Nice et hors de Paris, tout cela pour qu’ici, dans la « maison » de Matisse, en somme, nous le retrouvions, lui et tous les créateurs de son temps.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

L’exposition que vous nous proposez, chère Claudine, n’est pas un énième exposition « Matisse ».

Ou plutôt, elle n’est pas une énième exposition « Henri » Matisse.

Elle nous fait découvrir autre chose, et quelqu’un d’autre qui nous administre, avec une incroyable sérénité, deux leçons magistrales : comment exister quand on a un père aussi grand qu’Henri Matisse, et comment faire vivre élégamment ce paradoxe qui associe dans une même expression le mot « marchand » et le mot « art ».

Pierre Matisse n’est pas le premier « fils de » à devoir se créer une existence hors de l’ombre immense de son père.

C’est même le cas de chacun.

Le défi dépend en fait de la taille de l’ombre.

Celles de nos pères à nous, du mien en tout cas, était modeste, et pourtant me semblait incommensurable. Alors, à fortiori, quand on est le fils d’Henri Matisse !

La réponse que Pierre Matisse a trouvée est sage et féconde : d’abord, ne pas vouloir l’imiter -et du coup renoncer à une carrière de peintre pourtant envisagée.

Ensuite s’en éloigner géographiquement, et là Pierre Matisse n’a pas fait dans la demi-mesure puisqu’il s’est installé à 24 ans à New-York, en 1924, sans y connaître personne.

Et enfin trouver sa voie, et Pierre Matisse l’a trouvée en créant une galerie appelée à devenir l’ambassade de la plupart des grands artistes européens aux Etats-Unis, et ce pendant plus de cinquante ans.

Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas que les liens du père et du fils se soient resserrés, intensément, en proportion de la distance, au point que Pierre vend des œuvres d’Henri dans sa galerie.

Mais pas seulement.

Car la galerie de Pierre Matisse, c’est bien plus que la boutique d’Henri à New-York.

Cela est exemplaire, et c’est cela la fil conducteur de notre exposition.

Grâce à Pierre Matisse, en effet, une grande partie des plus extraordinaires créateurs européens des années 1930 aux années 1960 aillaient se faire un nom aux Etats-Unis.

Se faire un nom comme Pierre se fit un prénom, en séduisant, grâce à Pierre, les plus grandes collections privées et les plus grands musées.

La galerie de Pierre Matisse à New-York, c’est comme un film sur l’histoire de la création moderne.

Image par image, tableau par tableau, grande oeuvre par grande oeuvre, de Mirò, de Chagall, de Balthus, de Dubuffet et de tant d’autres géants, c’est cela, notre exposition, et c’est un bonheur que Nice puisse présenter ce panorama, si complet et si divers !

Un panorama que l’Etat a distingué en faisant de cet événement une « exposition d’intérêt national », une distinction inédite pour Nice !

Une distinction qui me conforte dans les grandes ambitions que je porte pour l’épanouissement de toutes les cultures ici, sous notre ciel.

Et puis, il y a l’autre défi de Pierre.

Comment peut-on être « marchand » d’un côté, et « d’art » de l’autre, ou plutôt les deux en même temps ?

A cette question, qu’on se pose depuis si longtemps, Pierre Matisse donne sa réponse.

En choisissant des artistes qui lui plaisent d’abord, en accompagnant leur travail, en maîtrisant le marché par la rareté, puisque marché il y a, en privilégiant les acheteurs les plus éclairés et les plus sincères, au risque parfois de refuser des ventes, voilà la morale qu’il s’est donnée, et voilà ce qui explique qu’il ait transformé ce paradoxe en vertu.

Pierre Matisse a fait des choix.

Aujourd’hui, c’est aux choix si éclairés de Pierre Matisse que nous rendons hommage.

Son goût a façonné le nôtre, et donc un peu de tout notre 20e siècle.

C’est aussi le vigilant dépositaire de l’œuvre partagée de son père que je veux saluer.

Car nous n’oublions pas, nous, Niçois, le rôle majeur que Pierre a joué dans la création de notre musée, dans la constitution de ses collections initiales, et avec la dation de 1991.

Pierre Matisse est aussi un exemple dans ce que sa vie nous dit.

Cet exemple nous aide à résoudre nos propres contradictions, et de cela, il faut aussi lui savoir gré.

Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec l’art, me direz-vous ?

Eh bien, pour comprendre la cohérence entre son parcours et celui des plus grands créateurs, c’est avec joie que je vais, avec vous, découvrir vraiment cette magnifique exposition !

Partager cet article

Repost0
11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 17:21
Nice: Lutte contre l’illettrisme et à l’Identité niçoise

11 juin  21 septembre 2021

Inauguration > Vendredi 11 juin 2021 à 17 heures

 

En présence de Jean-Luc Gagliolo, Adjoint au Maire de Nice délégué à l’Education, au Livre, à la Lutte contre l’illettrisme et à l’Identité niçoise

 

Bibliothèque Louis Nucéra

2, place Yves Klein – Nice

 

Entrée libre – Port du masque obligatoire et respect des gestes barrières

 

Du 11 juin au 21 septembre 2021, la Ville de Nice vous invite à découvrir l’exposition « Peindre Nice et sa région au XIXe et début du XXe siècle » à la Bibliothèque Louis Nucéra, qui présente un ensemble d’œuvres caractéristiques de l’expression artistique et culturelle de Nice et de sa région entre 1830 et 1930.

 

144 peintures, aquarelles, dessins… de paysages, lieux historiques, rues citadines et villageoises réalisées par Joseph Fricero, Antoine Trachel, Emmanuel Costa, Alexis Mossa, Marie Bashkirtseff… Certains sites restent encore aujourd’hui reconnaissables, d’autres ont disparu, transformés par l’urbanisme et les activités humaines.

 

L’exposition permet de redécouvrir le pays d’antan, la vie de ses habitants et celle plus cosmopolite des hivernants, offrant la possibilité de comparaisons avec aujourd’hui. Ces œuvres provenant de collections privées sont source de découvertes et d’enrichissement de la connaissance du patrimoine artistique niçois. Observer ces œuvres permet de se plonger dans un passé encore proche, mais aussi de découvrir l’histoire de la peinture et des peintres du pays niçois. Observer ces œuvres permet de se plonger dans un passé encore proche, mais aussi de découvrir l’histoire de la peinture et des peintres du pays niçois.

 

Visuel : Emmanuel Costa (1833-1921) Marché aux fleurs

Non daté – Aquarelle sur papier – 32x23 cm

Collection particulière

 

Autour de l’exposition

 

Vendredi 11 juin à 16 h – Conférence « Les peintres paysagistes de Nice au XIXe siècle »

par Alex Benvenuto

 

Les riches touristes fuyant le froid et le spleen viennent passer l’hiver à Nice dès le début du XIXe siècle. Désireux de ramener un souvenir de leur villégiature, ils recherchent des tableaux de leur séjour. De Mossa à Costa en passant par Trachel et tant d’autres, des artistes niçois talentueux se révèlent, répondant à cette demande. Ils nous offrent aujourd’hui un superbe portrait de Nice au XIXe siècle.

 

La conférence sera suivie de l’inauguration de l’exposition « Peindre Nice et sa région au XIXe et début du XXe siècle » par Jean-Luc Gagliolo, Adjoint au Maire de Nice délégué à l’Education, au Livre, à la Lutte contre l’illettrisme et à l’Identité niçoise.

 

BMVR – Bibliothèque Louis Nucéra

2, place Yves Klein – Nice

04 97 13 48 90

Partager cet article

Repost0
11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 16:26
Ouverture de la 75ème Convention Nationale de l’Union des Etudiants Juifs de France (11-13 juin 2021)

Par Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Noemie Madar, Présidente Nationale de l’Union des Etudiants Juifs de France

& Nathan Valet, Président de l’UEJF Nice

 

En présence de

Martine Ouaknine, Adjointe au Maire de Nice déléguée aux Affaires juridiques, au Devoir de mémoire et à l’Aide aux victimes

Jennifer Salles-Barbosa, Adjointe au Maire de Nice déléguée aux solidarités, aux AnimaNice, Vice-présidente du CCAS de Nice

Graig Monetti, Adjoint au Maire de Nice délégué à la jeunesse, à la cohésion sociale et à l’insertion professionnelle

Isabelle Visentin, Adjointe au Maire de Nice déléguée au Territoire Cœur de Nice et aux Cultes

Maurice Niddam, Président du consistoire israélite de Nice

Jérôme Culioli, Président du CRIF Sud-Est

& Franck Israël, Président du consistoire régional israélite Côte d'Azur Corse

 

Vendredi 11 juin 2021 à 16 heures

 

Centre Universitaire Méditerranéen

65, Promenade des Anglais – Nice

 

 

 

Du 11 au 13 juin 2021, l’Union des Etudiants Juifs de France organise sa Convention Nationale à Nice. Au programme : 200 étudiants, un shabbat plein, des invités de prestige, une garden party, une sortie en bateau, et de nombreuses autres activités (uejf.org).

 

Pour l’occasion, Christian Estrosi inaugurera la 75ème Convention Nationale de l’UEJF ce vendredi 11 juin à 16 heures au Centre Universitaire Méditerranéen.

 

En 1944, un groupe d’étudiants juifs issus de la Résistance, dirigé par Dely Tecuciano, crée l’Union des Etudiants Juifs de France. Sa première vocation est sociale : l’UEJF aide les jeunes Juifs revenus de l’enfer concentrationnaire à se réintégrer dans la vie sociale, en recouvrant notamment leurs droits d’étudiants. 70 ans plus tard, l’UEJF continue de s’inscrire dans la droite ligne de cet héritage et n’a eu de cesse de soutenir et de représenter les jeunes Juifs à la fois en tant qu’étudiants, citoyens, dépositaires de la Mémoire de la Shoah et engagés pour la paix.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 18:48
QUANTA DADA QUANTA DATA BY IVAN SUVANJIEFF: Première exposition Européenne de l'artiste
QUANTA DADA QUANTA DATA BY IVAN SUVANJIEFF: Première exposition Européenne de l'artiste
Exposition ouverte au public à Saint-Jean-Cap-Ferrat du 23 au 30 Juin 2021
tous les jours de 13h à 19h (sauf le 24 Juin 13h à 17h30)
 
TO READ IN ENGLISH, PLEASE CLICK HERE
 
 
L’Association Culturelle Monégasque AIDA et la Ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat vous proposent une rencontre exceptionnelle du 23 au 30 Juin 2021.

“Quand la contre-culture américaine revisite le Dadaïsme, le courant pictural et intellectuel du début du XXème siècle trouve un nouveau souffle sous les pinceaux d’Ivan Suvanjieff, dans notre époque où la liberté de langage mérite une nouvelle fois d’être défendue.”affirme Calypso de Sigaldi, Vice-présidente de l’Association Culturelle Monégasque AIDA, à l’origine de cette exposition.

L’Association Culturelle Monégasque AIDA et la Ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat vous proposent une rencontre exceptionnelle du 23 au 30 Juin 2021, en vous invitant à revisité le Dadaïsme auprès de l’artiste Américain Ivan Suvanjieff.

Figure emblématique de la scène punk-rock des années 70/80, activiste 17 fois nommé au Prix Nobel de la Paix, complice des plus grandes figures de la contre-culture américaine, Ivan Suvanjieff retrouve ses pinceaux pour exprimer son combat contre la pensée unique.
 
 
QUANTA DADA PAR IVAN SUVANJIEFF
 
ESPACE NAMOUNA
PROMENADE DES ARTS
À SAINT-JEAN-CAP-FERRAT
du 23 au 30 Juin 2021
ENTRÉE LIBRE & GRATUITE
TOUS LES JOURS DE 13H À 19H
(SAUF JEUDI 24 JUIN : 13H À 17H30)
 
 
L’homme, 17 fois nominé au Prix Nobel de la Paix, est aussi un cinéaste, maintes fois primés sur des festivals aussi prestigieux que le Festival de Venise.
 
L’Amérique découvre cet artiste multi facettes à la fin des années 70. Il est alors le jeune leader du groupe Punk de Détroit « The Ramrods », avant d’embrasser une carrière de peintre, tout en fondant un magazine littéraire de contre-culture « The New Censorship » où il embrigade les plumes les plus célèbres du genre.
 
 
Andrei Codrescu, Journaliste, critique d’art Américain, Auteur du “Guide post dadaïste : Tzara et Lénine jouent au échec” déclare:
“J'ai écrit un livre qui conseillait aux personnes saines d’esprit de se tenir à l'écart de ce mouvement artistique. Je pensais avoir réussi jusqu’à ce que je découvre le travail d’Ivan Suvanjieff qui défilait comme un ordinateur quantique, et j’ai su qu’il me serait impossible d’échapper au dadaïsme tant qu'un être humain pourra fabriquer du Quanta Dada!”

Suvanjieff affirme que:
“Le Dadaïsme du XXIème siècle sera Quanta.”

Première Exposition Européenne de l’artiste, Quanta Dada est aussi la première exposition qu’Ivan Suvanjieff réalise entièrement en couleur. "J'ai peint en noir et blanc toutes ces années pour apprendre la couleur".
 
 
 
Calypso de Sigaldi précise que “Quelque soit son mode d’expression, ce créatif touche à tout se bat inlassablement pour les libertés individuelles et la paix dans le monde, par une forme de combat contre la pensée unique et la norme établie. Pas étonnant que sa création picturale, après douze ans passés exclusivement à explorer le noir et blanc, aborde aujourd’hui la couleur en revisitant le Dadaïsme.”
 
 
BIOGRAPHIE 
 
Artiste multi facettes, Ivan Suvanjieff est également un activiste qui œuvre pour la Paix dans le monde au travers du programme de la Fondation PeaceJam qu’il a cofondé en 1996 avec son épouse Dawn.

La Fondation mène des actions concrètes auprès de jeunes de quarante pays, grâce au soutien actif de quatorze lauréats du Prix Nobel de la Paix, dont le Dalaï Lama et Desmond Tutu.
En 2001, l'archevêque Tutu lui fait l’amitié et l’honneur d’officier personnellement à son mariage, célébré à la cathédrale Saint-George de Cape-Town.

Grâce à ses nombreuses actions et aux films qu'il produit, et où il exerce ses talents de directeur de la photographie, Ivan Suvanjieff a été nominé 17 fois au Prix Nobel de la Paix.
Ex leader du groupe punk rock de Detroit « The Ramrods » fondé en 1977, il conserve cet esprit frondeur qui le pousse, en 1984, à allumer sa cigarette sur la flamme olympique.

Il fût Éditeur Associé du mythique « CREEM Magazine », autoproclamé « l’unique magazine Rock’n’roll des États-Unis ». Outre écrire des articles, il voit ses photographies publiées par les plus grands magazines du monde entier. Cette facette de son parcours est évoquée dans deux ouvrages récemment publiés « CREEM, America's Only Rock Magazine » et « Iggy Pop and The Stooges » la biographie autorisée.

Tout en se lançant avec succès dans une carrière de peintre abstrait, Ivan fonde à l’aube des années 90, le magazine littéraire "The New Censorship" (la nouvelle censure), qui publiera plus de 50 numéros, aujourd’hui collectors, grâce à une équipe de rédacteurs de choc comme les écrivains Charles Bukowski, (qui publiera une partie de sa correspondance avec Ivan dans son livre « Reach for Sun »), Anselm Hollo, Anne Waldman et Andrei Codrescu, tout en publiant des nouvelles de son amie Lucia Berlin, Allen Ginsberg, Kathy Acker, Francesco Clemente, Clarissa Pinkola Estes, Lawrence Ferlinghetti, Alex Katz et bien d'autres.

Ivan est également cinéaste et a produit plus d'une douzaine de films, dont des documentaires de longs métrages primés, à l’instar de "Le Dalaï Lama Scientifique" (2019), ou des films où ses racines créatives et son attachement au dadaïsme sont déjà perceptibles comme "Face the 80's", un film capturant la  scène punk rock de Detroit en 1979, « Detroit Punks » ou, "Jesus vs. Bono" et beaucoup plus.
 
 
Merci de contacter Calypso de Sigaldi
Pour toutes demandes d'interview de l'Artiste ou autres renseignements concernant cette exposition
contact: calypso@aidamonaco.com
 
 
© AIDA 2021
 

Partager cet article

Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 18:48
AIDA
 
 
Un livre sous forme de fresque historique
 
 
Chers Amis,
 
C'est avec beaucoup d'émotion que je vous présente mon tout premier livre qui revisite l'esprit de la Belle Epoque (1870-1914), avec son art de vivre, ses grands mouvements artisitques, ses progrès technologiques, ses scandales, ses courtisanes, sa vie politique... par le prisme de quatre grandes villas qui font la fierté de la Côte d'Azur.
 
 
 
 
Elles bruissent de petites histoires qui bien souvent rejoignent la Grande...
 
Les villas « Les Cèdres », « Ephrussi de Rothschild », « Primavera » et « Kérylos » dressent leurs impétueuses silhouettes entre Saint-Jean-Cap-Ferrat et la Principauté de Monaco pour nous conter les délices de cette Belle Époque qui les vit naître. Derrière la douceur de ces Folies azuréennes se cachent les vies plus contrastées de ceux qui les ont rêvées, dans une période historique éminemment créative, cependant assombrie de luttes territoriales, clivages politiques et rancœurs qui feront le lit des grands maux du XXème siècle.
 
On suit le destin de leurs célèbres bâtisseurs, comme le controversé Roi Belge Léopold II ou Béatrice, la petite fille du fondateur de la branche Française des Rothschild. On rencontre Alphonse Lenoir et Théodore Reinach, deux témoins privilégiés d’une IIIème République Française chahutée de profondes scissions idéologiques et entachée de scandales politico-judiciaires aussi retentissants que l’Emprunt Russe, le Canal de Panama et l’Affaire Dreyfus.
 
On croise la Reine Victoria, François-Joseph d’Autriche, Napoléon III, le destin tragique de Maximilien du Mexique, comme la légèreté de mœurs d’un temps où les courtisanes sont adulées. Elles sont toutes là, de la très aristocratique Comtesse de Castiglione à l’aventureuse Mata Hari. On rencontre les personnages qui ont inspiré l’œuvre de Marcel Proust et on déplore l’esprit retord d’un milieu politique brillamment illustré par le Tigre Clemenceau. On se plonge dans une Principauté de Monaco qui construit son succès sur les ruines d’un pays amputé de 80 % de son territoire et on découvre un Bruxelles rénové, pour traverser le merveilleux nouveau Paris Haussmannien, de ses bas-fonds aux quartiers les plus chics. L’air du temps se respire au détour d’une époque où les plaisirs ne sont jamais loin du drame et où l’échec se paye de sa vie.
 
On suit l’épopée de nos belles dames qui sauront se réinventer, jusqu’à s’inscrire dans l’Histoire contemporaine.
 
Elles sont quatre, elles sont folles, elles sont belles…. Bien que solidement plantées sur leurs fondations azuréennes de la Belle Époque, elles invitent à voyager à travers le monde et au fil des siècles. Elles bruissent d’une foule de petites histoires qui, bien souvent, croisent la Grande.
 
 
Calypso de Sigaldi
 
Plus habituée à publier des articles dans diverses magazines de mode ou de société, Calypso de Sigaldi commet ici son tout premier livre, sous forme de fresque historique revisitant la Belle Époque, par le prisme de quatre villas mythiques de la Côte d’Azur.
Elle aura passé sa vie et sa carrière à hésiter entre sa passion pour les arts visuels et la littérature, en essayant de concilier les deux..
Cette monégasque qui a grandi à Paris décide, il y a une quinzaine d’années, de quitter le cocon du milieu de la mode et de la publicité pour découvrir son berceau familial, sur une Côte d’Azur qu’elle pensait connaître mais qu’elle découvre finalement avec ce candide émerveillement de ceux qui ne sont pas habitués à voir se côtoyer toute l’année des camaïeux de vert et de bleu, parsemés de rose intense ou de jaune selon les saisons.
Très naturellement elle s’intéresse à cette Belle Époque fondatrice de la réputation immuable de l’endroit, pour découvrir l’histoire personnelle des personnages qui ont légué pour patrimoine des bâtisses témoignant de la grandeur de leurs convictions et de la démesure avec laquelle ils n’hésiteront pas à les affirmer.
 
 
 
Lancement les 19 et 20 Juin 2021
 
Une première édition collector de 150 exemplaires numérotés a été éditée pour présenter le livre dans le cadre du Salon du Livre de Monaco.
 
Samedi 19 et Dimanche 20 Juin, Calypso sera heureuse de dédicacer ces premiers exemplaires de son livre.
 
 
Au Salon du Livre de Monaco
 
Le Salon du Livre de Monaco fêtera cette année son 10ème anniversaire au Tunnel Riva (quai Antoine 1er, port Hercule, Monaco) avec une myriade VIP tels que Jean-Louis Debré, Alain Duhamel, Frédéric Beigbeder, Eric Nalleau et beaucoup d'autres. Ouvert au public de 10h à 18h - Entrée libre et gratuite.
 
 
Présentation du Livre autour d'une table ronde, Samedi 19 Juin à 15h
 
 
Pour toutes demandes d'informations complémentaires, d'interview ou de visuels HD Merci de me contacter.
 
J'espère que vous aurez plaisir à découvrir ce livre et à me retrouver au Salon du Livre.
Merci de votre amitié et de votre fidélité.
Bien amicalement,
Calypso
 
 
Calypso de Sigaldi
tel: 06.83.30.45.56
email perso: c_desigaldi@monaco.mc
Facebook
 
 

Partager cet article

Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 18:48
YACHT CLUB DE MONACO: Journée mondiale de l’ Océan

Journée mondiale de l’Océan (mardi 8 juin 2021)
Tour d’horizon des initiatives éco-responsables du Yacht Club de Monaco
« L’avenir de Monaco est en mer » écrivait le prince Rainier III, fondateur du Yacht Club de Monaco, en 1953.
Cette phrase, toujours d’actualité, prend tout son sens en cette veille de journée mondiale de l’Océan des Nations
Unies. Dans le cadre de son projet « Monaco, capitale du Yachting » lancé en 2012 et sous l’impulsion de son
président, S.A.S. le Prince Albert II, le Y.C.M encourage toutes les initiatives pertinentes au service de la
sauvegarde de l’environnement marin. « Plus que jamais, nous devons construire notre avenir à travers un prisme
éco-responsable. L’industrie du Yachting ne pourra pas évoluer si elle n’intègre pas le concept de développement
durable dans chacune de ses initiatives. Nous sommes les héritiers d’une longue tradition d’innovations, avec dès
1904 l’organisation des premiers meetings de canots automobiles qui permettaient de tester les dernières avancées
technologiques. A nous de la perpétuer et de préparer le futur de cette industrie » précise Bernard d’Alessandri,
Secrétaire Général du Yacht Club de Monaco.
MONACO ENERGY BOAT CHALLENGE (6-10 juillet 2021) : l’ingénierie et la créativité de la nouvelle génération
au service du développement de yachts éco-responsables
Désireux d’accompagner l’écriture d’une nouvelle page du yachting, le Y.C.M. rassemble les acteurs de l’industrie
et la nouvelle génération d’ingénieurs à l’occasion de cette 8e édition. L’ambition est de leur permettre de travailler
ensemble et en open source sur des modes de propulsion alternatifs. Du 6 au 10 juillet 2021, 32 équipes, 22
universités et 16 nationalités se retrouveront sur les quais et en baie monégasque pour dévoiler au grand jour leurs
dernières innovations en matière d’optimisation énergétique et de propulsion.
SEA INDEX : Un indice de référence pour évaluer les émissions de CO2 des super-yachts
Toujours dans l’objectif de positionner Monaco comme un pôle d’excellence et d’innovation dans le domaine de
la grande plaisance, le Y.C.M., en collaboration avec Credit Suisse, a créé en 2020 la Superyacht Eco Association
et un outil : le SEA Index.
Ce référentiel cible les yachts de plus de 40 m, en évaluant les émissions de CO2 des systèmes de propulsion et
des générateurs. Pour pouvoir réduire les émissions, il est nécessaire en premier lieu de les évaluer. Une étape
indispensable pour les armateurs, capitaines, chantiers navals et autres protagonistes qui souhaitent agir sur les
performances environnementales des super-yachts. Disponible en ligne (https://superyachtecoindex.com), cet outil
permet une évaluation rapide de l’empreinte carbone d’un yacht. Les certificats du SEA Index seront délivrés par
Lloyd’s Register, un organisme indépendant et mondialement reconnu. Le SEA Index est notamment utilisé pour
l’attribution annuelle des « La Belle Classe Explorer Awards », décernés par S.A.S. le Prince Albert II, qui
mettent à l’honneur les armateurs qui se sont distingués par leur engagement en faveur de la préservation de
l’environnement marin, tant dans la conception de leur yacht d’exploration que lors de leur navigation.
SMART YACHTING & MARINA (20 sept. 2021) : Pour faire escale dans des infrastructures éco-responsables
Dans le cadre de sa certification « La Belle Classe Destinations », le Yacht Club de Monaco entend accompagner
le développement de marinas « nouvelle génération » pour accueillir les ‘green’ yachts de demain.
« C’est tout l’écosystème qui doit être mobilisé. Notre volonté est d’accompagner l’évolution non seulement pour
la motorisation des yachts et les bonnes pratiques, mais aussi de s’assurer que ces unités pourront faire escale
dans des marinas vertueuses », poursuit le Secrétaire Général du Y.C.M. qui accueillera le 20 septembre 2021,
le Smart Yachting & Marina rendez-vous. Bénéficiant du soutien de la Fondation Prince Albert II et de
Extended Monaco, le programme de transformation numérique du Gouvernement Princier de la Principauté, ce
rendez-vous organisé par Monaco Marina Management, réunira les acteurs clés, investisseurs, promoteurs,
industriels et innovateurs pour le développement de marinas éco-responsables, efficientes, attractives et pratiques,
en plus d'être de véritables lieux de vie. Cette journée sera consacrée à des interactions de haut niveau entre les
décideurs de l’ensemble de cet écosystème, désireux d’investir dans des innovations à la hauteur de leurs enjeux
économiques et environnementaux. Les solutions innovantes les plus prometteuses seront mises à l’honneur pour
faciliter leur adoption. La technologie dite "Smart", se mettant au service de la sauvegarde de l'environnement.
A travers ces initiatives, le Yacht Club de Monaco devient une véritable plateforme de promotion d'une approche
du Yachting respectueuse de l’environnement. « En joignant les actes à la parole, ces initiatives démontrent que
le Yacht Club de Monaco poursuit au quotidien sa mission de pédagogie et d’accompagnement de toutes les
initiatives pour que la plaisance soit un fer de lance du développement durable » conclut Bernard d’Alessandri
pour qui l’ensemble des acteurs du secteur doit se mobiliser pour préserver l’Océan.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 07:32
Maija AHLHOLM. Personnages - Nice  Exposition: La galerie municipale Lou Babazouk

La galerie municipale Lou Babazouk du 8, rue de la Loge accueille, depuis août 2019, des expositions d’artistes locaux amateurs et professionnels. Destinée à être la galerie de tous les talents qui révèle la richesse des artistes, elle contribue à la politique de soutien à la promotion culturelle mise en place par la Ville de Nice, sous l’impulsion de Christian Estrosi et son adjoint délégué à la Culture Robert Roux. Fort du succès de cette galerie et devant la diversité des talents locaux, la Ville de Nice a souhaité élargir ce dispositif de soutien aux artistes en ouvrant, le 19 mai dernier, une deuxième galerie Lou Babazouk au 5, rue Benoît Bunico. Du 8 au 27 juin 2021, découvrez les expositions des artistes Maija AHLHOLM et Zhu YAN.

 

Lou Babazouk – 8, rue de la Loge

Du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 13h30 à 19h

 

Du 8 au 27 juin – Maija AHLHOLM « Personnages »

 

 

Née en 1951 dans les vertes forêts de Suède, Maija Ahlholm se voit publier sa première peinture à l’âge de 3 ans dans le journal « Nounours ». Enfant, elle peint des heures durant et a toujours eu le besoin, par intermittence, de se retirer du monde pour réfléchir, ressentir, se recentrer, et créer… A 18 ans, Maija s’envole vers Paris pour l’Université d’arts plastiques de la Sorbonne et les Beaux-Arts. Elle grave la Nature, complexe, des motifs végétaux, peint sa famille, ses amis, toujours sur des modèles vivants car elle cherche à capter la vie, la profondeur en eux. Vers 30 ans, sa vie de famille l’emmène loin de l’effervescence parisienne mais elle reste proche de sa passion. Les panoramas, champs, arbres sont ses paysages intérieurs et extérieurs. Simultanément, elle présente ses travaux dans des galeries et des salons à Paris. Elle 1990, elle trouve davantage de temps pour peindre et pour le théâtre. Une rencontre fortuite avec Lindström lui fait un électrochoc. Elle revient vers le portrait, toujours en quête de la réalité de l’Homme, qu’elle tente de capter en une infinité de photos qui évoquent l’essence de l’humanité à travers la multiplicité d’une même personne. A 48 ans, Maija s’installe à Montreuil. Ces 18 années très inspirantes l’amènent à des créations plus exotiques. L’ailleurs, l’ethnique et les pluralités culturelles l’enchantent, tout comme les traditions mortuaires et le sacré. En 2016, elle décide de partir à nouveau. Vers Nice qu’elle connaît déjà. Elle désire se fondre dans sa nature et son calme. Elle y vit depuis, voyage en Italie pour s’inspirer des chefs d’œuvre classiques, aime la proximité de la mer qui lui rappelle le port où elle a vécu enfant. Depuis 1980, Maija a exposé à Paris, Montreuil, Beauvais, Rosny-Sous-Bois, Bruxelles, en Suède, à Nice…

 

A venir :

Du 29 juin au 18 juillet – Gilles ROUVIERE « Les sculptures de GIL »

Du 20 juillet au 8 août – Emmanuel SUBERCAZE « Peintures figuratives »

Du 10 au 29 août – Sergio SAAD « Des fleurs au carré »

Du 31 août au 19 septembre – Isabelle GIRARD « En route. Photoésie de la Promenade des Anglais »

 

La galerie Lou Babazouk a déjà accueilli les artistes suivants : Jo Guichou, Geneviève Bozec, Martine Delage, Danielle Botbol, Richard Roux, Valérie Cheno, Odile Bourel, Manuel Gilson, Ararat Petrossian, Marie Genin, Lionel Bouffier, Agnès Jennepin, Steve Tavitian.

 

Lou Babazouk 2 – 5, rue Benoît Bunico

Du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 13h30 à 19h

 

Du 8 au 27 juin – Zhu YAN « Chin’art »

 

Lucie ZHU YAN est une artiste peintre chinoise, diplômée et reconnue, qui fait partie de cette génération en plein essor, visant à communiquer avec son art et ses émotions. Arrivée en France et plus particulièrement à Nice en 2001, elle commence tout d'abord en regardant autour d'elle laisser parler ses sentiments sous formes de toiles caractérisant la mer, des personnages, des bateaux, des coquillages. En toute simplicité elle va exposer à travers le monde, celui qu'elle découvre en même temps, à travers ces années de femme accomplit. Son art attire de nombreuses galeries du Monde dont : Paris, Monaco, Pékin, L’Italie, et avant tout Nice et sa région, auxquels elle expose régulièrement dans des petites salles pour faire partager cette passion de l'art. Son style évolue à travers le temps, sa propre expérience de femme peintre, dévore son moi intérieur et son savoir grandit avec talent. Lucie laisse puiser son imagination, ses émotions en dessinant et peu à peu elle devient cette artiste incroyable, qui laisse tomber le masque, son art se dénude en voyant l'évolution de ses dernières toiles. Comme tout artiste qui se doit, le couteau à la main, elle plonge son art au plus profond de son âme, laissant ainsi se peindre sous le regard de ces badauds de passages, caresse de la pointe de ses doigts cette image, ces couleurs, qu'elle seule à le savoir. Chaque toile est une partie de sa vie, de son expérience personnelle, la naissance d'un style bien à elle, qui caractérise cette sagesse, là où son ancrée ses propres racines. Et ce qui fait d'elle cette particularité d'évoluer chaque jour, car la soif d'apprendre, d'avancer et de partager et enfouie en elle. Lucie possède la magie de ces couleurs claires, le jaune, le bleu, la palette de ses toiles exquises, renaissent doucement dans le creux de ses veines. On ne peut parler d'art, sans parler d'artistes, ni parler de Lucie sans parler de talent.

 

A venir :

Du 29 juin au 18 juillet – Collectif PHOTON – photos

Du 20 juillet au 8 août – Zara BOUTAYEB « Vous, qui passez sans me voir »

Du 10 au 29 août – Magali ROUBAUD « Where I end and you begin two »

Du 31 août au 19 septembre – Elis SECUNDO « Le studio tropical à Hawaï »

 

La galerie Lou Babazouk 2 a déjà accueilli l’artiste Fernanda Goreti.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 07:07
Raouf Meftah  « the Art of drawing LOVE »

       Raouf Meftah  « the Art of drawing LOVE »     

INTERNATIONAL ART EXPO Edition 2021 est une manifestation artistique internationale dans la Sarthe organisée par ANNE CLACE directrice « de Chercheur d'Artistes Galerie », c’est un concours qui regroupe différents Artistes du monde qui exposent leurs travaux et parlent de leurs ARTS pour un échange multiculturel et enrichissent la communication entre artistes et collectionneurs.                                                   

Rouf Meftah est l’invité d’honneur et membre du Jury, durant la manifestation Raouf Meftah a apporté son soutien pour les artistes et pour l’organisation pour que cet évènement devienne une référence artistique dans la région et un lieu d’échange culturel permanant pour aider les collectionneurs et les artistes du monde à promouvoir l’Art et la culture le partage.                   

 « Raouf MEFTAH » : C’est une expérience très riche qui valorise la création et l’admiration du monde artistique, cette année pour des raisons de restrictions sanitaires nous avons réduit le programme de l’évènement, mais le résultat était au-delà de l’objectif attendu, mes partenaires artistiques comme (ROYAL ART VISIONS MAGAZINE, ROYAL MONACO, RED IVORY, ET QCEGFASHION INTERNATIONAL MAG) ont soutenu le projet et aidé à transmettre l’image de la manifestation, je salue fortement leurs implications et leur soutien. En qualité de coordinateur de communication entre les partenaires et directeur artistique Du magazine ROYAL ARTS VISIONS fondé par Dr. Monica Mergiu, je serai le parrain artistique du projet INTERNATIONAL ART EXPO dans sa prochaine édition, le programme sera plus riche et complet, le but est de propager cet événement plus loin à l’échelle internationale entre occident et moyen orient, un échange qui permet la rencontre entre les artistes du NOM, les artistes ROYALS, les artistes du talent et les collectionneurs.     

 Dr. Monica Mergiu a créé ROYAL ARTS VISIONS pour exposer en lumières toutes les créations et les visions artistiques au même évènement (peinture, fashion, musique, sculpture, littérature…), ma mission en tant directeur artistique est de trouver des lieux en France et ailleurs qui partagent la même vision et le même objectif, nous somme leader dans ce travail et nous voulons partager nos savoir-faire et nos réseaux à travers nos projets artistiques dans ces lieux mythiques, notre expérience avec ANNE CLACE est très positive, nous sommes ravis de travailler ensemble et d’organiser la suite de INTERNATIONAL ART EXPO pour les prochaines éditions.       

Un rendez-vous sera donné à tous les collectionneurs privés et les Artistes Internationaux avec un programme unique dans un cadre LUX dans un seul but de valoriser la culture, la création et vivre pleinement toutes les visions de nos créateurs d’art.      

 Photos offertes par Thierry CHAPEAU à la Galerie Chercheur D'Artistes

Partager cet article

Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 16:56
SERATA DI GALA E PREMIAZIONI DEL 18°MONTE-CARLO FILM FESTIVAL DE LA COMÉDIE

SABATO 5 GIUGNO LA CERIMONIA PRESENTATA DA EZIO GREGGIO   

La serata di gala del 18° Monte-Carlo Film Festival de la Comédie, l'evento ideato e presieduto da Ezio Greggio, si è svolta al Grimaldi Forum sabato 5 giugno dalle 19 alle 20,30. Seguito al verdetto della Giuria composta da Raoul Bova (Presidente), Mario de la Rosa, Giacomo Ferrara e Mario Sesti sono stati premiati :

In alto l'attrice Victoria Zinny , moglie di Remo Girone

Il film spagnolo SENTIMENTAL diretto da Cesc Gay, si è aggiudicato il premio come miglior film. All’argentina Griselda Siciliani, protagonista della commedia è andato il premio come miglior attrice.

Adam Rehmeier vince il premio per la miglior regia per DINNER IN AMERICA.

Ezio Greggio-Presidente Comites Italia e Giulio Alaimo Ambasciatore nel Principato

 

All’altro film statunitense SWAN SONG di Todd Stephens, è andato il Premio del Pubblico e a Udo Kier il premio come miglior attore.

La Giuria del Monte-Carlo Film Festival ha voluto premiare con una menzione speciale il film israeliano HONEYMOOD per la regia di Talya Lavie.

Infine, il premio Short Comedy Award nella sezione dedicata ai cortometraggi è andato a WICHITA di Sergine Dumais (USA-Canada).

Sul palcoscenico del Grimaldi Forum di Mona

co, Ezio Greggio ha presentato la cerimonia di premiazione, alla quale hanno partecipato ospiti internazionali e italiani del piccolo e grande schermo. L’attore di successo Chazz Palminteri (Bronx, I Soliti Sospetti, Terapia e Pallottole, Modern Family), nominato agli Oscar come attore non-protagonista per Pallottole su Broadway di Woody Allen e recentemente apparso in Godfather of Harlem, è arrivato direttamente da Hollywood per ricevere il prestigioso Movie Legend Award.

In alto a destra l'attore Remo GIRONE

Ritorno a Monaco e premio anche a Nick Vallelonga (vincitore di due academy awards per Green Book) che ha presieduto la giuria del Monte-Carlo Fiulm Festival la scorsa edizione. L’affascinante Micaela Ramazzotti, plurinominata ai David di Donatello e vincitrice del David di Donatello per La prima cosa bella, è stata premiata con il prestigioso Monte-Carlo Award alla carriera. L’attrice, presentatrice e scrittrice Rocio Munos Morales ha ricevuto il Monte-Carlo Award per la sua eccellenza al femminile, come donna, madre, scrittrice e modello di empowerment.


Premio Monte-Carlo Film Festival Award al Presidente di Giuria Raoul Bova, all’attore spagnolo Mario de la Rosa e all’attore italiano Giacomo Ferrara, che hanno fatto parte della giuria di questa edizione. Tante le celebrità presenti e applaudite dal pubblico presente in sala, tra i quali Antonia Truppo, Francesco Di Leva, Giovanni Esposito protagonisti della nuova commedia Benvenuti in casa Esposito, che è stato presentato in anteprima mondiale al Film Festival della Commedia il 4 giugno scorso. Riflettori anche sull’ex calciatore della Nazionale Claudio Marchisio, poi Giancarlo Magalli, Enzo Iacchetti, Remo Girone, Desirée Popper, Elisa Isoardi, Uccio De Santis. Applausi anche per l’ospite musicale, il giovane Leo Gassman, idolo delle teenager, uscito da X Factor e poi affermatosi tra le Nuove Proposte del Festival di Sanremo, che ha interpretato il suo nuovo singolo “Down”. 

Tra le personalità monegasche e italiane presenti,

 sono state chiamate sul palco per premiare i protagonisti, il sindaco di Monaco Georges Marsan, il Ministro degli Affari Esteri monegasco Laurent Anselmi e l’Ambasciatore d’Italia Giulio Alaimo.

La manifestazione, in collaborazione con EFG Bank (Monaco) e Marlù gioielli  si svolge da sempre sotto l’Alto Patronage di S.A.S. Principe Albert II de Monaco e dell’Ambasciata d’Italia. Anche quest’anno, Radio Monte Carlo è stata la Radio ufficiale del Festival.  

 

 

MEDIA RELATIONS ITALIA: MNcomm - tel. 06853763

Cristiana Zoni – cristiana.zoni@mncomm.it - +39 3488501143

Tatum Bartoli - tatum.bartoli@mncomm.it +39 348 1429538 

 

MEDIA RELATIONS MONACO

Omar Galantinogo@gomontecarlo.net - +33 680862473 - +39 34

Partager cet article

Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 06:14
VISITE DE CHRISTIAN ESTROSI  DANS LES VALLEES DE LA TINEE  ET DE LA VESUBIE

 Ce jeudi 3 juin 2021, Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, s’est rendu dans les vallées de la Tinée et de la Vésubie en présence de Bruno Cavagné, Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics, Marine Brenier, Députée des Alpes-Maritimes, Conseillère métropolitaine, Joseph Segura, Maire de Saint-Laurent-du-Var, Vice-Président de la Métropole Nice Côte d'Azur Louis Nègre, Maire de Cagnes-sur-Mer, Président délégué de la Métropole Nice Côte d’Azur, et les Maires des communes concernées, pour faire le point sur l’avancée des principaux chantiers conduits danse les villages touchés par la tempête Alex, le 2 octobre 2020.

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

« Cette visite dans nos communes sinistrées des vallées de la Tinée et de la Vésubie est l’occasion, une fois de plus, de saluer le travail exemplaire effectué sans relâche par nos équipes sur place et par les entreprises afin de redonner vie au moyen et au haut-pays après le passage de la tempête Alex. Cet esprit de solidarité, cette mutualisation des moyens et des services, cette relation avec le monde du bâtiment public, fait partie d’un potentiel de croissance essentiel pour le développement économique de notre pays. Nous illustrons un territoire d’excellence. Place à présent aux travaux définitifs pour tourner la page de la tempête Alex qui aura définitivement marquée nos vallées. Je remercie également Bruno Cavagné pour nous avoir accordé son temps sur cette journée, pour son soutien indéfectible et pour avoir salué l’exceptionnel travail réalisé grâce à la Métropole Nice Côte d’Azur et sa solidarité.

Un premier arrêt sur la RM26, qui part de Pont de Clans pour relier la commune de Tournefort, a été effectué avec les Maires de la Vallée pour constater 13 opérations menées actuellement pour rétablir rapidement cette liaison essentielle.

Après un point sur le vallon du Monar, qui a connu d’importantes crues et où des travaux urgents ont été menés, un arrêt à Valdeblore a permis, là encore, de constater l’importance des travaux d’urgence de protection des berges qui ont débuté dès le mois d’octobre 2020. Des aménagements définitifs seront à présent effectués.

Enfin, concernant la vallée de la Vésubie, un accès à la Madone des Fenestres en 4x4 a été aménagé pour les ayant-droit, en attendant des travaux de rétablissement définitifs qui débuteront en 2022. Une piste également réservée aux 4x4 sera accessible dès ce mois-ci également pour rallier le hameau de Mollières/Salèse.

Le travail sans relâche des agents métropolitains et des entreprises du BTP pour rendre accessibles les routes dès le lendemain de la tempête Alex a été vivement salué tout au long de cette journée qui s’est clôturée à Lantosque avec les acteurs du BTP réunis.

Une image contenant ciel, extérieur, terrain, personne

Description générée automatiquement



     

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche